Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Nouvelle-Orléans : dix ans après le cyclone Katrina, le traumatisme demeure

En savoir plus

REPORTERS

Avec les soldats de l'opération Barkhane, au cœur de la lutte anti-terroriste au Sahel

En savoir plus

BILLET RETOUR

Proche-Orient : Jénine, la renaissance fragile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'Europe face au "déluge des migrants"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

L'affaire troublante des journalistes français "soupçonnés d'avoir fait chanter le roi du Maroc"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Des patrons allemands veulent embaucher les migrants

En savoir plus

LE DÉBAT

France : une rentrée politique avec 2017 en ligne de mire (partie 2)

En savoir plus

LE DÉBAT

France : une rentrée politique avec 2017 en ligne de mire (partie 1)

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Chantage contre le roi du Maroc : 2 journalistes français arrêtés

En savoir plus

FRANCE

Les sénateurs de gauche boycottent l'audition de Michèle Alliot-Marie

Vidéo par Marina BERTSCH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 17/02/2011

L'audition de la chef de la diplomatie française, Michèle Alliot-Marie, devant la Commission des Affaires étrangères au Sénat, jeudi, a été boycottée par les sénateurs de gauche qui dénoncent des "mensonges" sur ses congés en Tunisie.

AFP - Les sénateurs des groupes PS et CRC-SPG (Communistes et parti de gauche) ont boycotté jeudi une audition de la ministre des Affaires Etrangères, Michèle Alliot-Marie, au centre d'une polémique sur ses congés en Tunisie, devant la Commission des Affaires étrangères du Sénat.

"Nous avons décidé de boycotter pour dire au président de la République, ça suffit, il faut prendre ses responsabilités", a déclaré à la presse, à l'extérieur de la salle de réunion, le président du groupe PS, Jean-Pierre Bel.

Le cabinet de Mme Alliot-Marie s'est interrogé sur ce boycott précisant à l'AFP que le sénateur et ancien ministre PS Robert Badinter participait à l'audition et était "intervenu sur le Mexique".

"Nous voulons exprimer un sentiment d'exaspération, sentiment qui est largement partagé par les Français, basta! Et appeler à un sursaut républicain de la part de nos gouvernants, qui les amène à revenir au sens de leurs responsabilités et de l'Etat", a encore déclaré le chef de file des sénateurs PS.

"Il appartient à la ministre de tirer les conséquences et au président de la République qui incarne le pays de prendre les décisions qui s'imposent si la ministre ne le faisait pas", a-t-il insisté.

Déjà fragilisée par une controverse sur ses congés en Tunisie, la ministre des Affaires étrangères est à nouveau la cible d'attaques de l'opposition après des révélations sur un coup de fil au président Ben Ali en pleine révolution et une transaction entre ses parents et un patron tunisien.

La gauche réclame sa démission, dénonçant une succession de "mensonges" et une "confusion des genres" nuisibles pour l'image de la France, tandis que le président Nicolas Sarkozy lui a renouvelé sa confiance.

OPINIONS : MAM peut-elle encore tenir ?

Première publication : 17/02/2011

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    MAM, le "chêne" qui plie mais ne cède pas

    En savoir plus

  • TUNISIE - FRANCE

    Les affaires tunisiennes des parents d'Alliot-Marie relancent la polémique

    En savoir plus

  • AFFAIRE CASSEZ

    L'ambassadeur du Mexique en France pique un coup de sang au Sénat

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)