Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Moyen-orient

Le Mouvement vert se rappelle au bon souvenir d'Ahmadinejad

Vidéo par Kéthévane GORJESTANI

Texte par FRANCE 24

Dernière modification : 16/02/2011

Galvanisés par les révoltes populaires égyptienne et tunisienne, les opposants au régime iranien redescendent dans la rue. Le Mouvement vert, né au lendemain de la présidentielle contestée de 2009, prouve ainsi qu'il n'a pas succombé à la répression.

L’Iran n’avait plus connu un tel mouvement de protestation depuis les gigantesques  manifestations nées au lendemain de l’élection présidentielle iranienne du 12 juin 2009. Surfant sur la vague des révolutions tunisienne et égyptienne, des milliers de manifestants sont à nouveau descendus dans les rues de Téhéran lundi et mardi, à l'appel de l’opposition iranienne qui souhaite se rappeler au bon souvenir du régime et de la communauté internationale. "Au bout d’un an et demi de petites actions, il était temps de montrer au monde que le Mouvement vert n’est pas mort !", se réjouit Yashar Mohtasham, membre du comité indépendant contre la répression des citoyens iraniens, basé en France.

"Le pouvoir iranien a décidé de réagir avec fermeté"

À l'origine de la contestation : deux leaders de partis d’opposition, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, ex-candidats réformateurs à l’élection présidentielle de 2009, qui ont demandé l’autorisation d’organiser un défilé officiellement destiné à soutenir Égyptiens et Tunisiens. Après que l’autorisation leur en ait été - sans surprise - refusée, leur appel a été relayé sur les réseaux sociaux, notamment par les étudiants. Résultat : des milliers de personnes ont bravé l’interdiction de se rassembler dans plusieurs villes d’Iran.

La journée de lundi a-t-elle marqué une renaissance du "Mouvement vert"? Violemment réprimé durant l’été 2009 - une pluie de condamnations à mort et de lourdes peines de prison avaient été prononcées contre plusieurs de ses membres -, celui-ci ne s’était plus fait entendre depuis lors. Au point d’être oublié par la communauté internationale. "En réalité, le Mouvement vert ne s’est jamais tu, explique Yashar Mohtasham. Mais il a payé un tribut si lourd en 2009 qu’il s’est exprimé différemment ces derniers mois."

Poils à gratter du régime

Le Mouvement vert est-il de retour ?

Des actions plus discrètes ont été menées, beaucoup moins spectaculaires que les énormes manifestations populaires de l’été 2009. Leur écho n’a pas franchi les frontières iraniennes, mais elles ont toutefois réussi à jouer les trouble-fête dans le pays. Selon Yashar Mohtasham, les opposants ont par exemple pris l’habitude d’inscrire des messages hostiles au régime iranien sur les billets de banque, si bien qu'au bout d’un certain temps, le nombre de coupures "subversives" a été si important que le numéro un de la banque nationale iranienne a été obligé de les remplacer par des neuves.

Monde arabe : les raisons de la révolte
Cliquez ici pour voir la carte interactive

Cyberattaques et boycottages de festivités officielles ont également été monnaie courante ces derniers mois. Selon le spécialiste de l'Iran Thierry Coville, chercheur associé à l’Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), si le mouvement est tombé dans l'oubli sur la scène internationale, il a en revanche conservé énormément d’influence dans le pays. Au point que les autorités n’ont pas osé emprisonner - préférant les assigner à résidence - les deux figures d’opposition Mehdi Karoubi et Mir Hossein Moussavi, de peur d’engendrer une contestation de grande ampleur.

Depuis un an, le Mouvement vert, essentiellement composé de jeunes urbains diplômés, a par ailleurs cherché à étendre son influence dans le monde rural et ouvrier. "Les grandes figures du mouvement ont essayé de rencontrer différents acteurs de la société iranienne, des leaders religieux et les classes ouvrières, affirme le chercheur. Savoir s’ils ont réussi à les convaincre est difficile. Mais je suis persuadé que le mouvement a gagné en influence."

"Un énorme mécontentement"

La répression de juin 2009 a, selon lui, joué un rôle crucial. "Elle a été efficace en surface, poursuit-il. Mais en réalité, je suis persuadé qu’elle a contribué à gonfler les rangs de l’opposition. Je suis sûr que la majorité silencieuse soutient [l'ancien Premier ministre] Moussavi, qui est un personnage politique très important en Iran."

Selon l’opposition, plusieurs centaines de personnes auraient été arrêtées au cours des manifestations, lundi. La France a "condamné avec fermeté les violences commises à l'égard des manifestants" et "a demandé la libération des personnes arrêtées". La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton a, quant à elle, apporté son soutien "à l'opposition et aux personnes courageuses qui sont descendues dans la rue à travers l'Iran".

Le mouvement s’est poursuivi mardi matin dans plusieurs universités iraniennes. "Lundi soir vers 23 heures, les paramilitaires à la solde du régime ont fait irruption dans les dortoirs de l’université et de l’École polytechnique de Téhéran, rapporte Yashar Mohtasham. C’est un acte grave. Des appels à manifester ont donc été lancés dans toutes les universités du pays sur Facebook."

"Je sens que le mécontentement est énorme, bien plus grand aujourd'hui qu’en juin 2009, conclut Thierry Coville. Si le régime continue de ne répondre que par la répression, je crains que le mouvement ne se durcisse considérablement."

 

Première publication : 15/02/2011

  • IRAN

    Un mort et plusieurs blessés dans une manifestation hostile au gouvernement

    En savoir plus

  • MONDE ARABE

    Tour d'horizon des manifestations organisées dans le monde arabe

    En savoir plus

  • IRAN

    Le pays célèbre le 32e anniversaire de la révolution islamique

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)