Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

"Le Bureau des légendes" : Une série d'espionnage entre psychologie et action

En savoir plus

FOCUS

Beate et Serge Klarsfeld : un couple qui a dédié sa vie à la traque des nazis

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Méditerranée : "Le cimetière marin"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Derrière les islamistes, les bassistes"

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Selon Pierre-René Lemas (CDC), il faut commencer à baisser les impôts

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Méditerranée : Deux fois plus de morts que pour le Titanic en un an

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"J'y pense et puis j'oublie "

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les nouveaux boat people"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Après Google, Gazprom dans le viseur de Bruxelles

En savoir plus

Afrique

L'état d'urgence a été levé

Texte par Dépêche

Dernière modification : 24/02/2011

Adopté en Conseil des ministres mardi, le décret abrogeant l'état d'urgence en vigueur en Algérie depuis le mois de février 1992 a été publié au Journal officiel.

Qu'est-ce que l'état d'urgence ?

Un État peut décréter l'état d'urgence en cas de péril imminent sur la nation. Certaines libertés fondamentales peuvent alors être restreintes : un couvre-feu peut interdire la circulation à certains lieux et à certaines heures, l'armée peut se voir attribuer des pouvoirs étendus, les médias peuvent être contrôlés, des perquisitions autorisées... 

AFP - L'état d'urgence en vigueur en Algérie depuis 19 ans a été levé, selon un décret publié jeudi au Journal Officiel.

"Le président de la République....promulgue l'ordonnance dont la teneur suit: Article 1: Est abrogé le décret législatif numéro 93-02 du 6 février 1993 portant prorogation de la durée de l'état d'urgence instauré par décret présidentiel numéro 92-44 du 9 février 1992", lit-on dans le JO en ligne à la date du 23 février mais mis en ligne jeudi.

Promulgué en 1992 pour lutter contre la guérilla islamiste, il avait été prorogé un an plus tard.

Le décret, promis par le président Abdelaziz Bouteflika début février, avait été adopté en conseil des ministres mardi dernier et son application avait été alors annoncée comme "imminente".

Le gouvernement avait également pris lors de la même réunion des mesures en faveur de l'emploi et du logement alors que le pays a connu au début de l'année des émeutes contre la vie chère qui se sont soldées par un bilan de cinq morts et plus de 800 blessés.

Le gouvernement avait toutefois précisé que, malgré la levée prochaine de l'état d'urgence, l'armée resterait en charge de la lutte anti-terroriste. Elle reste en première ligne dans la lutte contre les groupes armés islamistes qui continuent leurs attaques, comme récemment au Sahara où ils ont kidnappé une touriste italienne.

L'état d'urgence avait donné aux militaires des pouvoirs de police et s'est traduit par une restriction des libertés politiques qui a notamment empêché les partis de se déployer deux ans après la reconnaissance du pluralisme politique en 1989.

Les autorités algériennes avaient instauré cette mesure pour contrer la guérilla islamiste déclenchée après l'annulation des résultats des élections législatives de décembre 1991 que le Front Islamique du Salut (FIS, dissous) était en passe de remporter.

L'Algérie s'était alors enfoncée dans une guerre civile qui a fait jusqu'à 200.000 morts, selon les sources officielles.

La levée de l'état d'urgence était une revendication de l'opposition, notamment la Coordination nationale pour la Démocratie et le changement (CNCD) - qui s'est scindée en deux mardi - qui avait organisé deux manifestations pour pour obtenir un "changement du système".

La levée de l'état d'urgence intervient à deux jours d'une nouvelle marche de l'opposition prévue samedi à Alger, et qui reste interdite, comme les deux précédentes.

 

Première publication : 24/02/2011

  • ALGÉRIE

    La levée de l'état d'urgence, un symbole fort mais sans impact réel

    En savoir plus

  • ALGÉRIE

    Le pouvoir disperse une nouvelle manifestation de l'opposition

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)