Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : Alpha Condé s'exprime sur le retour avorté de Dadis Camara a Conakry

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Crise des migrants, l'Europe peine à trouver des solutions viables

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Attentat déjoué du Thalys, la sécurité dans les transports au coeur du débat

En savoir plus

TECH 24

Eau High-tech

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

L'Assemblée Nationale, cœur de la démocratie française

En savoir plus

#ActuElles

L'organisation de l'État islamique et sa "théologie du viol"

En savoir plus

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

Afrique

Ouverture du procès de 11 militaires accusés de viols dans le Sud-Kivu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2011

Accusés de viols sur une trentaine de femmes dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC), 11 militaires, dont quatre officiers, doivent répondre de leurs actes devant une cour militaire. Le procès doit durer une dizaine de jours.

AFP - Le procès de onze militaires, dont quatre officiers, accusés de viol sur une trentaine de femmes début janvier dans l'est de la RD Congo, a débuté jeudi devant une cour militaire de cette région, a-t-on appris auprès de la Mission de l'ONU en RDC (Monusco).

La Monusco a transporté jeudi matin par hélicoptère une soixantaine de personnes, dont les prévenus, les avocats des deux parties et les magistrats, de Bukavu (est), chef-lieu de la province du Sud-Kivu, jusqu'à Baraka, où le procès s'est ouvert en début d'après-midi en audience foraine.

Les avocats des onze militaires prévenus, dont un lieutenant-colonel et trois majors, ont demandé un report de l'audience à vendredi matin, ce que la cour a accepté, a-t-on précisé de source onusienne.

Baraka est situé à près de 200 km au sud de Bukavu, et à une trentaine de km de Fizi, ou au moins 35 femmes avaient été violées et 32 autres blessées dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier.

Pour le procès, qui devrait durer une dizaine de jours, les ONG Association du barreau américain (ABA) et Avocats sans frontières, le PNUD et la Mission de l'ONU en RDC (Monusco) vont assurer notamment le déplacement des victimes et de la cour et la prise en charge des avocats des victimes.

Après ces viols, la Haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Navi Pillay, avait appelé les autorités congolaises à "veiller à ce que des enquêtes sur les crimes soient menées et à ce que les auteurs présumés soient déférés à la justice le plus tôt possible".

Le gouvernement de Kinshasa avait lui dénoncé "une campagne de dénigrement" de l'ONU contre ses forces armées, et minimisé le nombre des victimes.

Des militaires congolais sont régulièrement accusés de commettre des violences contre les populations, tout comme les groupes armés qu'ils combattent dans l'est de la RDC.


 

Première publication : 10/02/2011

  • RD CONGO

    Les casques bleus interpellent un chef de milice accusé de viols au Nord-Kivu

    En savoir plus

  • Violences sexuelles en RDC : l'ONU se met au travail

    En savoir plus

  • RD Congo : le viol comme arme de guerre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)