Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE DÉBAT

Refondation de l'Europe : les projets d'Emmanuel Macron sont-ils réalisables ?

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

François Patriat : "Ce couple franco-allemand est l'un des meilleurs que l'on puisse avoir"

En savoir plus

MARDI POLITIQUE

Éric Coquerel : "Nous réclamons une commission parlementaire sur Alstom"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Le président colombien Santos ne "regrette pas" l'accord avec les FARC

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : le Rwanda fait le pari de la haute-technologie

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Moïse Katumbi : "C’est un devoir pour moi d’aller sauver le peuple de RDC"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Vidéo : en Colombie, l’art au service de la paix

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Referendum catalan : Madrid ou Barcelone... qui peut remporter le bras de fer ?

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Alstom bientôt sous pavillon allemand ?

En savoir plus

FRANCE

Nicolas Sarkozy tente de redonner un cap à la diplomatie française

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/02/2011

En nommant Alain Juppé au poste de ministre des Affaires étrangères et Claude Guéant à l'Intérieur, le président français veut préparer le pays "à affronter les évènements à venir" dans le monde arabe, avec lequel s'ouvre une "ère nouvelle".

AFP - Le président français Nicolas Sarkozy a tenté dimanche de relancer une diplomatie laissée sans voix par les révolutions arabes, avec un important remaniement de son gouvernement marqué la démission forcée de sa chef de la diplomatie.

"Certains peuples arabes prennent leur destin en mains" et "ces révolutions arabes ouvrent une ère nouvelle dans nos relations avec ces pays dont nous sommes si proches par l'Histoire et la géographie", a déclaré Nicolas Sarkozy en qualifiant les révolutions dans les pays arabes d'"immense bouleversement".

portrait d'Alain Juppé, nouveau chef de la diplomatie

Lors d'une allocution radio-télévisée, le président français a annoncé la nomination d'Alain Juppé, jusqu'alors ministre de la Défense, au ministère des Affaires étrangères en remplacement de Michèle Alliot-Marie, démissionnaire.

Le changement dans les pays arabes "est historique" et "nous ne devons pas en avoir peur". "Il porte en lui une formidable espérance car il s'est accompli au nom des valeurs qui nous sont les plus chères, celle des droits de l'homme et de la démocratie", a ajouté Nicolas Sarkozy.

En fonctions seulement depuis la mi-novembre, Michèle Alliot-Marie, 64 ans, a fini par jeter l'éponge après avoir focalisé sur elle pendant plus d'un mois toutes les critiques contre la politique étrangère de la France, accusée d'être passive et attentiste face au mouvement de libération en Tunisie et Egypte.

"Bien qu'ayant le sentiment de n'avoir commis aucun manquement, j'ai (...) décidé de quitter mes fonctions de ministre des Affaires étrangères et européennes", a écrit Michèle Alliot-Marie dans une lettre remise en début d'après-midi à Nicolas Sarkozy.

Elle avait pourtant accumulé erreurs de jugement et maladresses, de ses vacances fin 2010 en Tunisie à une offre de coopération policière à l'ex-régime Ben Ali, le 11 janvier, trois jours avant la chute de l'ex-président tunisien.

Alain Juppé, 65 ans, a déjà été chef de la diplomatie entre 1993 et 1995. Il se positionne désormais comme le nouveau poids lourd du gouvernement dirigé par François Fillon. Certains commentateurs utilisaient même dimanche les termes de "vice-président" ou de "sauveur" de la politique extérieure française.

Portrait de Claude Guéant, nouveau ministre de l'Intérieur
Nicolas Sarkozy a aussi nommé un sénateur et ex-ministre, Gérard Longuet, au ministère de la Défense, et remplacé aussi son ministre de l'Intérieur controversé, Brice Hortefeux, par son plus proche collaborateur, Claude Guéant. A l'approche de la présidentielle de mai 2012, celui-ci est chargé de gagner la bataille contre la criminalité et l'insécurité, enjeux électoraux primordiaux.

Jusqu'alors, Claude Guéant, 66 ans et ancien préfet, était secrétaire général de la présidence française où il s'était aménagé aussi un vaste champ d'action dans le domaine diplomatique, multipliant les missions plus ou moins discrètes au Moyen-Orient ou en Afrique.

Avec sa déclaration et son remaniement gouvernemental, Nicolas Sarkozy reconnaît de facto que la diplomatie française n'avait plus de cap. Au cours des derniers jours, de multiples groupes de diplomates anonymes se sont manifestés dans la presse pour dénoncer une absence de vision, un manque de moyens, ou "une peur du changement".

Pour Nicolas Sarkozy, il devenait urgent de redresser la barre alors que la France assure la présidence en exercice du groupe des Huit pays les plus industrialisés (G8) et de son extension aux pays émergents, le G20.

L'opposition socialiste a jugé dimanche que le départ de la chef de la diplomatie ne réglait "pas le problème" de la politique extérieure de la France, pointant la responsabilité du chef de l'Etat.

"Aujourd'hui la voix de la France n'existe plus. C'est véritablement un naufrage, la diplomatie française", a estimé la dirigeante socialiste Martine Aubry.

Pour la 1ère fois dans une carrière exemplaire, MAM trébuche

 

Première publication : 27/02/2011

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    MAM, le "chêne" qui plie mais ne cède pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)