Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

  • Gaza : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-président Pervez Musharraf visé par un mandat d'arrêt

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2011

L'ex-président pakistanais, Pervez Musharraf, est visé par un mandat d'arrêt dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto. Musharraf a répondu en précisant qu'il ne se soumettra pas au mandat d'arrêt.

AFP - Un tribunal pakistanais a émis samedi un mandat d'arrêt visant l'ex-président Pervez Musharraf dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, a annoncé un procureur spécial.

"Le juge Rana Nisar Ahmad a émis un mandat sans possibilité de caution visant l'ancien président Pervez Musharraf et l'a sommé de comparaître devant le tribunal le 19 février", a déclaré à l'AFP le procureur Chaudhry Zulfiqar Ali.

Mme Bhutto, deux fois chef du gouvernement dans les années 1990, a été tuée le 27 décembre 2007 à Rawalpindi dans un attentat suicide accompagné de tirs au moment où elle sortait d'un meeting de campagne pour les législatives de 2008. Elle était l'épouse d'Asif Ali Zardari, qui a remporté la victoire en février 2008 et est aujourd'hui président du Pakistan.

"Une équipe d'enquêteurs, formée pour élucider cet assassinat, a rendu un rapport qui met en lumière l'implication de Musharraf et sa responsabilité", a ajouté le procureur.

"Le rapport fait état d'une large conspiration impliquant Pervez Musharraf, deux officiers de police et les terroristes", a ajouté M. Ali, après une audition à huis-clos à la prison Adiala de Rawalpindi.

M. Musharraf, président pakistanais quand Mme Bhutto a été tuée le 27 décembre 2007, s'est lui-même exilé à Londres après la défaite et cet ancien militaire est peu susceptible de rentrer dans son pays. Il avait imputé l'assassinat de Mme Bhutto au chef taliban Baitullah Mehsud, qui avait démenti et qui est mort depuis en août 2009, tué par un tir de drône américain.

Interrogé pour savoir ce qui se passera si M. Musharraf ne se présente pas devant la justice de son pays, le procureur a simplement répondu qu'"on verrait cela en temps utile".

En décembre, deux haut responsables policiers pakistanais soupçonnés d'avoir manqué à leurs devoirs lors de l'assassinat de l'ancien Premier ministre ont été arrêtés.

Les deux policiers, Saud Aziz, à l'époque chef de la police de Rawalpindi, et Khurram Shahzad, sont notamment accusés d'"avoir échoué à protéger Mme Bhutto".

En avril 2010, un rapport de l'ONU a fait apparaître que le drame aurait pu être évité si des mesures de sécurité adaptées aux menaces avaient été prises.

L'ONU a aussi pointé les entraves des renseignements pakistanais et d'autres responsables pour empêcher l'enquête.

Première publication : 12/02/2011

  • PAKISTAN

    L'ancien président Musharraf lance un nouveau parti en vue des législatives

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ONU met en cause Islamabad dans la mort de Benazir Bhutto

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le président Zardari obtient de l'ONU le report de la publication du rapport Bhutto

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)