Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Amériques

L'américain Chevron condamné à 8 milliards de dollars d'amende pour pollution

Vidéo par Jonathan WALSH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2011

Le groupe pétrolier américain, propriétaire de Texaco, a écopé d'une amende record de 8 milliards de dollars pour avoir déversé, en 1993, ses déchets dans des fosses d'une province équatorienne amazonienne. La compagnie va faire appel.

AFP - Le groupe pétrolier américain Chevron a été condamné lundi à payer huit milliards de dollars pour la pollution entraînée par Texaco, compagnie qu'il a rachetée, dans une province amazonienne équatorienne, un jugement contre lequel il a promis de faire appel.

"Le juge (du tribunal provincial de Sucumbios, en charge de l'affaire) a condamné Chevron à payer plus de huit milliards de dollars pour dommages environnementaux", a déclaré à l'AFP l'avocat des plaignants, Pablo Fajardo.

Le porte-parole pour l'Amérique latine de Chevron James Craig, a confirmé qu'un "jugement condamnatoire avait été émis dans le cadre du procès pour dommages à l'environnement intenté contre l'entreprise en rapport avec les opérations de Texaco Petroleum Company", entre 1964 et 1990.

"Nous allons interjeter appel", a déclaré le porte-parole joint par téléphone à New York. Dans un communiqué, la compagnie a en outre assuré que le jugement était "illégitime et inapplicable", en considérant qu'il était le résultat d'une "fraude et totalement contraire à la preuve scientifique légitime".

Cette condamnation dépasse l'amende record initialement exigée à ExxonMobil pour la marée noire de l'Alaska en 1989, d'un montant de 4,5 milliards de dollars, avant d'être ramenée plusieurs années plus tard à 500 millions.

Le juge en charge de l'affaire, basé à Lago Agrio, dans la province de Sucumbios (nord, non loin de la frontière colombienne) a ainsi refermé un nouveau chapitre du feuilleton judiciaire opposant depuis 1993 quelque 30.000 habitants de cette région amazonienne au géant pétrolier.

Selon les plaignants, Texaco (rachetée en 2001 par Chevron), a entraîné des dommages environnementaux très graves, notamment en versant dans des fosses à ciel ouvert ses déchets pétroliers, qui ont ensuite contaminé sols et rivières. Les habitants de cette région, dont beaucoup d'indigènes, se plaignent en outre de maladies et même de cancers qu'ils attribuent à cette pollution.

Le président socialiste équatorien Rafael Correa, au pouvoir depuis 2007, a pour sa part accusé la compagnie d'avoir ainsi commis "un crime contre l'humanité". "Des villages entiers ont été exterminés par cette pollution", avait-il déclaré.

L'ONG internationale de défense de l'Amazonie Amazon Watch a pour sa part salué ce jugement "historique".

"C'est la première fois qu'un peuple indigène poursuit une multinationale dans le pays où le délit a été commis et gagne", déclare notamment l'ONG dans un communiqué, qui accuse Chevron d'avoir mené une "campagne de relations publiques pour éviter d'avoir à réparer la catastrophe environnementale et sanitaire" entraînée.

Chevron de son côté accuse la justice équatorienne de "fraude", vidéos à l'appui, en affirmant qu'un des juges en charge de l'affaire avait même accepté des pots-de-vin pour condamner la compagnie.

Il estime en outre que la responsabilité pour les éventuels dommages entraînés par les opérations de Texaco relève de la compagnie pétrolière d'Etat Petroecuador, un temps alliée à Texaco, qui avait déjà versé 40 millions de dollars pour le nettoyage de la zone touchée.

Le groupe a par ailleurs obtenu le 9 février une décision favorable de la Cour d'arbitrage international de La Haye, compétente en vertu d'un traité américano-équatorien de protection des investissements.

La cour ordonne dans cette décision en référé que le gouvernement équatorien s'abstienne d'exécuter un éventuel jugement condamnatoire dans le pays ou à l'étranger tant qu'elle n'aura pas tranché au fond.

Première publication : 15/02/2011

  • ÉTATS-UNIS

    Une commission prône la création d'une agence de contrôle de l'industrie pétrolière

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)