Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

REVUE DE PRESSE

"Battre le FN ne suffit pas"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Pen - Macron : deux programmes économiques que tout oppose

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Présidentielle : le double 21 avril"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Cameroun anglophone : internet rétabli après 3 mois de coupure

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Attentat sur les Champs-Élysées : Émotion et récupération

En savoir plus

TECH 24

Fintech : comment bancariser les exclus du système financier

En savoir plus

JOURNAL DE CAMPAGNE

Marine Le Pen, François Fillon et Emmanuel Macron annulent leurs déplacements après l'attaque sur les Champs-Elysées

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Embarqués avec les soldats du feu

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Croissance mondiale : l'optimisme (relatif) du FMI

En savoir plus

Moyen-orient

23 militants chiites poursuivis pour terrorisme libérés après une grâce royale

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/02/2011

Le roi Hamad Ben Issa al-Khalifa, qui avait ordonné à la justice bahreïnie de libérer des prisonniers chiites poursuivis depuis octobre pour terrorisme, a gracié mercredi 23 militants chiites pour apaiser la colère des manifestants.

AFP - Vingt-trois militants chiites poursuivis pour terrorisme ont été libérés après une grâce royale, a annoncé mercredi à l'AFP un député de l'opposition bahreïnie.

"Les 23 militants jugés ont été libérés", a déclaré Jassem Hussein, député du mouvement d'opposition chiite al-Wefaq.

"le voisin saoudien est très inquiet"

Le roi Hamad Ben Issa Al-Khalifa avait ordonné lundi de libérer des prisonniers chiites et de surseoir aux poursuites judiciaires contre d'autres prisonniers politiques, sans préciser lesquels, accédant ainsi à l'une des demandes de l'opposition chiite.

Les 23 hommes étaient jugés depuis octobre pour avoir "formé une organisation illégale", "recouru à cette fin au terrorisme", "financé des activités terroristes", et "propagé des informations erronées et tendancieuses", selon l'acte d'accusation.

Certaines des accusations retenues étaient passibles de la détention à perpétuité, selon les avocats.

Parmi les détenus libérés figure Abdeljalil al-Singace, un responsable du groupe d'opposition Haq, partiellement paralysé, ainsi qu'un religieux chiite, cheikh Mohammed al-Moqdad.

Tous les accusés avaient plaidé non coupables et avaient affirmé avoir été torturés.

Deux autres personnes étaient jugées par contumace: Saïd al-Chihabi, secrétaire général du Bahrain Freedom Islamic Movement, et Hussein Machaimaa, secrétaire général du Haq, ou Mouvement des libertés et de la démocratie (MLD).

Selon le député, les deux hommes sont également graciés et peuvent rentrer à Bahrein.

M. Machaimaa avait déclaré à l'AFP lundi son intention de rentrer prochainement Bahrein mais n'avait pas écarté la possibilité d'être arrêté à l'aéroport.

Il se trouvait depuis juin à Londres pour soigner un cancer.

M. Hussein a cependant affirmé qu'il restait "un groupe de condamnés" chiites dans deux affaires de violences remontant à l'été dernier "qui n'ont pas encore été libérés", sans préciser leur nombre.

La libération des détenus intervient alors que Bahreïn, à majorité chiite, est secoué depuis la mi-février par une révolte populaire qui a remis en cause le pouvoir de la dynastie sunnite au pouvoir depuis plus de 200 ans.

Première publication : 23/02/2011

  • BAHREÏN

    Des centaines de manifestants campent à Manama en attendant une nouvelle marche

    En savoir plus

  • FORMULE 1

    Le Grand Prix de Bahreïn annulé

    En savoir plus

  • BAHREÏN

    Des milliers de personnes occupent la place de la Perle

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)