Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne: Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

  • Le camp Bouteflika crie victoire, l'opposant Ali Benflis dénonce des fraudes

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • À Genève, un accord commun conclu pour une issue à la crise ukrainienne

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

Asie - pacifique

L'ex-président Pervez Musharraf visé par un mandat d'arrêt

©

Vidéo par Christophe DANSETTE

Texte par Dépêche

Dernière modification : 12/02/2011

L'ex-président pakistanais, Pervez Musharraf, est visé par un mandat d'arrêt dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto. Musharraf a répondu en précisant qu'il ne se soumettra pas au mandat d'arrêt.

AFP - Un tribunal pakistanais a émis samedi un mandat d'arrêt visant l'ex-président Pervez Musharraf dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat de l'ancien Premier ministre Benazir Bhutto, a annoncé un procureur spécial.

"Le juge Rana Nisar Ahmad a émis un mandat sans possibilité de caution visant l'ancien président Pervez Musharraf et l'a sommé de comparaître devant le tribunal le 19 février", a déclaré à l'AFP le procureur Chaudhry Zulfiqar Ali.

Mme Bhutto, deux fois chef du gouvernement dans les années 1990, a été tuée le 27 décembre 2007 à Rawalpindi dans un attentat suicide accompagné de tirs au moment où elle sortait d'un meeting de campagne pour les législatives de 2008. Elle était l'épouse d'Asif Ali Zardari, qui a remporté la victoire en février 2008 et est aujourd'hui président du Pakistan.

"Une équipe d'enquêteurs, formée pour élucider cet assassinat, a rendu un rapport qui met en lumière l'implication de Musharraf et sa responsabilité", a ajouté le procureur.

"Le rapport fait état d'une large conspiration impliquant Pervez Musharraf, deux officiers de police et les terroristes", a ajouté M. Ali, après une audition à huis-clos à la prison Adiala de Rawalpindi.

M. Musharraf, président pakistanais quand Mme Bhutto a été tuée le 27 décembre 2007, s'est lui-même exilé à Londres après la défaite et cet ancien militaire est peu susceptible de rentrer dans son pays. Il avait imputé l'assassinat de Mme Bhutto au chef taliban Baitullah Mehsud, qui avait démenti et qui est mort depuis en août 2009, tué par un tir de drône américain.

Interrogé pour savoir ce qui se passera si M. Musharraf ne se présente pas devant la justice de son pays, le procureur a simplement répondu qu'"on verrait cela en temps utile".

En décembre, deux haut responsables policiers pakistanais soupçonnés d'avoir manqué à leurs devoirs lors de l'assassinat de l'ancien Premier ministre ont été arrêtés.

Les deux policiers, Saud Aziz, à l'époque chef de la police de Rawalpindi, et Khurram Shahzad, sont notamment accusés d'"avoir échoué à protéger Mme Bhutto".

En avril 2010, un rapport de l'ONU a fait apparaître que le drame aurait pu être évité si des mesures de sécurité adaptées aux menaces avaient été prises.

L'ONU a aussi pointé les entraves des renseignements pakistanais et d'autres responsables pour empêcher l'enquête.

Première publication : 12/02/2011

  • PAKISTAN

    L'ancien président Musharraf lance un nouveau parti en vue des législatives

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    L'ONU met en cause Islamabad dans la mort de Benazir Bhutto

    En savoir plus

  • PAKISTAN

    Le président Zardari obtient de l'ONU le report de la publication du rapport Bhutto

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)