Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"L'illusion du Front national doit être démasquée"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Liban : le "coup de com" de Marine Le Pen sur le voile ?

En savoir plus

POLITIQUE

Yannick Jadot : "Des responsables du PS veulent piéger Benoît Hamon"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Yannick Jadot : "Theresa May est du côté obscure de l'Europe"

En savoir plus

FOCUS

Crise migratoire en Europe : la formation des garde-côtes libyens est-elle suffisante?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Rachida Brakni, combattante culturelle

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Irak : dans le piège de Mossoul

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Paris et l'Île-de-France ont perdu 1,5 million de touristes en 2016

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Après le PSG, la magie de Monaco ?

En savoir plus

Afrique

Le procès de l'ex-président libérien Charles Taylor ajourné

Texte par Dépêche

Dernière modification : 09/02/2011

Le procès de l'ex-président libérien Charles Taylor, qui comparaît notamment pour crimes contre l'Humanité en Sierra Leone, a été ajourné à vendredi. Depuis mercredi, Taylor et son avocat boycottent l'audience de l'accusation.

AFP - Le procès de l'ancien président du Liberia Charles Taylor, accusé de crimes de guerre et crimes contre l'humanité en Sierra Leone, a été ajourné à vendredi suite au boycott mercredi par l'accusé et son avocat de l'audience prévue pour la plaidoirie.

"Nous avons décidé hier de ne pas coopérer à ce procès tant que les juges ne seront pas prêts à accepter" un document reprenant les arguments de la défense, a déclaré aux journalistes Courtenay Griffiths, l'avocat de M. Taylor.

"il faudra encore attendre quelques semaines"

En l'absence de l'accusé et de son avocat, la présidente Teresa Doherty a décidé d'ajourner le procès à vendredi, mais M. Griffiths a de son côté assuré que ni lui ni son client ne seraient présents à cette audience.

M. Griffiths avait quitté mardi matin la salle d'audience du Tribunal spécial pour la Sierra Leone (TSSL) à Leidschendam, près de La Haye, refusant d'assister au réquisitoire de l'accusation pour protester contre la décision des juges de ne pas accepter le dépôt du document final de la défense.

L'avocat avait annoncé qu'il ne prononcerait pas sa plaidoirie tant que l'appel qu'il a interjeté contre la décision des juges n'aurait pas été examiné.

Après une pause à la mi-journée mardi, M. Taylor n'était pas revenu dans le box mais la présidente avait décidé de poursuivre l'audience.

L'ancien président du Liberia, 62 ans, est accusé d'avoir fourni armes et munitions en échange de diamants aux rebelles du Front révolutionnaire uni (RUF) durant la guerre civile en Sierra Leone (1991-2001), qui avait fait 120.000 morts. Le jugement est attendu mi-2011.

Le procès de Charles Taylor, premier chef d'Etat africain poursuivi par la justice internationale, s'était ouvert en janvier 2008 aux Pays-Bas, où il a été délocalisé pour des raisons de sécurité. Le procès se tient depuis 2009 à Leidschendam, dans la banlieue de La Haye.

Première publication : 09/02/2011

  • JUSTICE

    L'ex-président libérien Charles Taylor boycotte son procès

    En savoir plus

  • PROCÈS TAYLOR

    Un ex-responsable de la fondation Mandela inculpé pour possession illégale de diamants

    En savoir plus

  • PROCÈS TAYLOR

    L'avocat de Taylor rejette les accusations de Carole White

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)