Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

À L’AFFICHE !

Marc Dugain explore la face sombre de l'Amérique des Kennedy

En savoir plus

FOCUS

Un an après les JO, Rio de Janeiro gangrenée par la crise et la violence

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Waszczykowski : "Les mots de Macron envers la Pologne n'étaient pas nécessaires"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

ONU : comment l'organisation est-elle financée ?

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Baptêmes du feu à l'ONU"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il y a trop de murs, les gens ne se parlent plus"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

L'ouragan Maria frappe les Antilles

En savoir plus

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Côte d'Ivoire : nouveaux affrontements entre étudiants et policiers à Abidjan

En savoir plus

LE DÉBAT

Assemblée générale de l'ONU : Trump peut-il faire vaciller l'organisation ? (partie 2)

En savoir plus

Afrique

Trois des sept otages enlevés par Aqmi au mois de septembre ont été libérés

Texte par Dépêche

Dernière modification : 25/02/2011

Une Française, un Togolais et un Malgache appartenant au groupe de sept employés d'Areva et de Satom enlevés par Al-Qaïda au Maghreb islamique en septembre dernier à Arlit ont été libérés. Les ex-otages sont tous en bonne santé, selon l'Élysée.

AFP - Trois des sept otages qui avaient été enlevés en septembre 2010 dans le nord du Niger par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi) ont été libérés, a indiqué l'Elysée vendredi, confirmant une information obtenue de source sécuritaire à Niamey.

"Oui", a répondu une source à la présidence à la question de savoir si elle confirmait cette information, "les trois otages ont été libérés".

La zone d'influence d'Al-Qaïda au Maghreb islamique

Il s'agit d'une Française, d'un Togolais et d'un Malgache.

Ils "ont été libérés dans la nuit de jeudi à vendredi en territoire nigérien", puis "acheminés sur Niamey par les autorités nigériennes", selon la source sécuritaire à Niamey jointe par l'AFP.

Aucune précision n'a été donnée sur les conditions de leur libération ni sur le sort des autres otages.

Le 16 septembre 2010, sept personnes, dont un cadre d'Areva et son épouse, tous deux Français, ainsi que cinq employés (trois Français, un Togolais et un Malgache) de son sous-traitant Satom, filiale du groupe Vinci, avaient été enlevées à Arlit dans le nord du Niger, un site d'extraction d'uranium.


 

Première publication : 25/02/2011

  • TERRORISME

    Les sept otages enlevés par Aqmi ne seraient plus au Mali

    En savoir plus

  • FRANCE

    La France rend un dernier hommage aux deux jeunes hommes tués au Sahel

    En savoir plus

  • TERRORISME

    Jean-Christophe Rufin : "Washington s’implique de plus en plus dans le Sahel"

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)