Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Inquiétudes sur le projet de loi antiterroriste

En savoir plus

POLITIQUE

Gouvernement Philippe II : derrière la technique, la politique

En savoir plus

FOCUS

Soudan du Sud : la guerre civile vue de l'intérieur

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le Puy du Fou, 40 ans de voyage dans le temps

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Chapeau bas, Queen Élisabeth !"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Bayrou out : pas de quartiers"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Gloire et décadence de Travis Kalanick, patron d'Uber

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Démission forcée du PDG d'Uber : quelles conséquences pour le groupe ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Fête de la musique : coupé-décalé en plein Paris

En savoir plus

Amériques

Nicolas Sarkozy demande le transfèrement en France de Florence Cassez

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2011

Après avoir reçu les parents de la jeune femme condamnée à 60 ans de prison à Mexico pour complicité d'enlèvement et séquestration, le chef de l'État a demandé son transfèrement dans l'Hexagone et lui a dédié l'année du Mexique en France.

AFP - Le président Nicolas Sarkozy a annoncé lundi sa décision de maintenir l'année du Mexique en France mais de la dédier à Florence Cassez, la Française condamnée à 60 ans de prison au Mexique et qui clame son innocence depuis 2005.
              
"Le peuple de France est ami avec le peuple du Mexique" et "nous faisons la différence entre le peuple mexicain et certains de ses dirigeants", a affirmé le chef de l'Etat, après avoir reçu à l'Elysée les parents de la jeune femme .
              
Selon lui, "supprimer l'année du Mexique en France serait faire offense au peuple mexicain" et serait "inapproprié".
              
"Je demande le maintien de l'année du Mexique en France" et "la dédie à Florence Cassez", a-t-il déclaré.

Nicolas Sarkozy dédie l'année du Mexique en France à Florence Cassez


Le président a également affirmé qu'il demandait aux autorités mexicaines de "veiller à la sécurité" de la jeune femme.
              
M. Sarkozy, qui était entouré des parents de Florence Cassez, qu'il recevait pour la dixième fois, et de la ministre des Affaires étrangères Michèle Alliot-Marie, a indiqué qu'il venait de "s'entretenir longuement au téléphone" avec la jeune prisonnière. Il a ajouté que c'était avec son "accord" et celui de ses parents qu'il "a pris ses décisions".
              
"Nous ne laisserons pas 60 ans de plus cette jeune femme dans une prison", a encore affirmé le chef de l'Etat.

 

Première publication : 14/02/2011

  • MEXIQUE

    L'affaire Cassez tourne au pugilat diplomatique entre Paris et Mexico

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    La justice mexicaine rejette le recours en cassation de Florence Cassez

    En savoir plus

  • MEXIQUE

    L'arrestation de Florence Cassez était une mise en scène

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)