Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Vidéo : le Maroc épargné par le terrorisme mais délaissé par les touristes

En savoir plus

LE DUEL DE L’ÉCO

"Brexit" : être ou ne pas être dans l'UE

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Claude Lelouch : "Je travaille avec un grand scénariste qui s’appelle la vie"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Crise des migrants : l'impasse de Calais

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Le Nikkei chute brutalement, pénalisé par un yen fort

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Syrie: agissons"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Agriculture: l'Europe, bouc émissaire ?"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Cahuzac : le "paria" devant la justice

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'ex-otage australienne veut rester au Burkina Faso

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 24/02/2011

Vers une percée de l'opposition

Les Irlandais se rendent aux urnes vendredi pour des élections anticipées. Les sondages laissent entrevoir une victoire du parti centriste, le Fine Gael, au détriment du parti actuellement au pouvoir, le Fianna Fail. La population reproche en particulier sa gestion de la crise économique au gouvernement sortant de Brian Cowen.

Les électeurs irlandais se rendront aux urnes vendredi 25 février. La campagne électorale a eu lieu sur fond d’une profonde crise économique, ce qui pourrait complètement changer la carte politique du pays.

Face à une crise économique d'une ampleur sans précédent dans l'histoire du pays, les Irlandais réagissent avec modération, ce qui étonne tous les observateurs étrangers. Pendant la campagne électorale, les Irlandais ont eu l'occasion de faire part de leur colère aux candidats, réclamer une politique de création d'emploi dans un pays où 14% des gens sont sans boulot, dont la moitié en chômage de longue durée. Mais cette colère ne s'est pas versée dans la rue comme en Grèce où les manifestations ont été très violentes il y a quelques années. Et l'Irlande n'a pas renversé son gouvernement et trainé son dirigeant en justice comme l'ont fait les Islandais. Dan O’Brien, l’un des éditorialistes de l’Irish Times a remarqué que les Irlandais réagissaient souvent avec "modération" voire "passivité" aux grands bouleversements sociaux et politiques, parce qu’ils manquent d’une de "structure de contestation". Pas de division gauche droite, du moins jusqu’à ces élections. Les syndicats négocient mais invitent moins leurs membres à manifester qu’ en France, par exemple. Par ailleurs, les banquiers et les politiques qui ont une part de responsabilité dans le déclenchement du désastre financier n'ont pas ou peu été inquiétés jusqu’ici. Peut être cette élection marquera-t-elle le début des représailles ?

Le grand ménage électoral

Le gouvernement sortant de Fianna Fail est en déroute complète. Les sondages marquent deux tendances fermes : le parti de centre droit Fine Gael en tête dans les sondages avec environ 38% d’intentions de vote ce qui fait d’Enda Kenny, son patron, le futur Premier ministre. Cette élection pourrait aussi être le point de départ d’un réalignement sur l’échiquier politique. Le nouveau Premier ministre sera de centre droit. Mais la gauche irlandaise devrait réaliser un bon score après une campagne polarisée par l'aide financière de l’Europe et du FMI (Fonds monétaire international), qui a pourtant sauvé l'Irlande de la faillite mais qui est vue désormais comme une mauvaise affaire pour le pays. Le plus populaire des dirigeants politiques irlandais est le Travailliste Eamon Gilmore (42% de soutien). Sa mantra : renégocier entièrement les termes de cette aide financière. Pour la première fois, le Labour (20% des intentions de vote) pourrait devenir vendredi la deuxième force politique du pays, loin devant Fianna Fail (14%). Du côté de la gauche dure, Gerry Adams fait son entrée politique en république d'Irlande et il pourrait doubler la mise de six sièges de son Sinn Féin au parlement (11%). Des indépendants de la gauche radicale pourraient aussi être élus.

Les statistiques citées sont extraites du sondage du sondage effectué par Millward Brown Landsdowne pour l’Irish Independent, publié le 23 février, avec 11% de sans opinion.
 

Hervé AMORIC

Avec:

  • Maurice GOLDRING, Professeur émérite à l'université Paris VIII, Spécialiste d'études irlandaises

Emission préparée par Kate Williams, Marie Billon et Patrick Lovett
 

Par Hervé AMORIC

COMMENTAIRE(S)

Les archives

09/02/2016 Maroc

Vidéo : le Maroc épargné par le terrorisme mais délaissé par les touristes

Contrairement à ses voisins dans la région, et notamment à la Tunisie, le Maroc a été épargné par le terrorisme ces dernières années. Aucun attentat n’a eu lieu dans le pays...

En savoir plus

08/02/2016 Tunisie

Vidéo : retour à Kasserine, épicentre de la contestation en Tunisie

La Tunisie a connu un début d'année mouvementé avec une vague de contestation sociale inédite depuis la révolution de 2011. Reportage de nos envoyés spéciaux à Kasserine, dans le...

En savoir plus

05/02/2016 États-Unis

La Californie en première ligne pour la reconnaissance des enfants transgenres

C'est un sujet relativement tabou en France mais actuellement sous le feu des projecteurs aux États-Unis : la situation des enfants transgenres. Jusqu'à présent, la question se...

En savoir plus

04/02/2016 Liban

Au Liban, beaucoup de réfugiés syriens basculent dans la clandestinité

Le Liban accueille plus d'un million de réfugiés syriens, soit un réfugié pour quatre habitants, ce qui représente la plus forte densité au monde.

En savoir plus

03/02/2016 Belgique

En Belgique, la commune de Molenbeek veut changer d'image

Au lendemain des attentats de Paris, la commune populaire de Molenbeek, dans la banlieue de Bruxelles, en Belgique, a été pointée du doigt. Au fil des jours, l'enquête a confirmé...

En savoir plus