Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • Université d'été du PS : militants désorientés recherchent parti unifié

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

  • Ukraine : des femmes de soldats russes sans nouvelles de leurs maris

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Google fait décoller le rêve des drones livreurs

    En savoir plus

  • L'Ukraine va lancer les procédures d'adhésion à l'Otan

    En savoir plus

  • Un enfant britannique atteint d'une tumeur est recherché en France

    En savoir plus

  • Nintendo renouvelle sa gamme de consoles portables

    En savoir plus

  • Maroc : une autoroute bloquée 14 jours pour tourner "Mission : Impossible 5"

    En savoir plus

  • Golan : 43 Casques bleus pris en otage, la force onusienne prête à se défendre

    En savoir plus

  • Judo : la Française Audrey Tcheuméo laisse filer la médaille d'or

    En savoir plus

  • Ligue Europa : fortunes diverses au tirage pour Lille, Saint-Étienne et Guingamp

    En savoir plus

  • Isolés, les pays touchés par Ebola peinent à faire face à l'épidémie

    En savoir plus

  • Quand le Canada et la Russie jouent les profs de géographie sur Twitter

    En savoir plus

  • Le nombre de réfugiés syriens atteint le chiffre record de trois millions

    En savoir plus

  • Dans un climat tendu, le PS ouvre son université d'été

    En savoir plus

  • L'Occident dénonce l'incursion "évidente" de la Russie en Ukraine

    En savoir plus

FRANCE

Des centaines de manifestants à Paris pour soutenir la fronde des Algériens

Texte par Charlotte BOITIAUX

Dernière modification : 12/02/2011

A l’appel de différents collectifs de soutien aux Algériens, des centaines de manifestants ont répondu présents à Paris. "A bas la dictature" ou encore "Dégage Bouteflika" : malgré la pluie, ce fut un déluge de slogans anti-Bouteflika.

Le temps ne les aura pas découragés. Malgré la pluie et le froid, la population algérienne vivant en région parisienne était au rendez-vous, place de la République, ce samedi après-midi. Pancartes à la main, tous avaient le même mot d’ordre : "Bouteflika dégage !".

Ils étaient environ 800 manifestants selon les forces de police, "beaucoup plus" ont estimé les différents collectifs, sans pouvoir avancer de chiffres précis. Autour des éternels stands de merguez, les manifestants se bousculaient presque pour parler aux journalistes présents pour couvrir ce rassemblement : "Pardonnez notre désordre et le mélange de nos revendications, mais nous nous sommes tus si longtemps, tout le monde a envie de parler maintenant", s’excuse presque Fatima Yous, la présidente du collectif des familles disparues en Algérie. "Nous sommes là pour la jeunesse, la misère, le chômage, la corruption, le statut des femmes et la liberté", énumère-t-elle, essoufflée, "nous sommes enfin là pour revendiquer tout ça".

Alors qu’à Alger, la manifestation organisée par le CNDC, le parti d’opposition, a été interdite, à Paris, les langues se sont déliées. Pour la plupart de ces protestataires, la chute de Zine El-Abidine Ben Ali en Tunisie et d'Hosni Moubarak en Égypte, a apporté un souffle d’espoir inédit et inespéré. "C’est une grippe qui se propage en ce moment, une contamination de la liberté", a confié Dalila Bachiri, pharmacienne, qui a quitté l'Algérie en 1978. "Il faut maintenant que toute la clique de Bouteflika et des militaires laissent la place à une démocratie", a-t-elle hurlé au milieu de la cacophonie ambiante, "j’ai bon espoir, il partira, c’est un véritable printemps arabe qui se met en place aujourd’hui".

Un rassemblement festif et animé

D’autres, plus sceptiques, n’ont pas voulu crier victoire trop vite. "Ce ne sera pas facile de faire la même révolution que les Égyptiens", a déclaré Kahina, une étudiante très investie dans le collectif de soutien à l’Algérie, "il y a beaucoup d’argent et de richesse là-bas, Bouteflika endort le peuple en promettant primes et allocations".

De l’autre côté de la place parisienne, l’ambiance était plus festive. Les chants ont remplacé les discours et les danses, les rassemblements. Des jeunes Égyptiens se sont mêlés à la foule et pour la plupart d’entre eux, l’heure était encore à la célébration du départ du président Moubarak, qui a démissionné la veille.

Installées sur les trottoirs, les enceintes crachaient leur musique et quelques tee-shirts sont tombés au milieu d’une foule chantant en cœur, le poing levé. L’ambiance, bon enfant, n’a pas inquiété pas les forces de l’ordre qui se tenaient à l’écart, jugeant la situation "sous contrôle".

Politique et festivités semblaient faire bon ménage. Interrogés, la plupart de ces jeunes manifestants, brandissant des drapeaux tunisiens, égyptiens et algériens, ont déclaré marcher "main dans la main, dans le même sens et dans un même but : faire tomber tous les dictateurs en Afrique". Un jeune Égyptien n’a émis, à ce propos, aucun doute quant à l’avenir du pays de Bouteflika. "Il n’y a pas mieux que le peuple pour faire tomber un gouvernement. Nos frères sont dans la rue, ils nous ont soutenus, nous les soutiendrons à notre tour, jusqu’au bout ", a-t-il hurlé dans un micro, la voix cassée mais désormais "libérée".


Première publication : 12/02/2011

  • ALGÉRIE

    Les policiers n'ont pas permis aux manifestants d'entamer leur marche

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    "Le système algérien est condamné par l'Histoire"

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Les Algériens vont manifester pour "changer le système"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)