Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Interdiction de la fessée ? La France se prend une claque par le conseil de l'Europe

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : accord en vue ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"L'abri" : plongée dans un centre d'hébergement pour SDF

En savoir plus

FOCUS

À Toulon, la communauté musulmane tente de lutter contre "l'islamalgame"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Irak : les enfants soldats de l'EI

En savoir plus

DÉBAT

Virus Ebola : un an après le début de l'épidémie, quel bilan tirer ?

En savoir plus

DÉBAT

"Islam de France" : comment réformer ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La réponse un peu courte d'Obama à Netanyahou"

En savoir plus

SUR LE NET

Égypte : la Toile se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

Economie

Nokia met du Windows dans ses téléphones

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 11/02/2011

Le géant finlandais des télécoms Nokia et le poids lourd de l’informatique Microsoft ont annoncé un partenariat dans les téléphonies mobiles. Un mariage de raison qui change la donne dans ce secteur.

Nokia a présenté son "sauveur" du jour : Microsoft. Stephen Elop, le PDG du groupe finlandais de télécommunications, avait prévenu dans un mémo devenu célèbre que son groupe était comme une plateforme en feu. Pour éteindre l’incendie et sauver Nokia, le patron a conclu un partenariat avec son ancien employeur, le géant américain du logiciel.

Aux termes de cet accord, le Finlandais construira des smartphones utilisant le système d’exploitation (le moteur du téléphone) Windows Phone 7 de son nouvel ami américain. Exit donc Symbian, la solution mobile maison, qui n’avait pas permis à Nokia de concurrencer l’iPhone d’Apple et les téléphones Android (de Google).

L’idée de Stephen Elop et Steve Ballmer, le PDG de Microsoft, est claire : construire un ensemble enfin capable de mettre des bâtons dans les roues d’Apple et Google. Ils ne s’en sont pas cachés : "Il y a actuellement deux acteurs majeurs dans le secteur, nous allons changer cela", ont-il expliqué dans un communiqué conjoint. Quel changement ce rapprochement peut-il entraîner dans le secteur ?

Pour Microsoft. Windows 7 Phone jouit pour l’instant d’une réputation de plateforme solide. Son grand problème : les ventes peinent à décoller. Aux États-Unis, Microsoft n’a gagné que 2 % de parts de marché sur les trois derniers mois de 2010 (contre 9 % en plus pour Google et son Android). Dorénavant Microsoft dispose d’une véritable machine à construire des téléphones. Aucun constructeur n’a en effet autant de modèles sur le marché que la marque finlandaise. Si tout se passe comme l’espère Steve Ballmer, son système d’exploitation devrait gagner en visibilité.

Pour Nokia. C’est un constat d’échec de sa stratégie mobile. La Bourse ne s’y est pas trompée puisque sur les marchés européens, l’action Nokia a perdu 9 % ses deux derniers jours. Mais Stephen Elop estime que le groupe n’avait pas le choix. Le PDG prévient que la prochaine année sera une période de transition. Et probablement de restructuration. Déjà Alberto Torres, le responsable de la stratégie mobile, a été poussé dehors.

Pour Apple & Google. Ce nouvel accord est davantage un danger pour Google qu’Apple. L’inventeur de l’iPhone a en effet une stratégie unique : il ne dispose que d’un seul smartphone, présenté comme le top du top. Rien à voir avec la politique de Nokia qui a toujours été d’essayer d’inonder le marché de modèles pour toutes les bourses. Une approche qui est également celle de Google avec ses nombreux téléphones Android (plus d’une trentaine de modèles en deux ans).

Cependant il reste encore une inconnue de taille : personne ne sait quand le premier smartphone né de ce nouveau partenariat va arriver sur le marché. Et lors de la conférence de presse de vendredi à Londres, Stephen Elop et Steve Ballmer ont confirmé qu’il n’y avait encore rien à dire sur ce sujet.

Première publication : 11/02/2011

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    Le PDG de Nokia descend son entreprise en flamme

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMMUNICATION

    Le navire Nokia se choisit un nouveau capitaine pour redresser la barre

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)