Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

POLITIQUE

Gauche : quelle recomposition ?

En savoir plus

POLITIQUE

Trump président des États-Unis : le populisme au pouvoir

En savoir plus

FOCUS

France : de nouvelles inititatives solidaires en faveur des sans-abris

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Asli Erdogan, les maux de la Turquie

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Theresa May attendue à Davos ce jeudi

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Des troupes sénégalaises et nigérianes aux frontières de la Gambie

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 2)

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean-Pascal Tricoire : "la mondialisation doit être plus inclusive"

En savoir plus

LE DÉBAT

Lanceurs d'alerte : un risque, à quel prix ? (partie 1)

En savoir plus

FRANCE

Au Salon de l'agriculture, les éleveurs font part de leurs difficultés à Nicolas Sarkozy

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/06/2011

Le président français Nicolas Sarkozy, qui a inauguré ce samedi à Paris la 48e édition du Salon de l'agriculture, a tenté de rassurer des agriculteurs inquiets. Les éleveurs s'alarment, notamment, de la flambée des prix des matières premières.

AFP - Nicolas Sarkozy a inauguré samedi la 48e édition du salon de l'Agriculture à Paris dans un contexte difficile pour nombre d'agriculteurs, éleveurs en tête, également cibles d'une campagne des écologistes, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Arrivé à 08H30 et accompagné du ministre de l'Agriculture, Bruno Le Maire, le chef de l'Etat a visité pendant plus de deux heures le hall principal du salon où il a été sollicité par des éleveurs inquiets et écouté leurs doléances.

"Il faut absolument revoir les prix à la production, sinon on va mourir", lui a dit l'un d'eux, tandis que d'autres pressaient de questions Nicolas Sarkozy.

Le chef de l'Etat, qui n'avait pas inauguré l'an dernier le salon, ce que nombre d'agriculteurs lui avaient reproché, a débuté sa visite par le hall des animaux.

Devant le flot de questions d'éleveurs, qui arboraient des tee-shirts rouges sur lesquels était écrit en blanc "les producteurs de viande bovine en colère", il a tenté de les rassurer: "On est 6 milliards d'individus sur terre, on sera bientôt 9 milliards, on aura toujours besoin de vous. Vous ne disparaîtrez pas, vous continuerez à exister mais pas de la même manière".

Le chef de l'Etat s'est attardé auprès des éleveurs dans le hall 1, prenant le temps de goûter les produits, de poser pour des photos ou de signer des autographes. "Il est resté une quinzaine de minutes avec nous, on l'a senti plus à l'écoute", a fait remarquer Ludovic Madec, qui exploite un troupeau de 90 bovins à viande dans le Finistère.

Le temps aussi d'écouter les inquiétudes des agriculteurs, comme sur la question des suicides - l'un d'eux a regretté une "omerta" en décalage avec la "surmédiatisation" des suicides de France Télécom -, ou les relations avec les banques à propos des échéances de dettes.

"On a pris la crise du siècle, on me critique mais enfin il fallait bien quelqu'un qui agisse", a dit Nicolas Sarkozy, reprenant un credo habituel.

Le chef de file des députés UMP et ancien syndicaliste agricole Christian Jacob, qui accompagnait le déplacement, a confié à une journaliste de l'AFP: "C'est une bonne visite, c'est une visite à la Chirac".

En fin de matinée était prévue une table ronde avec des agriculteurs issus des différents terroirs et filières du pays.

 

Première publication : 19/02/2011

  • FRANCE

    Le Salon de l'agriculture s'ouvre sur fond d'envolée des prix des matières premières

    En savoir plus

  • ALIMENTATION

    La FAO s'alarme des niveaux records atteints par les prix alimentaires

    En savoir plus

  • FRANCE

    Le ministre de l'Agriculture annonce une aide de 300 millions d'euros pour l'élevage

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)