Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Sénégal : les étudiants en colère

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Trump-Kim : rupture prononcée, paix envolée ?

En savoir plus

POLITIQUE

"Un personnage de roman" : Philippe Besson a suivi Emmanuel Macron pendant la campagne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Zabou Breitman, maîtresse de cérémonie de la 30e Nuit des Molières

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Ministre rwandaise des Affaires étrangères : "Paris et Kigali ont pris un nouveau départ"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Le football américain s'agenouille devant Trump"

En savoir plus

L’invité du jour

Barthélémy Toguo : "Il n’y a pas assez de musées en Afrique"

En savoir plus

FOCUS

Vietnam : à l'école des futures stars du football

En savoir plus

L'INFO ÉCO

VivaTech : Paris, capitale des start-ups pendant 3 jours

En savoir plus

EUROPE

Paris n'accordera pas de traitement de faveur aux migrants tunisiens

Texte par Dépêche

Dernière modification : 15/02/2011

Interrogé à l'Asssemblée nationale sur le cas des quelque 5 000 Tunisiens débarqués illégalement en Italie, le ministre français de l'Intérieur, Brice Hortefeux, a affirmé qu'un clandestin avait "vocation à être reconduit dans son pays d'origine".

AFP - Le ministre de l'Intérieur et de l'Immigration, Brice Hortefeux, interrogé à l'Assemblée nationale sur l'afflux de migrants tunisiens en Italie, a prévenu mardi qu'"un étranger en situation irrégulière" avait "vocation à être reconduit dans son pays d'origine".

"La règle qui s'appliquera, c'est celle de notre politique migratoire. Un étranger en situation irrégulière a vocation à être reconduit dans son pays d'origine sauf situation humanitaire particulière", a déclaré le ministre, en réponse à une question du député UMP Philippe Meunier.

De nombreux Tunisiens, parmi les 5.000 migrants arrivés ces derniers jours sur l'île italienne de Lampedusa, ont indiqué qu'ils voulaient se rendre en France.

Le ministre des Affaires européennes, Laurent Wauquiez, avait déjà prévenu mardi matin que la France ne prévoyait de les accueillir que dans des cas "très marginaux".

"Ce n'est l'intérêt ni de la Tunisie qui l'a parfaitement compris, ni de l'Europe, ni de la France que d'encourager et d'accepter ces migrations clandestines", a insisté Brice Hortefeux, selon qui "la réponse doit être une réponse européenne".

"Ce sont 5.500 migrants qui se sont rendus sur les côtes italiennes, notamment sur l'île de Lampedusa depuis le 1er janvier. C'est à rapprocher de l'ensemble de l'année 2010 où c'était limité à 4.400 sur douze mois", a relevé Brice Hortefeux.

"Face à cela, nous devons agir. D'ailleurs les autorités tunisiennes l'ont elles-mêmes bien compris, puisqu'elles ont réagi avec beaucoup d'efficacité. Il n'y a plus depuis lundi matin d'arrivée de migrants sur ces côtes italiennes du fait des mesures" prises par Tunis, s'est-il félicité.
 

Première publication : 15/02/2011

  • UNION EUROPÉENNE

    Frontex, un dispositif inadapté aux migrants tunisiens de Lampedusa ?

    En savoir plus

  • ITALIE

    "Le problème de l'agence Frontex, c’est son absence de discernement"

    En savoir plus

  • ITALIE

    Un millier de Tunisiens ont débarqué illégalement dans la nuit à Lampedusa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)