Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Une série télé irakienne se moque de l'organisation de l'État islamique

En savoir plus

DÉBAT

Hong Kong se révolte : le pouvoir de Pékin face au défi démocratique

En savoir plus

FOCUS

Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Début des audiences de Charles Blé Goudé devant la CPI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jacques Weber, un colosse du théâtre français

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Papa Wemba, invité du Journal de l'Afrique !

En savoir plus

REPORTERS

Vidéo : elle filme au péril de sa vie à Raqqa, fief de l'EI en Syrie

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Les sports oubliés dans le vent

En savoir plus

SUR LE NET

Instagram bloqué en Chine

En savoir plus

  • Londres a mené ses premières frappes aériennes contre l’EI en Irak

    En savoir plus

  • Le PSG s'offre un succès de prestige face au Barça

    En savoir plus

  • Des ravisseurs d'Hervé Gourdel, décapité en Algérie, ont été identifiés

    En savoir plus

  • Manifestations à Hong Kong : Pékin prive les Chinois d’informations sur Internet

    En savoir plus

  • Barack Obama salue un accord de sécurité "historique" avec Kaboul

    En savoir plus

  • Ebola : l'expérience "désespérée" d'un médecin libérien

    En savoir plus

  • Terrorisme : pour Marine Le Pen, les Français musulmans sont "pris au piège"

    En savoir plus

  • Ello, le réseau social qui se la joue anti-Facebook

    En savoir plus

  • Fonds "vautours" : l’Argentine défie les États-Unis sur sa dette

    En savoir plus

  • Quinze ans de prison requis contre le leader de Sharia4Belgium

    En savoir plus

  • Irak : quand la téléréalité confronte des jihadistes de l’EI à leurs victimes

    En savoir plus

  • À Montpellier, des pluies diluviennes créent la pagaille

    En savoir plus

  • Mafalda, une héroïne éprise de paix et de justice

    En savoir plus

  • Vidéo : les Kurdes de Turquie tentent de rallier Kobani, assiégée par l’EI

    En savoir plus

Moyen-orient

L'armée appelle les grévistes à reprendre le travail

Vidéo par Cyril VANIER

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 15/02/2011

L'armée, qui dirige l'Égypte depuis la chute du président Hosni Moubarak, a appelé à l'arrêt des mouvements sociaux qui se multiplient dans le pays pour réclamer des hausses de salaires et une amélioration des conditions de travail, ce lundi.

Après les revendications politiques, la contestation populaire en Égypte a glissé sur le terrain social, lundi. Des groupes de grévistes, étudiants, ambulanciers, banquiers ou fonctionnaires ont manifesté dans différents quartiers de la capitale égyptienne pour réclamer des hausses de salaires et une amélioration des conditions de travail.

Monde arabe : les raisons de la révolte
Cliquez ici pour voir la carte interactive

Le Conseil suprême des forces armées, qui plaide pour un retour à l’ordre public et une reprise de l’économie, a demandé aux syndicats l’arrêt des mouvements sociaux. Dans un communiqué lu à la télévision d'État, l'armée a affirmé que "les Égyptiens honorables voient que ces protestations en ce moment délicat" ont des "conséquences négatives" pour le pays.

Des arrêts de travail et des manifestations ont eu lieu dans les transports, la banque, le secteur pétrolier, l’industrie textile ainsi qu’au sein de médias officiels et de certains organismes gouvernementaux."Il est difficile de dire exactement combien de personnes sont en grève et où", a affirmé à l'AFP Kamal Abbas, le responsable du Centre des services pour les syndicats et les ouvriers (CTWS), un organisme indépendant spécialisé dans les affaires sociales.

Par ailleurs, une foule d’irréductibles opposants investissent toujours la place Tahrir, nouvelle "agora" cairote. Une foule hétéroclite de près de 2 000 personnes s’y est retrouvée dans la journée de lundi, interrompant le trafic autour du rond-point, quelques heures seulement après l'évacuation de la zone par la police militaire et l'armée.

Vers un amendement de la Constitution

Dimanche, l'armée égyptienne a commencé à démanteler les institutions du régime d’Hosni Moubarak après que le président déchu lui a cédé le pouvoir, vendredi soir.

Le Conseil suprême a ainsi annoncé la dissolution de l’Assemblée du peuple et de la Choura - les deux chambres du Parlement - et la création d'une commission pour amender la Constitution dont les conclusions seront soumises à un réferendum d'ici à deux mois. Les amendements constitutionnels devraient être finalisés dans les dix prochaines jours.

Le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui, qui dirige le Conseil, a également indiqué qu’il présiderait aux destinées du pays jusqu’à l’organisation des prochaines élections législatives et présidentielle, prévues pour septembre prochain.

Des décisions que les Cairotes jugent dans leur ensemble "positives", selon Melissa Bell, envoyée spéciale de FRANCE 24 en Égypte. Mais la transition politique s’annonce difficile, poursuit celle-ci.

L’Égypte de l’après-Moubarak fidèle à ses obligations internationales

Selon l’envoyée spéciale de FRANCE 24 toujours, "la population, dans son ensemble, fait confiance aux militaires mais reste vigilante, car l’armée n’a toujours pas répondu à deux de leurs revendications : la libération des prisonniers politiques et la levée de l’état d’urgence."

À la Une : Peut-on avoir confiance en l'armée égyptienne ?

De son côté, le Premier ministre, Ahmed Chafik, a déclaré que sa première priorité était de "restaurer la sécurité et de faciliter la vie quotidienne de la population". Il a également assuré que l'ex-président était toujours dans la station balnéaire de Charm el-Cheikh, au bord de la mer Rouge, démentant les rumeurs d'un départ à l'étranger.

Dimanche toujours, près de 1 000 policiers ont par ailleurs défilé devant le ministère de l'Intérieur pour réclamer des hausses de salaires, de meilleures conditions de travail et la condamnation à mort de leur ancien ministre, Habib el-Adli, révoqué  sous la pression de la rue à la fin de janvier. Accusés de corruption et méprisés par une grande partie de la population, les policiers ont souhaité se rassembler "pour leur honneur". "Nous ne sommes pas des traîtres", a-t-on entendu dans les cortèges. Ils ont assuré qu'ils avaient reçu des ordres pour réprimer avec brutalité les manifestations qui avaient débuté le 25 janvier.

Du côté des relations internationales, le maréchal Mohamed Hussein Tantaoui a indiqué que le pays restait engagé par ses traités et obligations internationaux. Un message destiné à apaiser les inquiétudes des États-Unis et d'Israël quant au devenir des accords de paix israélo-égyptiens, qui font du Caire un partenaire incontournable des efforts de paix dans la région.

La France, l'Allemagne et la Grande-Bretagne ont par ailleurs annoncé que l'Égypte leur avait demandé de geler les avoirs d'ex-hauts responsables égyptiens, Paris précisant que la demande n'incluait pas M. Moubarak.

Première publication : 15/02/2011

  • ÉGYPTE

    Après une révolution plébiscitée par les internautes, une Constitution participative ?

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Les manifestants maintiennent la pression sur l'armée place Tahrir

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Le Musée national victime de pillages pendant les révoltes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)