Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Cinéma : "Félicité", portrait d'une guerrière du quotidien à Kinshasa

En savoir plus

FACE À FACE

Valls votera Macron : le ralliement de trop pour "En Marche" ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Trump contre la planète"

En savoir plus

FOCUS

Italie : la maire populiste de Rome, Virginia Raggi, à l'épreuve du pouvoir

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Amis Britanniques, vous nous manquez déjà. Ou pas"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Daily Mail traite le Brexit par-dessus la jambe

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Richard Ferrand : "Les amours tardives sont rarement désintéressées"

En savoir plus

LE DÉBAT

Conférence annuelle de l'AIPAC : quel avenir pour les relations israélo-américaines ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Louis Aliot : "Macron enfile des perles depuis le début de la campagne"

En savoir plus

Afrique

Une jeune mère célibataire s'immole par le feu

Texte par Dépêche

Dernière modification : 23/02/2011

Une mère de deux enfants s'est immolée par le feu après qu'un logement social lui a été refusé, a annoncé mercredi le maire de la ville de Souk Sebt. La jeune femme est décédée à l'hôpital des suites de ses blessures.

REUTERS - Une mère célibataire de 25 ans qui s'était vu refuser un logement social au vu de son statut s'est immolée par le feu lundi soir devant l'hôtel de ville de Souk Sebt, dans le centre du Maroc, a déclaré mercredi le maire de la ville, Boubker Ouchen, sans confirmer son décès.

Monde arabe : les raisons de la révolte
Cliquez ici pour voir la carte interactive

Fadoua Laroui, mère de deux enfants, qui serait morte mercredi de ses brûlures dans un hôpital de Casablanca selon deux habitants de Souk Sebt, entendait aussi protester contre la destruction du gourbi où elle vivait avec ses parents et ses enfants, rapportent les journaux Attajdid et Akhbar Al Youm.

Laroui est la première femme à s'immoler par le feu depuis la vague de suicides de ce type ayant suivi au Maghreb celui d'un vendeur ambulant tunisien, Mohamed Bouazizi, diplômé au chômage dont le geste désespéré avait déclenché le 17 décembre la révolution du Jasmin qui a chassé Zine ben Ali après 23 ans de pouvoir.

Première publication : 23/02/2011

  • AFRIQUE DU NORD

    Les immolations par le feu pour protester contre le coût de la vie se multiplient

    En savoir plus

  • AFRIQUE DU NORD

    L'immolation, un geste de désespoir à forte charge politique

    En savoir plus

  • ÉGYPTE

    Une vague d'immolations touche les pays arabes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)