Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Victoire de Syriza en Grèce, un test pour l'Europe

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile japonaise réclame la libération de Kenji Goto

En savoir plus

DÉBAT

Syrie : Kobané reprise par les Kurdes, un symbole fragile ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Longue vie au roi !"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Un économiste iconoclaste pour négocier la dette grecque

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Mali : 3 morts à Gao lors d'une manifestation anti-ONU

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Le sens de la vie"

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Ouganda : Dominic Ongwen comparaît devant la CPI

En savoir plus

FOCUS

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

En savoir plus

Tous les matins, nous vous proposons un reportage tourné par nos correspondants sur un sujet qui fait l’actualité dans leur pays. Du lundi au vendredi, à 7h45.

FOCUS

FOCUS

Dernière modification : 24/02/2011

Vers une percée de l'opposition

Les Irlandais se rendent aux urnes vendredi pour des élections anticipées. Les sondages laissent entrevoir une victoire du parti centriste, le Fine Gael, au détriment du parti actuellement au pouvoir, le Fianna Fail. La population reproche en particulier sa gestion de la crise économique au gouvernement sortant de Brian Cowen.

Les électeurs irlandais se rendront aux urnes vendredi 25 février. La campagne électorale a eu lieu sur fond d’une profonde crise économique, ce qui pourrait complètement changer la carte politique du pays.

Face à une crise économique d'une ampleur sans précédent dans l'histoire du pays, les Irlandais réagissent avec modération, ce qui étonne tous les observateurs étrangers. Pendant la campagne électorale, les Irlandais ont eu l'occasion de faire part de leur colère aux candidats, réclamer une politique de création d'emploi dans un pays où 14% des gens sont sans boulot, dont la moitié en chômage de longue durée. Mais cette colère ne s'est pas versée dans la rue comme en Grèce où les manifestations ont été très violentes il y a quelques années. Et l'Irlande n'a pas renversé son gouvernement et trainé son dirigeant en justice comme l'ont fait les Islandais. Dan O’Brien, l’un des éditorialistes de l’Irish Times a remarqué que les Irlandais réagissaient souvent avec "modération" voire "passivité" aux grands bouleversements sociaux et politiques, parce qu’ils manquent d’une de "structure de contestation". Pas de division gauche droite, du moins jusqu’à ces élections. Les syndicats négocient mais invitent moins leurs membres à manifester qu’ en France, par exemple. Par ailleurs, les banquiers et les politiques qui ont une part de responsabilité dans le déclenchement du désastre financier n'ont pas ou peu été inquiétés jusqu’ici. Peut être cette élection marquera-t-elle le début des représailles ?

Le grand ménage électoral

Le gouvernement sortant de Fianna Fail est en déroute complète. Les sondages marquent deux tendances fermes : le parti de centre droit Fine Gael en tête dans les sondages avec environ 38% d’intentions de vote ce qui fait d’Enda Kenny, son patron, le futur Premier ministre. Cette élection pourrait aussi être le point de départ d’un réalignement sur l’échiquier politique. Le nouveau Premier ministre sera de centre droit. Mais la gauche irlandaise devrait réaliser un bon score après une campagne polarisée par l'aide financière de l’Europe et du FMI (Fonds monétaire international), qui a pourtant sauvé l'Irlande de la faillite mais qui est vue désormais comme une mauvaise affaire pour le pays. Le plus populaire des dirigeants politiques irlandais est le Travailliste Eamon Gilmore (42% de soutien). Sa mantra : renégocier entièrement les termes de cette aide financière. Pour la première fois, le Labour (20% des intentions de vote) pourrait devenir vendredi la deuxième force politique du pays, loin devant Fianna Fail (14%). Du côté de la gauche dure, Gerry Adams fait son entrée politique en république d'Irlande et il pourrait doubler la mise de six sièges de son Sinn Féin au parlement (11%). Des indépendants de la gauche radicale pourraient aussi être élus.

Les statistiques citées sont extraites du sondage du sondage effectué par Millward Brown Landsdowne pour l’Irish Independent, publié le 23 février, avec 11% de sans opinion.
 

Hervé AMORIC

Avec:

  • Maurice GOLDRING, Professeur émérite à l'université Paris VIII, Spécialiste d'études irlandaises

Emission préparée par Kate Williams, Marie Billon et Patrick Lovett
 

Par Hervé AMORIC

COMMENTAIRE(S)

Les archives

26/01/2015 Auschwitz-Birkenau

Auschwitz, symbole d'une entreprise de mort programmée et industrielle

Le 27 janvier 1945, les troupes de l'Armée rouge découvrent par hasard Auschwitz-Birkenau. Ce camp de concentration et d'extermination, le plus grand du IIIe Reich, est devenu le...

En savoir plus

26/01/2015 Ukraine

Ukraine : la situation s'enlise à l'Est

Nos envoyés spéciaux se sont rendus dans l'Est de l'Ukraine, où les séparatistes ont lancé la semaine dernière une offensive sans précédent.

En savoir plus

23/01/2015 Austérité

Législatives en Grèce : un scrutin décisif

Les Grecs sont convoqués dimanche aux urnes pour des élections législatives anticipées. Le mouvement de la gauche radicale, Syriza, est en tête des sondages. Un parti porté par...

En savoir plus

22/01/2015 Biotechnologies

Science et médecine : le Japon à la pointe de la recherche sur les cellules IPS

Nous vous proposons un reportage sur les biotechnologies, sur les "cellules souches pluripotentes induites" ou "cellules IPS". Imaginez que n’importe quelle cellule du corps...

En savoir plus

21/01/2015 Birmanie

Birmanie : les Rohingyas condamnés à l’exil ?

Le régime birman s'apprête à mettre en place une loi sur l'immigration préjudiciable aux Rohingyas. Cette ethnie de confession musulmane vit en Birmanie depuis plusieurs...

En savoir plus