Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

En savoir plus

DÉBAT

Comment lutter contre l'organisation de l'État islamique?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Hongkong, nouveau Tienanmen ?"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

De la Mecque à Broumov : le voyage du Bazin

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les profs manquent à l'appel"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Censure chinoise sur Hong Kong

En savoir plus

FOCUS

Reportage : Le Caire mène la guerre à l'athéisme

En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • Hong Kong toujours bloquée, l'exécutif demande la fin des manifestations

    En savoir plus

  • Vidéo : Dohuk, province du Kurdistan submergée par les déplacés irakiens

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

  • Présidentielle brésilienne : Dilma Rousseff, touchée mais pas coulée

    En savoir plus

  • Diane von Furstenberg : "J'ai vécu l'American dream"

    En savoir plus

  • Seulement 25 % de femmes au Sénat : à qui la faute ?

    En savoir plus

  • La dette française dépasse pour la première fois les 2 000 milliards d'euros

    En savoir plus

  • Référendum en Catalogne : la Cour constitutionnelle suspend le vote

    En savoir plus

  • Sharia4Belgium fait face à la justice pour recrutement de jihadistes

    En savoir plus

  • AIG : l'État américain sur le banc des accusés pour "sauvetage illégal"

    En savoir plus

  • Assassinat d'Hervé Gourdel : le point sur l'enquête en Algérie

    En savoir plus

  • Ligue des champions : le PSG s'attaque au Barça sans Zlatan

    En savoir plus

  • Charles Blé Goudé accusé de "certains des pires crimes" devant la CPI

    En savoir plus

  • La trêve violée en Ukraine : des militaires et des civils tués

    En savoir plus

Asie - pacifique

Le Pakistan accepte de reprendre les pourparlers de paix avec l'Inde

Vidéo par Achren VERDIAN

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2011

Les relations compliquées entre les deux pays s'étaient à nouveau tendues après les attentats de Bombay, en novembre 2008, Delhi accusant Islamabad de ne pas en faire assez pour arrêter les commanditaires de l'attaque.

AFP - L'Inde et le Pakistan ont annoncé jeudi être d'accord pour reprendre leur dialogue de paix suspendu après les attentats de Bombay en 2008 qui avaient fait 166 morts et furent attribués par New Delhi à un commando islamiste basé au Pakistan.

"La diplomatie pakistanaise a cédé à la pression"

Le ministre pakistanais des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi, rencontrera en juillet en Inde son homologue, S.M Krishna, "pour passer en revue les progrès du processus de dialogue", ont annoncé les deux pays rivaux d'Asie du sud dans des communiqués séparés.

Une rencontre au niveau des secrétaires d'Etat aux Affaires étrangères devrait avoir lieu dans l'intervalle pour aborder notamment "l'antiterrorisme, la situation au Cachemire, la paix et la sécurité ainsi que les questions économiques".

La décision a été prise lors d'une rencontre dimanche entre la secrétaire d'Etat indienne aux Affaires étrangères Nirupama Rao et son homologue pakistanais Salman Bashir, en marge d'un sommet régional à Thimphu, la capitale du Bhoutan.

"Ils ont convenu de reprendre le dialogue sur tous les sujets", indiquent les deux ministères.

Un porte-parole du ministère indien des Affaires étrangères, Vishnu Prakash, avait indiqué plus tôt à l'AFP que les autorités des deux pays se rencontreraient au cours "des prochaines semaines et des prochains mois" pour "faire un nécessaire travail de base".

Il n'a toutefois pas indiqué s'il s'agissait d'une reprise à part entière du processus de paix, connu sous le nom de "dialogue composite", entamé en 2004.

"Nous devons reprendre le fil", a déclaré M. Prakash, ajoutant que "toutes les questions en suspens" seraient abordées.

"Il y a toujours une approche pas à pas qui est nécessaire pour réduire le déficit de confiance", a-t-il toutefois prévenu. "Nous essayons de trouver un moyen de faire avancer le processus".

Depuis 2008, Delhi accuse Islamabad de ne pas combattre avec suffisamment de vigueur les groupes extrémistes agissant sur son territoire, dont celui que l'Inde juge à l'origine des attentats, le mouvement Lashkar-e-Taïba (LeT).

Mais les deux pays ont toutefois relancé en 2010 les prises de contact.

La dernière rencontre entre les deux ministres des Affaires étrangères, Shah Mehmood Qureshi et son homologue indien S.M. Krishna, date de juillet 2010, à Islamabad. Il s'agissait alors de la troisième rencontre de haut niveau en six mois de dégel encouragé par les Etats-Unis.

Les deux pays avaient commencé à explorer l'idée d'une reprise du dialogue l'an dernier, lorsque le Premier ministre Manmohan Singh et son homologue pakistanais Yousuf Raza Gilani s'étaient rencontrés à Thimphu en april.

Depuis la partition du sous-continent en 1947, les deux pays qui disposent aujourd'hui de l'arme nucléaire, ont eu deux conflits armés sur le Cachemire. La rébellion dans la partie indienne du Cachemire contre l'autorité de New Delhi a fait des dizaines de milliers de morts ces 20 dernières années.

Kalim Bahadur, professeur à la retraite des études sur l'Asie du sud à l'université Jawaharlal Nehru de New Delhi, a toutefois émis une note de prudence concernant une possible avancée sur le chemin du dialogue.

"Le +déficit de confiance+ est toujours très manifeste, donc je ne vois vraiment pas où cela peut conduire à court terme", a-t-il jugé, interrogé par l'AFP.

Première publication : 10/02/2011

  • DIPLOMATIE

    L'Inde et le Pakistan invités au dialogue et à la coopération antiterroriste par Obama

    En savoir plus

  • INDE

    L'unique survivant du commando des attentats de Bombay condamné à mort

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)