Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Le loup et l'agneau"

En savoir plus

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

  • Yémen : Sanaa contraint de partager le pouvoir avec la rébellion chiite

    En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Ebola : après trois jours de confinement, la vie reprend en Sierra Leone

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au PSG

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

EUROPE

Silvio Berlusconi devant les juges le 6 avril

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2011

Éclaboussé par une affaire de mœurs impliquant une mineure, le président du Conseil italien comparaîtra devant la justice le 6 avril. Le Cavaliere est accusé d'avoir rémunéré les prestations sexuelles d'une jeune Marocaine se faisant appeler Ruby.

AFP - Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi sera jugé à partir du 6 avril à Milan pour le "Rubygate" où il est accusé d'avoir payé une prostituée mineure et d'avoir abusé de sa fonction en sa faveur, a-t-on appris de sources judiciaires mardi.

"Il risque jusqu'à trois ans de prison"

La juge Cristina Di Censo a décidé le "jugement immédiat" du Cavaliere, une procédure accélérée prévue par le code pénal italien qui se base sur l'"évidence de la preuve", acceptant une requête en ce sens du parquet formulée le 9 février.

La première audience du procès confié à un collège de trois magistrates aura lieu le 6 avril à 8H30 GMT.

"Nous ne nous attendions pas à autre chose", ont réagi les avocats du Cavaliere, cités par la chaîne de télévision en continu Sky TG24, tandis que M. Berlusconi en déplacement à Catane (sud) a renoncé à une conférence de presse et est rentré à Rome.

"Il n'y a ni crime ni victime mais un procès tambour battant et surtout un procès mené depuis des semaines dans les médias. Il est évident que la gauche défaite aux élections et au parlement tente d'utiliser la justice" contre le président du Conseil mais "ils ne prévaudront pas", a commenté Daniele Capezzone, porte-parole du parti du Cavaliere, le PDL.

Le milliardaire sera jugé pour avoir rémunéré les prestations sexuelles de "Ruby", la jeune Marocaine Karima El Mahroug, entre février et mai 2010 quand elle était mineure et pour être intervenu auprès de la police de Milan pour la faire relâcher après son interpellation la nuit du 27 au 28 mai pour un vol présumé.

Aussi bien M. Berlusconi que Ruby ont nié avoir eu des rapports sexuels, la jeune fille, qui a eu 18 ans en novembre, admettant seulement avoir participé à des dîners "tout à fait normaux et sages".

En outre, la défense de M. Berlusconi affirme qu'il est intervenu pour faire libérer la jeune fille, convaincu qu'elle était "la nièce du président égyptien Hosni Moubarak" et voulant préserver de bonnes relations avec son pays.

La saga n'est pas terminée, l'un des avocats du Cavaliere, Me Niccolo Ghedini, également député du PDL, voulant contester la compétence du tribunal de Milan lors d'un vote à la Chambre des députés, où la coalition au pouvoir est majoritaire.

Pour Me Ghedini, le Rubygate est du ressort du "tribunal des ministres", un collège de magistrats qui devrait être mis en place à Milan pour juger le Premier ministre pour une infraction commise dans ses fonctions.

Le milliardaire n'est en outre pas obligé d'assister à son procès mais depuis l'abrogation partielle le 13 janvier par la Cour constitutionnelle d'une loi lui accordant une immunité pénale pour 18 mois, il devra justifier à chaque fois qu'il a un "empêchement légitime" qui rend impossible sa présence sur le banc des accusés.

Le Rubygate est le troisième scandale sexuel qui implique M. Berlusconi, après les affaires Noemi (mai 2009), une mineure dont la fréquentation avait abouti à une demande de divorce de sa femme, et D'Addario (juin 2009), une prostituée qui avait raconté une nuit torride avec le Cavaliere.

Mais il s'agit de l'affaire la plus grave car il est passible de trois ans de prison pour recours à la prostitution et de douze ans de réclusion pour abus de fonction.

Le Rubygate viendra s'ajouter à trois procédures pénales contre M. Berlusconi (affaires Mills, Mediaset et Mediatrade) qui vont reprendre entre fin février et début mars.

L'affaire défraye la chronique italienne et mondiale depuis des semaines avec la publication de multiples écoutes téléphoniques entre les dizaines de jeunes femmes invitées à des soirées chez M. Berlusconi qu'elles décrivaient elles-mêmes comme agrémentées de strip-tease et autres lap-dances terminant en parties de débauche.

Première publication : 15/02/2011

  • ITALIE

    Des centaines de milliers d'Italiennes disent "basta" à Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Une deuxième prostituée mineure participait aux "fêtes" de Silvio Berlusconi

    En savoir plus

  • ITALIE

    Ruby, celle par qui le nouveau scandale sexuel de Berlusconi est arrivé

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)