Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Manuel Valls fait disparâitre ses tweets...

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Barack Obama, en costume clair et sans stratégie

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 29 août (Partie 1)

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Laurent Fabius sur France 24 : le ministre s'exprime sur la diplomatie française

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Emmanuel Macron, nouvel homme fort de Bercy

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

La preuve par l'image de "l'invasion" russe en Ukraine

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les ennemis de mes ennemis ne sont pas mes amis"

En savoir plus

FOCUS

Ces chrétiens d'Irak qui commencent leur nouvelle vie en France

En savoir plus

  • En direct : Manuel Valls défend sa ligne à l'université d'été du PS

    En savoir plus

  • Ukraine : l'UE pose un ultimatum à la Russie avant de nouvelles sanctions

    En savoir plus

  • La contestation anti-gouvernementale vire au chaos à Islamabad

    En savoir plus

  • Golan : les Casques bleus philippins "saufs", les fidjiens toujours détenus

    En savoir plus

  • Après deux ans de captivité au Mali, deux diplomates algériens libérés

    En savoir plus

  • Offensive irakienne et frappes américaines contre l'État islamique à Amerli

    En savoir plus

  • UE : Tusk président du Conseil, Mogherini chef de la diplomatie

    En savoir plus

  • Les frondeurs du PS ne sont pas à La Rochelle "pour rompre"

    En savoir plus

  • Nouvelle peine de prison à vie pour le guide suprême des Frères musulmans

    En savoir plus

  • Judo : Teddy Riner décroche un 7e titre de champion du monde

    En savoir plus

  • Selon Pretoria, le Lesotho est en proie à un "coup d'État"

    En savoir plus

  • Taubira "assume les conséquences" de sa présence chez les frondeurs du PS

    En savoir plus

  • Un cargo ukrainien s'écrase dans le sud de l'Algérie

    En savoir plus

  • Les États-Unis appellent à une coalition mondiale contre l'État islamique

    En savoir plus

  • Grande Guerre : l'exode oublié des Belges en France

    En savoir plus

  • Affaire Tapie : le FMI renouvelle sa confiance à Christine Lagarde

    En savoir plus

  • Un premier cas d'Ebola détecté au Sénégal

    En savoir plus

  • Laurent Fabius sur France 24 : "Il faut être ferme face à la Russie"

    En savoir plus

Moyen-orient

Washington s'oppose à une résolution condamnant la colonisation israélienne

Vidéo par Cyrielle ABEHSERA

Texte par Dépêche

Dernière modification : 19/02/2011

Les États-unis ont opposé leur veto à un projet de résolution condamnant la politique israélienne de colonisation en territoires palestiniens devant le Conseil de sécurité de l'ONU. Les 14 autres membres avaient approuvé ce document.

AFP - Les Etats-Unis ont, sans surprise, mis leur veto vendredi au Conseil de sécurité de l'ONU à un projet de résolution arabe condamnant la politique de colonisation israélienne, ce qui a immédiatement déclenché la colère des Palestiniens.

L'Autorité palestinienne va "réévaluer" l'ensemble du processus de négociations de paix après le veto américain, a indiqué Yasser Abed Rabbo, secrétaire général du Comité exécutif de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) et un des principaux négociateurs palestiniens. "Il s'agit d'une décision malheureuse et déséquilibrée, qui affecte la crédibilité de l'administration américaine", a-t-il déclaré.

Peu après le vote, l'ambassadrice américaine à l'ONU Susan Rice a expliqué que la résolution, si elle avait été adoptée, aurait pu "encourager les parties à demeurer en dehors des négociations".


Elle a néanmoins admis que la colonisation israélienne détruisait "la confiance entre les parties" et menaçait "les perspectives de paix". Les 14 autres membres du Conseil ont voté en faveur de la résolution.

C'est la première fois que les Etats-Unis opposent leur veto à une résolution du Conseil depuis que Barack Obama dirige le pays.

Le projet de résolution, parrainé par quelque 130 pays, réaffirmait que "les colonies israéliennes établies dans les territoires palestiniens occupés depuis 1967, y compris Jérusalem-Est, sont illégales et constituent un obstacle majeur à la réussite d'une paix juste, durable et globale".

La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne ont rappelé "le caractère illégal" de la colonisation et "la menace" qu’elle constituait pour une solution à deux Etats. Ils ont appelé les deux parties à revenir aux négociations directes et souligné que leur objectif restait de parvenir à un accord sur le statut final et que la Palestine devienne membre de l’ONU dès septembre 2011.

La chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton a regretté qu'il n'ait pas été possible de "trouver un consensus" sur le projet de résolution arabe.

Susan Rice, ambassadrice des États-Unis à l'ONU, et Riyad Mansour, représentant palestinien à l'ONU

Israël a remercié le président Obama et appelé les Palestiniens à reprendre immédiatement et sans conditions préalables les négociations directes.

Les Etats-Unis ont tenté jusqu'à la dernière minute de convaincre les Palestiniens de ne pas procéder à un vote mais, à la place, d'adopter une déclaration de la présidence du Conseil de sécurité.

Le dirigeant palestinien Mahmoud Abbas a rejeté vendredi les appels américains à renoncer à la résolution, lors d'une conversation avec la secrétaire d'Etat Hillary Clinton, selon son porte-parole.

Le projet de résolution, déposé à la mi-janvier au Conseil de sécurité à l'initiative du Groupe arabe à l'ONU, a fait l'objet d'âpres tractations avec les Etats-Unis.

Susan Rice avait proposé une déclaration non contraignante de la présidence critique à l'égard de la colonisation israélienne, assortie de la promesse de l'envoi sur place d'une mission du Conseil et d'une référence aux frontières de 1967 dans le prochain communiqué du Quartette sur le Proche-Orient (Etats-Unis, ONU, Russie, UE).

Le président Obama avait proposé d'ajouter un paragraphe à la déclaration appelant Israël à un nouveau moratoire de la colonisation.

Les Etats-Unis ont cherché à éviter un veto car celui-ci ne manquera pas de porter tort à leur image dans le monde arabo-musulman, à un moment où plusieurs de ces pays sont confrontés à des manifestations, après celles en Egypte et en Tunisie qui ont fait tomber les régimes en place, relèvent des diplomates.

"Cela n'est pas fait pour améliorer leur image à un moment particulièrement sensible", a déclaré l'un d'eux sous couvert d'anonymat.

Le négociateur palestinien Nabil Chaath avait averti mardi que Washington risquait de perdre à jamais sa crédibilité comme parrain du processus de paix au Proche-Orient s'il venait à user de son droit de veto.

Les pourparlers de paix, brièvement relancés en septembre, sont suspendus depuis l'expiration d'un moratoire israélien sur les nouvelles constructions israéliennes.

 

Première publication : 19/02/2011

  • PROCHE-ORIENT

    L'Autorité palestinienne était prête à des concessions majeures en 2008

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Al-Jazira publie une série de documents embarrassants sur les négociations de paix

    En savoir plus

  • PROCHE-ORIENT

    Israël s'apprête à autoriser un nouveau projet de colonisation à Jérusalem-Est

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)