Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

EUROPE

Les Suisses se prononcent sur l'interdiction des armes militaires à domicile

Vidéo par France 3

Texte par Dépêche

Dernière modification : 13/02/2011

Les Suisses doivent se prononcer par référendum sur une initiative populaire visant à interdire aux hommes de conserver chez eux leurs armes hors des périodes de service militaire, un projet dénoncé avec vigueur par les partis de droite.

AFP - Les Suisses se prononcent dimanche par référendum sur la proposition d'interdire aux hommes de conserver leurs armes à la maison en dehors des périodes de service militaire, une pratique qui existe depuis 1874.
              
L'initiative veut aussi interdire aux hommes ayant achevé leur service militaire de pouvoir garder chez eux leur fusil ou arme de service. Elle propose de laisser ces armes dans un arsenal et de créer un registre fédéral.
              
De la sorte, les partis de gauche et les organisations pour la paix ou féminines veulent notamment empêcher les suicides et la violence conjugale. Selon eux, la Suisse présente le taux de suicides par arme à feu le plus élevé de toute l'Europe.
              
Mais toucher à cette tradition de l'arme à domicile, c’est toucher dans l'inconscient collectif au mythe de Guillaume Tell, s'indignent certains.
              
"+Notre armée est notre fiancée+, nous enseigne-t-on à l'école de recrues", explique le président des Jeunes UDC à Genève, Xavier Schwitzguebel, interrogé par l'AFP. "L'armée de milice suisse est fondée sur la confiance entre l'Etat et le soldat-citoyen".
              
"Cette initiative n’est qu’une tentative supplémentaire d’affaiblir notre armée afin de la supprimer. Notre armée fait partie de nos valeurs", déplorent de leur côté les libéraux-radicaux.
              
Le gouvernement suisse, également opposé à l'initiative, relève que les hommes et femmes qui font le service militaire ont déjà le devoir de laisser les cartouches à la caserne. Berne fait aussi valoir que l'"arme personnelle fait partie de la disponibilité fondamentale d'une armée crédible" et qu'elle est "l'expression de l'attachement et de la confiance liant notre Etat et ses citoyens".
              
Car garder l'arme militaire dans l'armoire familiale fait en quelque sorte partie de la doctrine de défense de la Suisse (environ 200.000 soldats) qui repose sur sa capacité à mobiliser des milliers de réservistes armés.
              
Par ailleurs la loi sur les armes autorise les plus de 18 ans à posséder des armes, sous certaines conditions.
              
Selon le ministère helvétique de la Défense, environ deux millions d'armes à feu circulent dans la Confédération, une pour un peu plus de trois habitants, et environ 240.000 armes ne sont pas enregistrées.
              
Pour que l'initiative passe, elle doit être acceptée par la majorité des Suisses et celle des cantons.
              
Selon un sondage de l’Institut suisse gfs publié le 2 février, les partisans perdaient de leur avance à 47% des voix, contre 45% de non et 8% d’indécis.

 

Première publication : 13/02/2011

  • SUISSE

    Les électeurs approuvent l'expulsion automatique des criminels étrangers

    En savoir plus

  • RÉFÉRENDUM

    Les Suisses se prononcent en faveur de l'interdiction des minarets

    En savoir plus

  • SUISSE

    Le référendum sur l'interdiction des minarets soulève la controverse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)