Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

CAP AMÉRIQUES

La lutte sans fin des peuples autochtones

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"La liberté de la presse vous appartient"

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Mille et un kebabs : à chaque pays ses secrets !

En savoir plus

DANS LA PRESSE

En Italie, l'effondrement du "pont malade"

En savoir plus

L'ENTRETIEN DE L'INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Capitalisme addictif : l'empire du désir

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"En Tunisie, l'égalité entre hommes et femmes dans l'héritage ne fait pas l'unanimité"

En savoir plus

DANS LA PRESSE

"Il faut empêcher Assad de se refaire une virginité sur la scène internationale"

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Slimane Dazi : le livre "Indigène de la nation" est un acte politique

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Le Brésil sous le choc après la mort d'une femme battue

En savoir plus

Afrique

L'ONU s'inquiète de la livraison présumée d'armes en provenance du Bélarus

Texte par Dépêche

Dernière modification : 28/02/2011

Le secrétaire général de l'ONU, qui s'inquiète de la livraison présumée de trois hélicoptères d'attaque en provenance du Bélarus à Laurent Gbagbo, enjoint le Conseil de sécurité de l'ONU à discuter de l'éventualité d'une réunion.

AFP - La tension est montée lundi entre le camp du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo et l'ONU autour d'une présumée affaire de livraison d'armes, tandis que la situation humanitaire à Abidjan se dégradait après les combats entre forces pro-Gbagbo et insurgés.

A la demande du secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon, le Conseil de sécurité de l'ONU discutait de l'éventualité d'une réunion, après des informations sur la livraison en cours de trois hélicoptères d'attaque du Bélarus et de matériel d'appui à Yamoussoukro (centre) destinés aux forces fidèles à M. Gbagbo.

Un pays, deux présidents

Mais le Bélarus a démenti toute violation de l'embargo sur les armes décrété en 2004 et dénoncé une "possible campagne destructrice" à son encontre.

Le gouvernement Gbagbo a fustigé un "complot" et un "mensonge pour justifier une attaque" de l'ONU.

Il accuse la mission onusienne dans le pays, l'Onuci, dont il réclame le départ, d'être complice des "rebelles" des Forces nouvelles (FN), alliés à Alassane Ouattara - reconnu chef de l'Etat par la communauté internationale - qui selon lui sont infiltrés à Abidjan.

Le climat demeurait pesant dans la capitale économique avec des tirs sporadiques signalés dans plusieurs quartiers depuis dimanche, y compris dans des zones jusque-là préservées comme le quartier cossu de Cocody (est).

Fief de M. Gbagbo, le populaire Yopougon (ouest) est désormais constellé de barrages de "jeunes patriotes", ses ardents partisans. Parfois armés de machettes et de gourdins, ils exigent de fouiller les véhicules.

Leur chef Charles Blé Goudé a appelé la semaine dernière les jeunes à "s'organiser en comités" pour empêcher "par tous les moyens" l'Onuci de circuler.

Le camp Gbagbo est passé "du harcèlement" contre l'ONU à "l'acte d'hostilité directe", a affirmé lundi à Dakar Choi Young-jin, le chef de l'Onuci.

Selon lui, trois Casques bleus ont été blessés par les forces pro-Gbagbo ce week-end à Abobo, un quartier pro-Ouattara dans le nord d'Abidjan.

Abobo est devenu la semaine dernière le théâtre d'affrontements à l'arme lourde entre forces pro-Gbagbo et insurgés.

A Abobo, mais aussi dans le quartier voisin d'Anyama, la situation humanitaire devenait de plus en plus inquiétante, sur fond d'exode de la population.

Quelque 3.000 personnes se sont déjà réfugiées dans deux missions catholiques, "dans une promiscuité indescriptible", a déclaré à l'AFP l'abbé Augustin Obrou, porte-parole de l'archevêché d'Abidjan.

 

Première publication : 28/02/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les violences gagnent Yamoussoukro, la capitale politique

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Les combats à l'arme lourde reprennent dans le quartier d'Abobo à Abidjan

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le signal de la télévision publique interrompu dans la région d'Abidjan

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)