Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Afrique du Sud : violentes manifestations à Mahikeng

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

La fin d'une ère : Arsène Wenger quitte Arsenal

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Contestation sociale en France : l'impossible concertation ?

En savoir plus

VOUS ÊTES ICI

Dans la peau d'un batelier du Nord

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Le géant américain Starbucks accusé de racisme

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Emmanuel Macron peut-il réformer la Zone euro ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Café en capsules : "L'impact écologique est considérable"

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Qui a peur de la dette ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Le succès des monnaies locales

En savoir plus

FOCUS

Un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays, suivi du décryptage de notre invité. Du lundi au vendredi, à 14h15.

Dernière modification : 24/02/2011

Vers une percée de l'opposition

Les Irlandais se rendent aux urnes vendredi pour des élections anticipées. Les sondages laissent entrevoir une victoire du parti centriste, le Fine Gael, au détriment du parti actuellement au pouvoir, le Fianna Fail. La population reproche en particulier sa gestion de la crise économique au gouvernement sortant de Brian Cowen.

Les électeurs irlandais se rendront aux urnes vendredi 25 février. La campagne électorale a eu lieu sur fond d’une profonde crise économique, ce qui pourrait complètement changer la carte politique du pays.

Face à une crise économique d'une ampleur sans précédent dans l'histoire du pays, les Irlandais réagissent avec modération, ce qui étonne tous les observateurs étrangers. Pendant la campagne électorale, les Irlandais ont eu l'occasion de faire part de leur colère aux candidats, réclamer une politique de création d'emploi dans un pays où 14% des gens sont sans boulot, dont la moitié en chômage de longue durée. Mais cette colère ne s'est pas versée dans la rue comme en Grèce où les manifestations ont été très violentes il y a quelques années. Et l'Irlande n'a pas renversé son gouvernement et trainé son dirigeant en justice comme l'ont fait les Islandais. Dan O’Brien, l’un des éditorialistes de l’Irish Times a remarqué que les Irlandais réagissaient souvent avec "modération" voire "passivité" aux grands bouleversements sociaux et politiques, parce qu’ils manquent d’une de "structure de contestation". Pas de division gauche droite, du moins jusqu’à ces élections. Les syndicats négocient mais invitent moins leurs membres à manifester qu’ en France, par exemple. Par ailleurs, les banquiers et les politiques qui ont une part de responsabilité dans le déclenchement du désastre financier n'ont pas ou peu été inquiétés jusqu’ici. Peut être cette élection marquera-t-elle le début des représailles ?

Le grand ménage électoral

Le gouvernement sortant de Fianna Fail est en déroute complète. Les sondages marquent deux tendances fermes : le parti de centre droit Fine Gael en tête dans les sondages avec environ 38% d’intentions de vote ce qui fait d’Enda Kenny, son patron, le futur Premier ministre. Cette élection pourrait aussi être le point de départ d’un réalignement sur l’échiquier politique. Le nouveau Premier ministre sera de centre droit. Mais la gauche irlandaise devrait réaliser un bon score après une campagne polarisée par l'aide financière de l’Europe et du FMI (Fonds monétaire international), qui a pourtant sauvé l'Irlande de la faillite mais qui est vue désormais comme une mauvaise affaire pour le pays. Le plus populaire des dirigeants politiques irlandais est le Travailliste Eamon Gilmore (42% de soutien). Sa mantra : renégocier entièrement les termes de cette aide financière. Pour la première fois, le Labour (20% des intentions de vote) pourrait devenir vendredi la deuxième force politique du pays, loin devant Fianna Fail (14%). Du côté de la gauche dure, Gerry Adams fait son entrée politique en république d'Irlande et il pourrait doubler la mise de six sièges de son Sinn Féin au parlement (11%). Des indépendants de la gauche radicale pourraient aussi être élus.

Les statistiques citées sont extraites du sondage du sondage effectué par Millward Brown Landsdowne pour l’Irish Independent, publié le 23 février, avec 11% de sans opinion.
 

Hervé AMORIC

Avec:

  • Maurice GOLDRING, Professeur émérite à l'université Paris VIII, Spécialiste d'études irlandaises

Emission préparée par Kate Williams, Marie Billon et Patrick Lovett
 

Par Hervé AMORIC

COMMENTAIRE(S)

Les archives

20/04/2018 Pakistan

Pakistan : un printemps pachtoune ?

Environ 30 millions de Pachtounes vivent au Pakistan, soit 15% de la population. Pris en étau entre les terroristes et l’armée pakistanaise, ils sont très souvent discriminés....

En savoir plus

19/04/2018 Liban

Face à une crise des déchets qui s’éternise, des Libanais se mobilisent

Au Liban, la gestion des déchets empoisonne la vie des Libanais depuis plusieurs années. En particulier à Beyrouth et sur le littoral, où les poubelles s'amoncellent, provoquant...

En savoir plus

18/04/2018 Amériques

Vidéo : la fin du règne des frères Castro à Cuba

Une page se tourne à Cuba. L'Assemblée nationale cubaine se réunit mercredi et jeudi pour désigner le nouveau président de l'île, ouvrant la voie à une transition historique....

En savoir plus

17/04/2018 Trafic de drogue

L’Andalousie, porte d'entrée du haschisch en Europe

Plus de 70% du cannabis qui circule en Europe passe par l'Andalousie, dans le sud de l’Espagne. La drogue transite depuis le nord de l'Afrique via des hors-bords. A une trentaine...

En savoir plus

16/04/2018 Afrique

Vidéo : dans le nord du Mali, avec l'armée française

Alors que le Mali a connu un nouveau week-end de violences avec une attaque contre la Minusma et la force Barkhane à Tombouctou, nos reporters Claire Paccalin et Fanny Allard se...

En savoir plus