Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

Afrique

Le président Moubarak quitte le pouvoir après 18 jours de révolte

Vidéo par FRANCE 24

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 12/02/2011

Le président Hosni Moubarak a quitté le pouvoir après 18 jours d’une mobilisation sans précédent dans l'histoire de la République arabe d'Égypte. Retour sur les évènements qui ont conduit à la chute du "raïs".

Il est un peu plus de 18 heures au Caire, ce vendredi 11 février, quand la télévision d'État égyptienne interrompt ses programmes pour diffuser une annonce historique. Par la voix de son vice-président, Omar Souleimane, le "raïs" annonce à la nation qu’il a abandonné ses fonctions présidentielles. Immédiatement, la place Tahrir ("Libération", en français) du Caire, devenue le haut lieu de la contestation contre le régime depuis le 25 janvier, exulte.

ARCHIVE

Un peu plus tôt dans l’après-midi, le Parti national démocratique (PND), la formation politique du président, avait annoncé que Hosni Moubarak et sa famille avaient quitté Le Caire pour rejoindre la station balnéaire Charm el-Cheikh, où ils disposent d’une villa.

Il aura fallu 18 jours d'une mobilisation sans précédent pour que le vieux "raïs", âgé de 82 ans, se résigne à lâcher les rênes. Depuis le 25 janvier, des centaines de milliers de personnes sont descendues dans les rues du Caire pour dénoncer leurs conditions de vie et réclamer le départ du président Moubarak.

Gestes insuffisants

Le 31 janvier, le chef de l’État tente alors d'apaiser la grogne populaire en promettant des réformes. Il nomme également un nouveau Premier ministre, le général Ahmed Chafik, et un vice-président, le général Omar Souleimane.

Mais ces mesures ne satisfont pas la rue. Le lendemain, plus d'un million de personnes défilent dans les rues de la capitale égyptienne. Au soir de cette nouvelle marche, Hosni Moubarak annonce qu'il ne se présentera pas à la prochaine présidentielle, prévue en septembre 2011, mais qu'il restera en fonction jusqu’à cette échéance.

"Je peux le dire en tout honnêteté et sincérité, au regard des circonstances actuelles, je n'ai jamais eu l’intention de me porter candidat pour un autre mandat. J'ai déjà consacré suffisamment de mon temps à l’Égypte et à son peuple", avait-il alors déclaré.

La bataille de la place Tahrir

Le 2 février, des partisans du président chargent les manifestants installés sur une place Tahrir transformée en champ de bataille. Les journalistes étrangers sont traqués dans les rues de la capitale.

Mais la ferveur ne faiblit pas. Le vendredi 4 février, décrétée "Journée du départ" par les manifestants, des centaines de milliers de personnes descendent une nouvelle fois dans les rues.

Le "raïs" ne cède toujours pas. Tout juste fléchit-il un peu en tendant la main à la puissante organisation islamiste des Frères musulmans, principale force d'opposition et bête noire du régime.

Sur la place Tahrir ("Libération"), les jours se suivent et se ressemblent. Jeudi 3 février, à l'issue d'une énième journée de mobilisation massive, la rumeur de la démission de Hosni Moubarak se répand comme une trainée de poudre.

Le "raïs" s'accroche

Lors d’une allocution télévisée, le président délègue, à la surprise générale, ses pouvoirs au vice-président Souleimane, mais refuse toujours de démissionner.

"Je sais bien que l'Égypte va surmonter cette crise et que sa volonté sera intacte", déclare-t-il, tout en répétant qu'il ne céderait pas "aux injonctions de l'étranger". Les manifestants présents sur la place Tahrir sont furieux. Ils brandissent leurs chaussures, insulte suprême dans le monde arabe.

Le "raïs" résiste encore 24 heures et finit par céder. Ce vendredi, l'Égypte ouvre une nouvelle page de son histoire après 30 ans de règne sans partage.

 

 

 

Première publication : 11/02/2011

  • ÉGYPTE

    Le départ d'Hosni Moubarak provoque de nombreuses réactions dans le monde

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Qui dirige l’Égypte depuis le départ du "raïs" ?

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak, un pharaon déchu

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)