Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

FIAC 2014 : l'art contemporain célébré à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Fabrice Arfi, auteur, "Le sens des affaires"

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile réagit à la condamnation d'Oscar Pistorius

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Brésil : à la conquête de l'électorat populaire

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Le duo Pouyanné-Desmaret aux manettes de Total

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'EI : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak, mais à quel prix ?

En savoir plus

DÉBAT

Migrants illégaux : l'impasse à Calais, dans le nord de la France

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile mexicaine réclame la démission du président

En savoir plus

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

Afrique

Washington estime que les efforts du pouvoir égyptien sont insuffisants

Vidéo par Aude SOUFI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 10/02/2011

Alors que le mouvement anti-Moubarak entre dans son 17e jour ce jeudi, les États-Unis ont fustigé l'attitude du pouvoir égyptien, estimant que le processus de transition mis en place par le régime n'était pas à la hauteur des attentes du peuple.

AFP - Le ton montait mercredi entre Washington et Le Caire, la Maison Blanche estimant que les changements engagés par le pouvoir égyptien restaient insuffisants, tandis que le chef de la diplomatie égyptienne accusait les Américains de vouloir "imposer" leur volonté à son pays.

Au seizième jour d'une révolte sans précédent contre le régime de son allié Hosni Moubarak, Washington a dû se défendre de toute ingérence dans les affaires de l'Egypte, mais en réclamant à nouveau des réformes qui satisfassent les manifestants de la place Tahrir.

"A l'évidence, ce que le gouvernement a mis sur la table jusqu'à présent n'a pas répondu au seuil minimum de ce qui est exigé par les Egyptiens", a observé devant la presse le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs.

M. Gibbs s'en est pris particulièrement au vice-président égyptien Omar Souleimane, chargé par M. Moubarak de négocier une transition politique avec l'opposition.

"Son processus de transition ne semble pas correspondre à ce qu'attendent les Egyptiens", a ajouté le porte-parole de Barack Obama, mettant en garde contre une nouvelle flambée de protestation en Egypte si le pouvoir ne cède pas suffisamment de terrain.

Un haut responsable du département d'Etat, Jake Sullivan, a pour sa part souligné que "les Etats-Unis n'ont jamais dit que le vice-président Souleimane était la personne qui convenait (pour diriger la transition) ou prononcé de jugement pour dire qui devrait être aux commandes".

Reportage : Moubarak a encore des partisans

"Nous ne nous intéressons pas aux personnes (...) mais aux résultats concrets", a-t-il ajouté lors d'une téléconférence de presse.

Le régime égyptien avait auparavant laissé percer sa mauvaise humeur à l'égard des pressions de Washington.

"Lorsque vous parlez de changements prompts et immédiats à un grand pays comme l'Egypte, avec lequel vous avez toujours maintenu les meilleures relations, vous lui imposez votre volonté", a dénoncé le ministre égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Aboul Gheit, dans un entretien à la chaîne de télévision américaine PBS.

"Nous sommes déjà en train de changer", a lancé M. Gheit, évoquant les discussions engagées avec les contestataires.

M. Gheit a par ailleurs prévenu que "l'armée interviendrait en cas de chaos pour reprendre les choses en main", selon des propos rapportés par l'agence officielle Mena.

Interrogé sur ces déclarations, le porte-parole du département d'Etat, Philip Crowley, à encouragé l'armée égyptienne à "continuer à faire preuve de la même modération qu'au cours des derniers jours".

Reportage : La mobilisation sur la place Tahrir
Mardi, le vice-président américain Joe Biden a téléphoné à M. Souleimane pour lui réclamer la fin immédiate de l'état d'urgence, en vigueur depuis près de 30 ans.

Sur PBS, M. Gheit s'est dit "vraiment stupéfait" de cette demande: "Au moment où nous parlons, il y a 17.000 prisonniers en liberté dans les rues parce que les prisons ont été détruites. Comment pouvez-vous me demander d'abolir l'état d'urgence alors que je suis en difficulté?"

M. Gheit a confié qu'il avait été "souvent furieux, en colère" face à la réaction américaine lors des premières manifestations au Caire, même si les relations s'étaient depuis apaisées.

Interrogé sur les propos du ministre égyptien, M. Crowley a assuré que Washington ne cherchait pas "à dicter quoi que ce soit". Il s'est défendu que l'appel à lever immédiatement l'état d'urgence relève d'une "ingérence" et souligné que la solution à la crise devrait être trouvée par les Egyptiens eux-mêmes.

 

Première publication : 10/02/2011

  • ÉGYPTE - REPORTAGE

    Dans le centre du Caire, les anti et pro-Moubarak sont toujours aussi déterminés

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Retour sur les évènements de la journée de mercredi

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Moubarak brandit la menace de l'armée devant la ténacité des manifestants

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)