Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Brésil : une cyber-présidentielle sous tension

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Nicolas Sarkozy annonce son retour sur Facebook

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 19 septembre (Partie 1)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

La gauche en difficulté

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Stéphane Distinguin, PDG de FaberNovel et président de Cap Digital

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Bernard Maris, chroniqueur à Charlie Hebdo et auteur de "Houellebecq, économiste"

En savoir plus

TECH 24

Organisation de l'État islamique : la nouvelle bataille d'Anonymous

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Jérôme Bel ou la danse minimale

En savoir plus

  • Nicolas Sarkozy a "envie" mais surtout "pas le choix" de revenir en politique

    En savoir plus

  • Des milliers de pacifistes manifestent à Moscou contre la guerre en Ukraine

    En savoir plus

  • De Paris à New York, les défenseurs du climat se mobilisent

    En savoir plus

  • Pas de zone tampon sans respect du cessez-le-feu, exige l’armée ukrainienne

    En savoir plus

  • Ligue 1 : au Parc des Princes, Lyon tient tête au Paris-SG

    En savoir plus

  • En Albanie, le pape François prône la tolérance religieuse et fustige les jihadistes

    En savoir plus

  • Ashraf Ghani succède à Hamid Karzaï à la présidence afghane

    En savoir plus

  • Air France prévoit d'assurer 41% des vols lundi

    En savoir plus

  • Mondial de volley : la France échoue au pied du podium

    En savoir plus

  • Attentat à la bombe près du ministère des Affaires étrangères au Caire

    En savoir plus

  • Vidéo : la Turquie "débordée" par l’afflux de réfugiés kurdes de Syrie

    En savoir plus

  • Grand Prix de Singapour : Hamilton reprend les commandes de la F1

    En savoir plus

  • Filière jihadiste lyonnaise : cinq personnes mises en examen et écrouées

    En savoir plus

  • L’opposant Mikhaïl Khodorkovski envisage de gouverner la Russie

    En savoir plus

  • Sanaa instaure un couvre-feu, l'ONU annonce un accord de sortie de crise

    En savoir plus

  • Journées du patrimoine : visite guidée du théâtre de l’Opéra Comique

    En savoir plus

  • Bruxelles déjoue un projet d'attentat jihadiste à la Commission européenne

    En savoir plus

  • Le Front Al-Nosra a exécuté un soldat libanais qu'il détenait en captivité

    En savoir plus

  • Assaut mortel de Boko Haram à Mainok dans le nord du Nigeria

    En savoir plus

  • Les prisonniers des colonies, objets de propagande allemande

    En savoir plus

  • Après 47 ans d'attente, le Cameroun accueillera la CAN en 2019

    En savoir plus

Asie - pacifique

Un violent séisme frappe Christchurch, la deuxième ville du pays

Vidéo par Antoine MARIOTTI , Marina BERTSCH

Texte par Dépêche

Dernière modification : 22/02/2011

Un violent séisme, de magnitude 6,3 sur l'échelle de Richter, a frappé Christchurch, la seconde ville de Nouvelle-Zélande. Un bilan provisoire, communiqué par le Premier ministre John Key, fait état de plus de 65 victimes.

AFP - Au moins 65 personnes sont mortes et près de 200 autres pourraient être prisonnières des décombres, certaines appelant à l'aide après un séisme qui a frappé mardi la deuxième ville de Nouvelle-Zélande, Christchurch, le pire dans ce pays depuis 80 ans.

"Le bilan dont je dispose actuellement est de 65 morts et il pourrait être revu à la hausse. C'est une tragédie absolue pour cette ville, pour la Nouvelle-Zélande, pour les gens dont nous sommes proches", a déclaré le Premier ministre, John Key.

"sans doute la journée la plus noire de la nouvelle-zélande"

Le tremblement de terre, de magnitude 6,3, s'est produit mardi à 12H51 (lundi à 23H51 GMT) à cinq kilomètres de la ville et à seulement quatre kilomètres de profondeur, selon l'Institut de géophysique américain (USGS). Il a été suivi de plusieurs répliques allant jusqu'à 5,6 de magnitude.

Le séisme s'est produit à un moment de la journée "où la ville est remplie de monde avec les gens au travail et les enfants à l'école", a souligné M. Key.

Bob Parker, le maire de Christchurch, 340.000 habitants a estimé entre 150 et 200 le nombre de personnes qui pourraient être bloquées sous les décombres.

"Ca ne pouvait pas être pire", a dit M. Parker, estimant que "certainement de dizaines de personnes" ne pourraient pas être sauvées.

Alors que la nuit était tombée, quelque 500 policiers et militaires, aidés de grues, fouillaient les gravats où des gens criaient à l'aide.

Des renforts étaient attendus, avec des avions militaires amenant sur place des équipes supplémentaires de secouristes.

Christchurch avait déjà été secouée le 4 septembre 2010 par un séisme de magnitude 7, qui n'avait pas fait de morts, mais avait causé des dégâts considérables.

Le clocher de la cathédrale de la ville s'est effondré tandis que le bâtiment de six étages abritant la télévision régionale était réduit à l'état de ruines.

Selon des témoins, 30 personnes étaient piégées dans un immeuble de bureaux de quatre étages.

Deux étudiants japonais étaient toujours entravés sous les décombres d'une école et onze de leurs camarades n'avaient pu être localisés.

Des débris jonchaient les rues du centre-ville tandis que des habitants erraient, hagards, s'accrochant les uns aux autres, le visage parfois maculé de sang.

"Plusieurs décès ont été rapportés dans différents endroits du centre de la ville, où deux bus ont été écrasés par des débris tombés des hauteurs", a indiqué la police.

Selon la chaîne de télévision locale TV3, des corps ont été retirés de sous les gravats d'un hôtel et d'une librairie.

Le maire a déclaré l'état d'urgence pendant au moins cinq jours, entraînant la fermeture des accès au centre-ville pour garantir la sécurité du public et permettre aux équipes de secours de travailler.

M. Parker a dit avoir été informé de "bus coincés sous des immeubles effondrés, de parkings très endommagés, entièrement ou en partie effondrés" et "de gens coincés dans les bâtiments dans certaines parties du centre-ville".

L'aéroport a été fermé et la police procédait à l'évacuation du centre-ville, dont les immeubles avaient déjà été fragilisés par le tremblement de terre de septembre 2010.

Le séisme de septembre avait été le plus puissant enregistré dans une zone habitée de la Nouvelle Zélande depuis 80 ans, mais celui-ci, bien que moins fort, a fait plus de dégâts car son épicentre était plus proche de la surface de la terre, et de Christchurch.

Le coût des dégâts du séisme de septembre avait été estimé par le Trésor à 4 milliards de dollars néo-zélandais (2,27 milliards d'euros).

La Nouvelle-Zélande, située sur la ceinture du feu, à la frontière des plaques tectoniques australienne et du Pacifique, enregistre jusqu'à 15.000 secousses par an.

Le tremblement de terre le plus meurtrier depuis la tenue de statistiques avait fait 256 morts le 3 février 1931 dans la baie de Hawke, sur l'île du nord.

Première publication : 22/02/2011

COMMENTAIRE(S)