Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

BILLET RETOUR

Prijedor : les survivants contre l’oubli

En savoir plus

REPORTERS

En Inde, des votes à vendre

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les mutins du PS défient Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Bouteflika dans un fauteuil

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Présidentielle algérienne : Abdelaziz Bouteflika vote en fauteuil roulant

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Accueil mitigé du "Twitter chinois"

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Présidentielle en Algérie : un vote, quels changements ? (Partie 1)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du Conseil de la simplification

En savoir plus

  • En direct : l'Algérie attend les résultats d'un scrutin déjà contesté

    En savoir plus

  • Reportage interactif : Cambodge, les sacrifiés du sucre

    En savoir plus

  • Ukraine : "Moscou ne souhaite pas se faire déborder par le mouvement qu’elle a suscité"

    En savoir plus

  • Aquilino Morelle, conseiller politique de François Hollande, démissionne

    En savoir plus

  • En Inde, des votes à vendre

    En savoir plus

  • Le bilan du ferry s'alourdit, un mandat d'arrêt délivré contre le capitaine

    En savoir plus

  • Accord à Genève : l’est de l’Ukraine encore loin de la "désescalade"

    En savoir plus

  • Au moins 20 morts dans l'attaque d’une base de l’ONU au Soudan du Sud

    En savoir plus

  • Mort de Gabriel Garcia Marquez, géant de la littérature sud-américaine

    En savoir plus

  • Cinq humanitaires maliens libérés par des troupes françaises

    En savoir plus

  • Le virus Ebola présent en Guinée et au Liberia est issu d'une nouvelle souche

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Les oranges de Floride victimes d'une bactérie, le prix du jus s'envole

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

Moyen-orient

La Tunisie d'après-Ben Ali tente de reconquérir le cœur des touristes français

©

Texte par Dépêche

Dernière modification : 14/02/2011

Un mois après la chute du président Zine el-Abidine Ben Ali, le ministère tunisien du Tourisme lance une nouvelle campagne publicitaire s'inspirant librement des slogans révolutionnaires. Principale cible de l'opération : les touristes français.

AFP - La Tunisie va lancer lundi, un mois après la chute du régime Ben Ali, une campagne de séduction pour faire revenir les touristes français, en utilisant les slogans de la Révolution du jasmin, a annoncé dimanche le ministre tunisien du Tourisme, Mehdi Houas.

Monde arabe : les raisons de la révolte
Cliquez ici pour voir la carte interactive

"Enfin libre de bronzer" sera l'un des slogans de cette campagne publicitaire lancée un mois jour pour jour après la fuite du président Zine El Abidine Ben Ali, qui a fui son pays le 14 janvier pour se réfugier en Arabie saoudite, a indiqué M. Houas à la radio RTL.

Cette campagne compte "détourner" des slogans entendus pendant le mouvement de révolte contre le régime, tout en profitant du fait que le 14 février est aussi la Saint-Valentin, la fête des amoureux.

L'opération de communication s'adressera à "nos amis français pour qu'ils viennent déclarer leur flamme à la Tunisie", a lancé le ministre. Le logo créé en anglais pour l'occasion portera la mention: "I love Tunisia" ("j'aime la Tunisie"), a précisé son ministère.

La France a levé samedi les restrictions de voyage vers les stations balnéaires en Tunisie (Monastir, Hammamet, Sousse...) et l'île de Djerba. Les recommandations du Quai d'Orsay, prises à la mi-janvier, avaient entraîné le retour anticipé de quelque 9.000 vacanciers français et la suspension des départs.

Depuis lors, les voyagistes français font face à une chute vertigineuse des réservations vers la Tunisie, une destination qui attire 1,4 million de vacanciers (sur 6 millions de touristes en moyenne par an) et pèse lourd dans le chiffre d'affaires des voyagistes.

Pour la Tunisie, le secteur touristique, premier pourvoyeur de devises, représente 6,5% du Produit intérieur brut et emploie plus de 350.000 personnes sur dix millions d'habitants.

"La côte et nos infrastructures touristiques n'ont pas été touchées par les événements et sont opérationnelles pour accueillir les Français dans les meilleures conditions", a assuré M. Houas.

Interrogé sur l'afflux ces derniers jours sur l'île italienne de Lampedusa de plusieurs milliers d'émigrés clandestins tunisiens, M. Houas a estimé qu'il faudra "quelques mois pour que les Tunisiens reprennent confiance et puissent avoir des opportunités de travail dans leur pays".

"Ce n'est pas parce que nous avons fait une révolution que la fracture Nord-Sud n'existe plus", a ajouté le ministre disant s'exprimer "à titre personnel".


 

Première publication : 14/02/2011

  • ITALIE

    Rome sollicite l'aide internationale pour enrayer l'afflux de migrants tunisiens

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le chef de la diplomatie démissionne après des déclarations inopportunes

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)