Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Libération des otages turcs enlevés dans le nord de l'Irak

    En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

EUROPE

Rome sollicite l'aide internationale pour enrayer l'afflux de migrants tunisiens

Vidéo par Inès OLHAGARAY

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2011

En cinq jours, 5 000 Tunisiens ont migré vers l'île de Lampedusa. Le gouvernement italien, qui a proclamé l'état d'urgence humanitaire, en appelle à l'aide internationale. La Commission européenne s'est engagée à se pencher sur la question.

AFP - Les débarquements massifs de Tunisiens sur la petite île italienne de Lampedusa se sont poursuivis dimanche, suscitant l'inquiétude de Rome qui a lancé un appel à l'aide internationale pour affronter la crise et veut déployer ses policiers en Tunisie.

"Je demanderai au ministre tunisien des Affaires étrangères l'autorisation pour nos forces d'intervenir en Tunisie pour bloquer les flux. Le système tunisien est en train de s'écrouler", a déclaré le ministre de l'Intérieur Roberto Maroni au journal télévisé TG5.

Le porte-parole du gouvernement tunisien a qualifié cette idée d'"inacceptable", plus tard dans la soirée sur la chaîne de télévision Al-Arabiya.

M. Maroni, membre de la Ligue du Nord, un parti anti-immigrés et populiste, a également critiqué l'absence d'une action européenne concertée, déclarant que l'UE "a laissé l'Italie seule, comme d'habitude", face au débarquement d'environ 5.000 personnes en cinq jours.

"L'Europe ne fait rien. Je suis très préoccupé et j'ai demandé l'intervention urgente de l'UE car le Maghreb est en train d'exploser. Comme d'habitude, on nous a laissés seuls. Nous gérons l'urgence humanitaire avec la seule protection civile. Une intervention de l'Europe est indispensable", a insisté le ministre.

A Tunis, une source proche du gouvernement a déclaré dans la soirée à l'AFP que les autorités tunisiennes avaient envoyé des renforts pour enrayer le flux des clandestins depuis les côtes tunisiennes vers l'Europe.

A Bruxelles, la Commission européenne a déclaré qu'elle examinait les mesures qu'elle pourrait prendre pour aider l'Italie.

Autant la Tunisie est fortement attachée à préserver les relations d'amitié et de coopération établies avec l'Italie et à les promouvoir davantage, autant elle exprime son étonnement face à cette [décision de faire appel à l'aide de l'Union européenne, NDLR].

Le ministère tunisien des Affaires étrangères, le 14 février 2011

La commissaire européenne à la Sécurité Cecilia Malmström "a parlé personnellement hier avec M. Maroni, et elle est parfaitement consciente de la pression exceptionnelle sur l'Italie" que constitue ce débarquement massif, a déclaré une porte-parole de la Commission.

Près de 1.400 personnes sont arrivées à Lampedusa seulement depuis samedi minuit, selon des chiffres des gardes-côtes.

Pour soulager les immigrés, les autorités italiennes ont décidé l'ouverture immédiate du Centre de premier accueil qui avait été fermé en 2009, et un millier de personnes environ y a trouvé tout de suite refuge.

"Il est devenu impossible pour nous de vivre en Tunisie: il y a des violences, des enlèvements, on ne sait plus qui commande, le pays est à la dérive", a déclaré une femme arrivée dans la nuit, qui dit vouloir rejoindre sa famille en France.

"Nous avons peur. La révolution de janvier n'a absolument rien changé. Nous voulons trouver du travail en Europe et nous demandons l'aide du peuple italien", a déclaré un jeune homme à la télévision Sky TG-24.

Le gouvernement italien a proclamé samedi l'état d'urgence humanitaire, ce qui permet de prendre des mesures immédiates et de mobiliser rapidement des moyens financiers

Monde arabe : les raisons de la révolte
Cliquez ici pour voir la carte interactive
"Mais cela ne suffit plus, nous devons mobiliser les pays de la Méditerranée qui ont des navires, des avions et des hélicoptères" pour contrôler la côte tunisienne, a déclaré dans une interview au Corriere della Sera le ministre des Affaires étrangères Franco Frattini.

M. Frattini a préconisé le "modèle Albanie" pour résoudre le problème des réfugiés tunisiens. Dans les années 90, quand des milliers de réfugiés albanais arrivaient en Italie, Rome a déployé, avec l'accord de Tirana, des navires militaires dans les eaux albanaises, arrêtant ainsi les trafiquants de clandestins.

Le ministre a par ailleur annoncé dimanche soir une visite éclair en Tunisie lundi après-midi, au cours de laquelle il doit rencontrer le Premier ministre Mohammed Ghannouchi, en marge d'un voyage prévu de longue date en Syrie et en Jordanie.

Le chef de la diplomatie de l'UE, la Britannique Catherine Ashton, doit aussi se rendre en Tunisie lundi.

Première publication : 14/02/2011

  • ITALIE

    Un millier de Tunisiens ont débarqué illégalement dans la nuit à Lampedusa

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La Tunisie d'après-Ben Ali tente de reconquérir le cœur des touristes français

    En savoir plus

  • La Tunisie après Ben Ali

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)