Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Tunisie : le Parlement assouplit la loi sur la consommation de stupéfiants

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen et Emmanuel Macron présents à l'hommage au policier Xavier Jugelé

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'hommage à Xavier Jugelé émeut mais n'évite pas les polémiques

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Emmanuel Macron est soutenu par les marchés financiers"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Il y aura une nouvelle Europe, un nouveau traité"

En savoir plus

FOCUS

À la "Frontière Sud" du Mexique, où commence vraiment le mur contre les migrants

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Reda Kateb, un Django Reinhardt qui nous parle d'aujourd'hui

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Travaillez, M. Macron"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"La majorité des Français n'a pas de candidat au second tour"

En savoir plus

Economie

Un ex-haut gradé de Tsahal confirme l'origine israélienne du logiciel malveillant Stuxnet

Texte par Sébastian SEIBT

Dernière modification : 16/02/2011

Dans une vidéo que le quotidien "Haaretz" affirme détenir, l'ex-chef d’état major de l’armée israélienne a reconnu que l’État hébreu avait pris part aux attaques informatiques menées contre des installations nucléaires iraniennes.

Israël serait bel et bien derrière le cybersabotage de juillet 2010 qui aurait retardé de plusieurs mois le programme nucléaire de l'Iran. C'est ce que semble en tous cas affirmer l’ancien chef de l’état-major de l’armée israélienne, Gabi Ashkenazi.

L'homme ne l’a pas révélé en public, mais lors de la fête célébrant son départ à la retraite. Le quotidien de centre gauche "Haaretz" a affirmé, mardi, détenir une vidéo sur laquelle ce haut gradé profite de la petite sauterie organisée en son honneur pour se féliciter de la participation de l'État hébreu à cette cyber-attaque.

Une révélation qui vient confirmer les rumeurs colportés au lendemain de la découverte, en juillet 2010, de Stuxnet, le logiciel malveillant qui a perturbé le fonctionnement des installations nucléaires de Natanz, dans le centre de l'Iran.

Les États-Unis également soupçonnés

Qualifié de "maliciel le plus sophistiqué jamais découvert", ce programme demande un niveau d’organisation et de connaissance informatique que "seul très peu de spécialistes maîtrisent", selon la société de sécurité informatique Symantec. Stuxnet a été spécifiquement conçu pour viser un certain type de matériel industriel, essentiellement utilisé dans les centrales nucléaires iraniennes.

Un acte de cyber-sabotage parfaitement ciblé qui excluait d’office les pirates informatiques amateurs. L’hypothèse d’une opération organisée par un ou plusieurs États a très vite émergé, sans qu’aucune preuve tangible puisse, jusqu’à présent, accréditer cette thèse.

La sortie de Gabi Ashkenazi devant ses invités vient en partie étayer un article du "New York Times" du 15 janvier. Le quotidien, citant des sources anonymes, y affirmait que Stuxnet avait été le fruit d’un effort conjoint entre Américains et Israéliens pour lutter contre les efforts de l'Iran de se doter de l'arme nucléaire. Ce logiciel malveillant aurait, selon le journal, été élaboré dans le plus grand secret, il y a deux ans, au sein d’un complexe militaire situé à Dinoma, une ville dans le désert du Negev.

 

Première publication : 16/02/2011

  • CYBERCRIMINALITÉ

    "Stuxnet est le virus H1N1 de la sécurité informatique"

    En savoir plus

  • INTERNET

    Avec Stuxnet, les virus informatiques ont franchi une nouvelle étape

    En savoir plus

  • SÉCURITÉ INFORMATIQUE

    L’Iran reconnaît avoir été ciblé par un virus à tête chercheuse

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)