Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Ghouta orientale : un adolescent filme le calvaire de l'intérieur

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : le malaise des producteurs

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Agriculture française : un modèle en crise

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Marseille, éternelle capitale de la culture ?

En savoir plus

FOCUS

Criminalité : le "dark Web", le côté obscur d'Internet

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le visage des sans-abri

En savoir plus

REPORTERS

"Never again" : le mouvement contre les armes qui bouscule l'Amérique

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Agriculture : Emmanuel Macron veut rassurer les jeunes

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Fusillade aux États-Unis : la NRA veut "plus d'armes dans les écoles"

En savoir plus

Moyen-orient

Moubarak, dernière victime d'une longue liste de satrapes chassés par la rue

Texte par FRANCE 24 avec dépêches

Dernière modification : 11/02/2011

Contraint de quitter le pouvoir le 11 février, Hosni Moubarak est le dernier président d'une longue liste de chefs d'État obligés d'abandonner leur fauteuil sous la pression de la rue. Revue de détail.

Lors de la dernière décennie, 12 chefs d'État, issus de 10 pays différents, ont dû rendre les armes devant les manifestants :

  • Janvier 2000, Équateur : Le président Jamil Mahuad est renversé par une vague de manifestations contre sa politique économique.
     
  • Octobre 2000, République fédérale de Yougoslavie : Le président yougoslave Slobodan Milosevic est évincé à l'issue de manifestations de masse l'accusant de fraudes électorales.
     
  • Janvier 2001, Philippines : Le président Joseph Estrada est chassé du pouvoir sous la pression de la rue à la suite d'un scandale lié à la corruption.
     
  • Décembre 2001, Argentine : Le président Fernando de la Rua démissionne après une semaine d'agitation sociale sévèrement réprimée (27 morts).
     
  • Octobre 2003, Bolivie : À l'issue d'un mois de soulèvement populaire réprimée dans le sang (65 morts), le chef de l'État Gonzalo Sanchez de Lozada démissionne et quitte le pays pour les États-Unis. Deux ans plus tard, son successeur, Carlos Mesa, démissionne également, sur fond de manifestations en faveur de la nationalisation du secteur des hydrocarbures.
     
  • Novembre 2003, Géorgie : Le président Edouard Chevardnadzé, qui a dominé la vie politique pendant 30 ans, démissionne après trois semaines de crise et de manifestations contre des législatives frauduleuses (la "Révolution de la rose").
     
  • Février 2004, Haïti : Le président Jean-Bertrand Aristide démissionne et quitte son pays sous la pression de la rue et de la communauté internationale, après quatre semaines d'insurrection (une centaine de morts).
     
  • Novembre-décembre 2004, Ukraine : Des centaines de milliers d'Ukrainiens descendent dans les rues de Kiev pour protester contre une élection présidentielle frauduleuse donnant vainqueur Viktor Ianoukovitch. La "Révolution orange" aboutit à la victoire du candidat d'opposition Viktor Iouchtchenko, un pro-européen.
     
  • Mars 2005, Kirghizstan : Le régime du président Askar Akaïev, au pouvoir depuis 15 ans, s'écroule en quelques heures sous la pression de quelques milliers de manifestants qui ont pris d'assaut le siège de la présidence et du gouvernement.
     
  • Avril 2010, Kirghizstan : Le président Bakiev, accusé de corruption et de dérive autoritaire, tombe à son tour, après un soulèvement populaire qui fera 87 morts.
     
  • Janvier 2011, Tunisie : Le président Zine el-Abidine Ben Ali fuit son pays après 23 ans de règne sans partage, devenant le premier dirigeant d'un pays arabe à quitter le pouvoir sous la pression de la rue.

 

Première publication : 11/02/2011

COMMENTAIRE(S)