Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

#ActuElles

Angélique Kidjo : la voix des Africaines

En savoir plus

  • Sarkozy : un retour attendu et longuement préparé

    En savoir plus

  • Le Premier ministre écossais annonce sa démission au lendemain du référendum

    En savoir plus

  • Le Tchad accuse l'ONU d'utiliser ses soldats comme "bouclier" au Mali

    En savoir plus

  • Irak : la France opère ses premiers raids aériens contre les jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Washington et Téhéran discutent à New York de la lutte contre l'EI

    En savoir plus

  • Wall Street : début en fanfare pour le géant chinois Alibaba

    En savoir plus

  • Ebola : les 6,5 millions d'habitants de Sierra Leone assignés à résidence

    En savoir plus

  • Quand Hollande se targue d’influencer la politique économique européenne

    En savoir plus

  • Référendum en Écosse : les indépendantistes n'ont pas tout perdu

    En savoir plus

  • Sarkozy revient-il pour "tout changer" ou "se sauver" ?

    En savoir plus

  • Visé par une enquête, Zidane pourrait être privé de banc de touche

    En savoir plus

  • De Fantômas à Luc Besson, Gaumont dévoile ses trésors d'hier et d'aujourd'hui

    En savoir plus

  • Les bataillons "bénévoles" de Kiev : une force imprévisible

    En savoir plus

  • Irak : combattants kurdes recherchent armes lourdes désespérément

    En savoir plus

  • Barack Obama salue la France, "un partenaire solide contre le terrorisme"

    En savoir plus

Sports

L'ouverture de la saison de F1 à Bahreïn menacée

Texte par Emmanuel VERSACE

Dernière modification : 17/02/2011

Les manifestations qui ont lieu dans le royaume de Bahreïn pourraient bousculer le début de la saison de Formule 1 dont le départ est prévu le 13 mars. Bernie Ecclestone promet une réponse dans les jours à venir.

Le Grand Prix de Bahreïn va-t-il avoir lieu ? Cette course qui devait lancer la saison de Formule 1 reste en suspens depuis lundi. Le plus petit royaume du Golfe est secoué par des troubles sociaux sans précédent. Les manifestants exigent des réformes politiques et sociales dans ce royaume dirigé depuis l’indépendance du pays en 1971 par la famille al-Khalifa.

Manifestation filmée aux alentours du circuit de Bahreïn (vidéo postée le 16/02/2011)

Après l’annonce, jeudi, de l’annulation des séries de GP2 Asia prévues le 5 mars à Bahreïn, la F1 pourrait bien subir le même sort. Suite à l’annonce des premiers morts, le patron de Virgin Racing, John Booth, a fait part, ce jeudi sur BBC Sport, de ses préoccupations tout indiquant qu’il s’en remettait au jugement de la Fédération internationale de l’automobile (FIA), de la Formula One Management (FOM), société qui gère les droits d’images, et des autorités locales.

Les conditions de sécurité en question

Jean Todt, président de la FIA, s’est exprimé mercredi sur ce sujet brûlant lors d’un déplacement à Dublin. Selon lui, la sécurité "dans les voitures de course, sur la route et dans l’organisation" est la première priorité de la FIA. Doit-on y voir un avertissement des instances fédérales aux autorités locales ?

Bernie Ecclestone, le puissant président de la FOM (Formula One Management), déclarait jeudi, qu'une décision serait prises d'ici mercredi prochain.

Confronté directement aux événements qui secouent son pays, Sheikh Salman ben Isa Al Khalifa, directeur du circuit et fils aîné du roi, a d’abord voulu rassurer la population du pays dans un communiqué. "La sécurité des nationaux bahreïnis, des expatriés et de visiteurs étrangers est la priorité du royaume avant de penser à la F1. Concernant la direction du GP de Bahreïn, notre objectif est d’assurer un nouveau succès de l’organisation."

La F1, vitrine du pays

"Le GP de Bahreïn. Un temps superbe et très peu de gens autour", Mark Webber fait l'éloge du circuit bahreini

Pour ce pays dont l’exploitation des hydrocarbures ne représente plus que 25% de son PIB, le Grand Prix de Bahreïn est devenu depuis 2004 une vitrine indispensable pour la visibilité qu’il procure et son économie. "Si le Grand Prix est annulé, c’est l’ensemble de l’économie du pays qui va en pâtir," assure à France24.com Eric Boss, Français expatrié depuis trois à Manama où il dirige Red Scarf, une société de promotion des produits duty-free.

"Car si le Grand Prix de Formule 1 se court seulement sur un week-end [11 au 13 mars, NDLR], les premières courses de GP2 devaient avoir lieu à partir du 5 mars. Donc de février à avril, les sociétés de service étrangères, qui sont le nerf de l‘économie locale, s’appuient essentiellement sur cet événement. Ma compagnie fait 80% de son chiffre d’affaire sur cette période et si à la fin de la semaine prochaine la situation ne s’améliore pas nettement, on court à la catastrophe," s'inquiète-t-il.

Première publication : 17/02/2011

  • BAHREÏN

    Les manifestants et l’opposition accroissent la pression sur la monarchie

    En savoir plus

  • BAHREÏN

    Important déploiement militaire après une nuit de sanglante répression

    En savoir plus

  • BAHREÏN

    Un millier de manifestants dans la rue pour réclamer un changement de régime

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)