Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Le cessez-le-feu en Ukraine n’a encore rien d’effectif, selon l'Otan

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • L’Ukraine et les séparatistes signent un mémorandum pour garantir le cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

  • Air France : la grève des pilotes prolongée jusqu'au 26 septembre

    En savoir plus

  • Migrants à Calais : Londres débloque 15 millions d'euros

    En savoir plus

  • Vol Air Algérie : l'enquête n'a mené à "aucune piste privilégiée"

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France battue par le Brésil en demi-finales

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-président Pervez Musharraf visé par un mandat d'arrêt

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2011

L'ex-président pakistanais, Pervez Musharraf, est visé par un mandat d'arrêt dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto. Musharraf a répondu en précisant qu'il ne se soumettra pas au mandat d'arrêt.

AFP - Un tribunal pakistanais a émis samedi un mandat d'arrêt visant l'ex-président Pervez Musharraf dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, a annoncé un procureur spécial.

"Le juge Rana Nisar Ahmad a émis un mandat sans possibilité de caution visant l'ancien président Pervez Musharraf et l'a sommé de comparaître devant le tribunal le 19 février", a déclaré à l'AFP le procureur Chaudhry Zulfiqar Ali.

Mme Bhutto, deux fois chef du gouvernement dans les années 1990, a été tuée le 27 décembre 2007 à Rawalpindi dans un attentat suicide accompagné de tirs au moment où elle sortait d'un meeting de campagne pour les législatives de 2008. Elle était l'épouse d'Asif Ali Zardari, qui a remporté la victoire en février 2008 et est aujourd'hui président du Pakistan.

"Une équipe d'enquêteurs, formée pour élucider cet assassinat, a rendu un rapport qui met en lumière l'implication de Musharraf et sa responsabilité", a ajouté le procureur.

"Le rapport fait état d'une large conspiration impliquant Pervez Musharraf, deux officiers de police et les terroristes", a ajouté M. Ali, après une audition à huis-clos à la prison Adiala de Rawalpindi.

M. Musharraf, président pakistanais quand Mme Bhutto a été tuée le 27 décembre 2007, s'est lui-même exilé à Londres après la défaite et cet ancien militaire est peu susceptible de rentrer dans son pays. Il avait imputé l'assassinat de Mme Bhutto au chef taliban Baitullah Mehsud, qui avait démenti et qui est mort depuis en août 2009, tué par un tir de drône américain.

Interrogé pour savoir ce qui se passera si M. Musharraf ne se présente pas devant la justice de son pays, le procureur a simplement répondu qu'"on verrait cela en temps utile".

En décembre, deux haut responsables policiers pakistanais soupçonnés d'avoir manqué à leurs devoirs lors de l'assassinat de l'ancien Premier ministre ont été arrêtés.

Les deux policiers, Saud Aziz, à l'époque chef de la police de Rawalpindi, et Khurram Shahzad, sont notamment accusés d'"avoir échoué à protéger Mme Bhutto".

En avril 2010, un rapport de l'ONU a fait apparaître que le drame aurait pu être évité si des mesures de sécurité adaptées aux menaces avaient été prises.

L'ONU a aussi pointé les entraves des renseignements pakistanais et d'autres responsables pour empêcher l'enquête.

Première publication : 12/02/2011

  • PAKISTAN

    L'ancien président Musharraf lance un nouveau parti en vue des législatives

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ONU met en cause Islamabad dans la mort de Benazir Bhutto

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le président Zardari obtient de l'ONU le report de la publication du rapport Bhutto

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)