Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "Un président sortant ne doit pas se soumettre à une primaire"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Rebsamen : "La clé, c'est avoir un seul candidat de la gauche"

En savoir plus

FOCUS

Corée du Sud : la rue en passe de faire chuter la présidente Park Geung-Hye

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jean-Michel Jarre : "L’électro européenne a envahi le monde"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Corée du Sud : les "chaebols" sous le feu des questions

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Leçon de diplomatie chinoise pour le néophyte Donald Trump"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les yeux doux de Manuel Valls"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls est-il capable de rassembler les socialistes ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'organisation EI perd la ville de Syrte, son fief en Libye

En savoir plus

Afrique

Gbagbo envoie ses troupes autour des banques françaises convoitées

Texte par Dépêche

Dernière modification : 18/02/2011

Après l'annonce vendredi par le président sortant ivoirien, Laurent Gbagbo, des nationalisations des filiales des banques BNP Paribas et Société Générale, des forces de l'ordre se sont installées devant les sièges des deux banques à Abidjan.

Nous condamnons l'annonce par Laurent Gbagbo de la nationalisation d'un certain nombre de banques étrangères, dont les filiales de BNP Paribas et de la Société générale. [...] Cette décision n'a pas d'effet en droit puisqu'elle émane d'autorités qui ne sont pas légitimes

Bernard Valero, porte-parole du ministère des Affaires étrangères, le 18/02 à 13h

AFP - Des soldats et des policiers fidèles au président ivoirien sortant Laurent Gbagbo se sont mis en place vendredi matin à Abidjan devant les sièges de deux filiales de banques françaises dont la réquisition a été annoncée la veille, a constaté une journaliste de l'AFP.

Dans le quartier d'affaires du Plateau, une dizaine de membres des Forces de défense et de sécurité (FDS) étaient stationnées devant les entrées de la SGBCI, filiale ivoirienne de la Société Générale. Un 4x4 de la police était garé à proximité.

Les piétons circulaient comme à l'ordinaire devant le siège de la plus grande banque du pays, qui comme d'autres établissements internationaux a suspendu ses activités dans la semaine à la suite de la crise née de la présidentielle du 28 novembre.

Une dizaine de policiers et de gendarmes étaient aussi stationnés devant le siège de la Bicici, filiale de la banque française BNP Paribas, .

Laurent Gbagbo a annoncé jeudi soir son intention de "prendre le contrôle" de banques qui ont fermé cette semaine, notamment la SGBCI et la Bicici. Il s'agit, selon son gouvernement, de "préserver les emplois et assurer l'accès des Ivoiriens et des opérateurs économiques à leurs avoirs" dans "les plus brefs délais".

Après la fermeture jeudi soir de la banque africaine Banque Atlantique, au moins six banques, françaises et américaines notamment, ont suspendu leur activité en Côte d'Ivoire depuis lundi. Cette déstabilisation du secteur bancaire fait suite à la crise post-électorale opposant Laurent Gbagbo et Alassane Ouattara, dont l'élection a été reconnue par une grande partie de la communauté internationale.

La vie et l'économie au quotidien à Abidjan

Première publication : 18/02/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Gbagbo entend prendre le contrôle de filiales de deux banques françaises

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    La Bourse ouest-africaine suspend ses activités

    En savoir plus

  • Ally Coulibaly, ambassadeur de Côte d'Ivoire en France nommé par Alassane Ouattara

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)