Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Algérie : un Français enlevé par un groupe lié à l'organisation de l'EI

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCONOMIE

Couple franco-allemand : la cigale et la fourmi ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Nicole Garcia, actrice et réalisatrice accomplie

En savoir plus

FOCUS

L'Afrique à Paris !

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

La route rebelle de Nouvelle-Caledonie et les étudiants reconstruisent Tripoli

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Graham Watson, président du Parti des Libéraux et Démocrates pour l'Europe

En savoir plus

ICI L'EUROPE

UE : avec Pierre Moscovici, un changement de cap économique ?

En savoir plus

  • Frappes contre l’EI en Syrie : "Ce n'est pas le combat de l'Amérique seule"

    En savoir plus

  • Arab Bank reconnue coupable d'avoir financé des terroristes

    En savoir plus

  • Course contre la montre pour retrouver l’otage français en Algérie

    En savoir plus

  • Emma Watson, féministe engagée et menacée

    En savoir plus

  • Arrestation à Orly de trois jihadistes présumés, dont le mari de Souad Merah

    En savoir plus

  • Ségolène Royal : "le dérèglement climatique est un enjeu crucial"

    En savoir plus

  • Poucettes, matraques à pointes : le marché de la torture "made in China"

    En savoir plus

  • Les lycéennes et collégiennes turques autorisées à porter le voile islamique

    En savoir plus

  • Droit à l'avortement : le gouvernement espagnol abandonne son projet de loi

    En savoir plus

  • Les États-Unis frappent le cœur de l’EI en Syrie

    En savoir plus

  • L'armée israélienne abat un avion de chasse syrien au-dessus du Golan

    En savoir plus

  • La justice autorise l'adoption d'enfants nés d'une PMA à l'étranger

    En savoir plus

  • Les Kurdes syriens réfugiés à Erbil prêts à repartir au combat contre l'EI

    En savoir plus

  • Rapt du Français en Algérie : qui se cache derrière les "Soldats du califat" ?

    En savoir plus

  • Prison à vie pour Ilham Tohti : "Ils ont créé un 'Mandela ouïghour'"

    En savoir plus

  • L'armée tue deux Palestiniens accusés de la mort des adolescents israéliens

    En savoir plus

Afrique

Sous l'impulsion de l'armée, la vie quotidienne reprend son cours

Vidéo par Alix LE BOURDON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/02/2011

Pour ce premier jour ouvré de l'après-Moubarak, les Cairotes tentent de renouer avec leurs habitudes. La circulation devrait être rouverte place Tahrir. Certains manifestants ont menacé de revenir si l'armée ne tenait pas ses promesses.

REUTERS - Les Egyptiens tentent ce dimanche de reprendre le cours de leur vie quotidienne dans un pays qu'ils ont pourtant bouleversé deux jours plus tôt en
obtenant le départ d'Hosni Moubarak après quasiment 30 années de pouvoir autoritaire.
 

Pour ce premier jour ouvré de l'après-Moubarak, les commerces vont rouvrir et de nombreux Egyptiens vont reprendre le chemin du travail après 18 journées qui ont changé le cours de l'histoire moderne de l'Egypte et peut-être de la région.
 
Certains dirigeants du mouvement de contestation fatal à Hosni Moubarak ont toutefois menacé d'organiser de nouvelles manifestations si leurs revendications en faveur de changements démocratiques n'étaient pas exaucées par l'armée.

Les militaires, qui ont pris les rênes du pays via un conseil suprême des forces armées, se sont engagés à remettre le pouvoir aux civils à l'issue d'un processus transparent et
démocratique. Ils n'ont cependant fourni aucun calendrier détaillé.
 

Le point sur la place Tahrir à 7H

Quelques précisions pourraient être apportées à l'issue d'une réunion ministérielle prévue ce dimanche.
 
Le rétablissement de l'ordre est l'une des priorités des militaires, qui protègent les bâtiments stratégiques en l'absence de la police, qui semble s'être volatilisée.
 
Des centaines de personnes ont encore campé durant la nuit sur la place Tahrir dans le centre du Caire pour maintenir la pression sur la hiérarchie militaire.
 
Foule joyeuse


"Si l'armée ne remplit pas nos exigences, notre soulèvement et ses manifestations concrètes repartiront de plus belle", a prévenu Safouat Hegazi, l'un des chefs de file de la
contestation.
 
Les protestataires réclament la levée de l'état d'urgence et la dissolution du parlement issu des élections législatives de novembre, largement considérées comme truquées au profit du Parti national démocrate (PND) au pouvoir.
 
Une foule joyeuse a continué dans la nuit de samedi à dimanche à célébrer la chute d'Hosni Moubarak dans les rues du Caire, animées par de la musique et colorées par les drapeaux égyptiens.
 

Des manifestants continuent à occuper la place Tahrir


L'ancien président, âgé de 82 ans, semble s'être retiré dans sa résidence de Charm el Cheikh, sur les rives de la mer Rouge.

L'Egypte est l'un des principaux alliés des Etats-Unis dans le monde arabe et elle est l'un des deux seuls pays de la région à avoir conclu la paix avec Israël.
 
L'armée a tenté d'apaiser les craintes américaines et israéliennes quant aux conséquences des bouleversements en cours en s'engageant à respecter les obligations internationales de l'Egypte.
 
Après le renversement du président tunisien Zine Ben Ali le 14 janvier, la chute d'Hosni Moubarak inspire des mouvements populaires contre les régimes en place dans de nombreux pays de la région.
 
Au Yémen, un rassemblement antigouvernemental a été réprimé samedi tandis qu'à Alger, les forces de l'ordre déployées en masse ont empêché une manifestation en faveur de changements démocratiques en Algérie.
 


 

Première publication : 13/02/2011

  • ÉGYPTE

    L'armée promet une "transition pacifique" vers "un pouvoir civil élu"

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Qui dirige l’Égypte depuis le départ du "raïs" ?

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le départ d'Hosni Moubarak provoque de nombreuses réactions dans le monde

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)