Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Hollande solidaire avec Netanyahou

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Israël - Hamas : à qui profite la guerre ? (partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace et PDG de GDF Suez

En savoir plus

SUR LE NET

Mondial 2014 : le match Allemagne-Brésil inspire le Net

En savoir plus

FOCUS

Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

En savoir plus

DÉBATS POLITIQUES EN FRANCE

Littérature , histoire et pouvoir

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Frédéric Tissot, ancien consul général de France à Erbil

En savoir plus

FOCUS

La charia a-t-elle sa place dans le droit britannique?

En savoir plus

  • Vidéo : à Gaza, entre guerre psychologique et pénuries

    En savoir plus

  • Vidéo : à Tel-Aviv, les habitants vivent dans la peur des tirs de roquettes

    En savoir plus

  • Obama face à la "crise humanitaire" des mineurs clandestins au Texas

    En savoir plus

  • Lancement de la “première application de télékinésie pour Google Glass"

    En savoir plus

  • L'armée ukrainienne avance vers Donetsk, toujours aux mains des pro-russes

    En savoir plus

  • Ces missiles que le Hamas utilise pour "terroriser" Israël

    En savoir plus

  • Allemagne : le chef des services secrets américains expulsé

    En savoir plus

  • Un raid israélien tue neuf spectateurs de la demi-finale du Mondial à Gaza

    En savoir plus

  • Le scandale des bébés du "péché" traumatise l'Irlande

    En savoir plus

  • Le conflit israélo-palestinien change le sens de l'application Yo

    En savoir plus

  • Vidéo : ramadan sous tension pour les musulmans de Pékin

    En savoir plus

  • L'Argentine rejoint l'Allemagne en finale du Mondial

    En savoir plus

  • Un concours lancé en Suisse pour dépoussiérer l'hymne national

    En savoir plus

  • Lunettes danoises de François Hollande : les opticiens français voient rouge

    En savoir plus

  • Chikungunya aux Antilles : "une épidémie majeure" pour Marisol Touraine

    En savoir plus

Moyen-orient

L'armée appelle les grévistes à reprendre le travail

©

Vidéo par Cyril VANIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2011

L'armée, qui dirige l'Égypte depuis la chute du président Hosni Moubarak, a appelé à l'arrêt des mouvements sociaux qui se multiplient dans le pays pour réclamer des hausses de salaires et une amélioration des conditions de travail, ce lundi.

Après les revendications politiques, la contestation populaire en Égypte a glissé sur le terrain social, lundi. Des groupes de grévistes, étudiants, ambulanciers, banquiers ou fonctionnaires ont manifesté dans différents quartiers de la capitale égyptienne pour réclamer des hausses de salaires et une amélioration des conditions de travail.

Monde arabe : les raisons de la révolte
Cliquez ici pour voir la carte interactive

Le Conseil suprême des forces armées, qui plaide pour un retour à l’ordre public et une reprise de l’économie, a demandé aux syndicats l’arrêt des mouvements sociaux. Dans un communiqué lu à la télévision d'État, l'armée a affirmé que "les Égyptiens honorables voient que ces protestations en ce moment délicat" ont des "conséquences négatives" pour le pays.

Des arrêts de travail et des manifestations ont eu lieu dans les transports, la banque, le secteur pétrolier, l’industrie textile ainsi qu’au sein de médias officiels et de certains organismes gouvernementaux."Il est difficile de dire exactement combien de personnes sont en grève et où", a affirmé à l'AFP Kamal Abbas, le responsable du Centre des services pour les syndicats et les ouvriers (CTWS), un organisme indépendant spécialisé dans les affaires sociales.

Par ailleurs, une foule d’irréductibles opposants investissent toujours la place Tahrir, nouvelle "agora" cairote. Une foule hétéroclite de près de 2 000 personnes s’y est retrouvée dans la journée de lundi, interrompant le trafic autour du rond-point, quelques heures seulement après l'évacuation de la zone par la police militaire et l'armée.

Vers un amendement de la Constitution

Dimanche, l'armée égyptienne a commencé à démanteler les institutions du régime d’Hosni Moubarak après que le président déchu lui a cédé le pouvoir, vendredi soir.

Le Conseil suprême a ainsi annoncé la dissolution de l’Assemblée du peuple et de la Choura - les deux chambres du Parlement - et la création d'une commission pour amender la Constitution dont les conclusions seront soumises à un réferendum d'ici à deux mois. Les amendements constitutionnels devraient être finalisés dans les dix prochaines jours.

Le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, qui dirige le Conseil, a également indiqué qu’il présiderait aux destinées du pays jusqu’à l’organisation des prochaines élections législatives et présidentielle, prévues pour septembre prochain.

Des décisions que les Cairotes jugent dans leur ensemble "positives", selon Melissa Bell, envoyée spéciale de FRANCE 24 en Égypte. Mais la transition politique s’annonce difficile, poursuit celle-ci.

L’Égypte de l’après-Moubarak fidèle à ses obligations internationales

Selon l’envoyée spéciale de FRANCE 24 toujours, "la population, dans son ensemble, fait confiance aux militaires mais reste vigilante, car l’armée n’a toujours pas répondu à deux de leurs revendications : la libération des prisonniers politiques et la levée de l’état d’urgence."

À la Une : Peut-on avoir confiance en l'armée égyptienne ?

De son côté, le Premier ministre, Ahmed Chafik, a déclaré que sa première priorité était de "restaurer la sécurité et de faciliter la vie quotidienne de la population". Il a également assuré que l'ex-président était toujours dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh, au bord de la mer Rouge, démentant les rumeurs d'un départ à l'étranger.

Dimanche toujours, près de 1 000 policiers ont par ailleurs défilé devant le ministère de l'Intérieur pour réclamer des hausses de salaires, de meilleures conditions de travail et la condamnation à mort de leur ancien ministre, Habib el-Adli, révoqué  sous la pression de la rue à la fin de janvier. Accusés de corruption et méprisés par une grande partie de la population, les policiers ont souhaité se rassembler "pour leur honneur". "Nous ne sommes pas des traîtres", a-t-on entendu dans les cortèges. Ils ont assuré qu'ils avaient reçu des ordres pour réprimer avec brutalité les manifestations qui avaient débuté le 25 janvier.

Du côté des relations internationales, le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui a indiqué que le pays restait engagé par ses traités et obligations internationaux. Un message destiné à apaiser les inquiétudes des États-Unis et d'Israël quant au devenir des accords de paix israélo-égyptiens, qui font du Caire un partenaire incontournable des efforts de paix dans la région.

La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont par ailleurs annoncé que l'Égypte leur avait demandé de geler les avoirs d'ex-hauts responsables égyptiens, Paris précisant que la demande n'incluait pas M. Moubarak.

Première publication : 15/02/2011

  • ÉGYPTE

    Après une révolution plébiscitée par les internautes, une Constitution participative ?

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les manifestants maintiennent la pression sur l'armée place Tahrir

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Musée national victime de pillages pendant les révoltes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)