Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

La diplomatie économique, avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

L'Argentine poussée vers le défaut de paiement

En savoir plus

SUR LE NET

Chine : de faux profils Twitter démasqués

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les cachotteries de Poutine et Merkel"

En savoir plus

  • Un rassemblement pro-israélien organisé ce jeudi à Paris

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • Ebola : état d'urgence au Sierra Leone, l'inquiétude grandit dans le monde

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Karim Wade, le fils de l'ex-président, jugé à Dakar pour "enrichissement illicite"

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

  • BNP Paribas subit une perte record après l'amende américaine

    En savoir plus

  • Glissement de terrain meurtrier dans l'ouest de l'Inde

    En savoir plus

  • "Accuser la Serbie du déclenchement de la guerre est absurde"

    En savoir plus

  • Les deux derniers plus hauts responsables khmers rouges jugés pour génocide

    En savoir plus

  • Otages : la France, premier banquier des djihadistes d’Al-Qaïda

    En savoir plus

Economie

La Syrie rétablit l'accès à Facebook et à YouTube

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 09/02/2011

Les Syriens ont enfin accès à Facebook et à YouTube. Près de trois ans après avoir bloqué l'accès à ces deux plateformes, les autorités syriennes jouent la carte de l'apaisement. Une ouverture relative : l'œil de Damas veille sur le Net.

Facebook est de retour en Syrie et la Maison Blanche s'en réjouit. Les Observateurs de FRANCE 24 ont confirmé ce qui faisait l’objet de nombreux tweets depuis mardi après-midi : après deux ans et demi de censure, les Syriens peuvent de nouveau se connecter à Facebook. Un conseiller de la secrétaire d'État américaine Hillary Clinton s'est même fendu de félicitations adressées à Damas pour ce geste.

Mais le réseau star du web social, souvent cité pour son rôle supposé important dans les événements en Tunisie et en Egypte, n’est pas le seul à être de nouveau accessible en Syrie. YouTube, la plateforme de vidéos en ligne appartenant à Google, a également refait surface après plusieurs années d’absence forcée sur la Toile syrienne.

Le tableau de bord du trafic Internet enregistré par Google sur le site YouTube depuis la Syrie. Le pic correspond à la journée du 8 février où l'accès à la plateforme de vidéos en ligne a été rétabli.

Deux gestes symboliques que les Syriens ont découvert par eux-mêmes. Les autorités n’ont en effet pas annoncé officiellement la levée de la censure. "C’est un geste important, mais pas suffisant car toute une série d’autres sites, moins connus, continuent à être inaccessibles", explique Bassam al-Kadi, un Observateur de FRANCE 24 installé à Damas et responsable du site Syrian Women Observatory.

C’est notamment le cas pour Elaph, le plus important journal en ligne du monde arabe, ou encore Asharq al-Awsat, l’un des quotidiens arabophones les plus réputés. Les autorités syriennes ne sont donc pas prêtes à laisser leur population avoir un accès illimité au réseau mondial. Pourquoi alors cette clémence envers Facebook et YouTube ?

Moins de censure pour plus de contrôle

Plusieurs commentateurs estiment que la décision des autorités damascènes envers Facebook et YouTube est un geste d’apaisement envers la population. Mieux vaudrait prévenir que guérir aurait ainsi raisonné le président Bachar el-Assad. "C’est sûr que cette décision est une conséquence directe des événéments en Égypte et en Tunisie", reconnaît Kouli Nourane, un autre Observateur syrien pour FRANCE 24.

Pour autant, l’explication ne lui semble pas satisfaisante. "A mon avis, les principales raisons sont que les autorités peuvent ainsi mieux contrôler ce qui se passent sur ces sites et ils se sont aussi rendus compte que la censure n’étaient pas forcément efficace", estime Bassam al-Kadi. En effet, une partie de la population – comme en Égypte ou en Tunisie – avait déjà recours à des méthodes éprouvées pour contourner la censure (proxy, réseaux virtuels, etc.).

Reste que rendre Facebook accessible à tous n’est pas sans risque pour le régime syrien, mais c’est un risque qui semble parfaitement calculé et maîtrisé. "La situation ici est très différente de l’Égypte ou de la Tunisie. L’utilisation de l’Internet n’est pas la même, il n’y a pas vraiment d’activistes sur les réseaux sociaux ce qui rend des sites comme Facebook moins utiles", conclut Bassam al-Kadi.

Première publication : 09/02/2011

  • INTERNET

    Les Égyptiens contournent la censure des réseaux sociaux

    En savoir plus

  • INTERNET - ANALYSE

    Facebook, Moubarak et Ben Ali pas vraiment "amis"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Comment Ben Ali tentait d'identifier les utilisateurs de Facebook

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)