Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza: les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" en Argentine : et après le défaut de paiement ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Guinée : cohue meurtrière lors d'un concert à Conakry

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Crash du vol AH5017 : Hommage à 2 cinéastes disparus

En savoir plus

FOCUS

Birmanie : la transition démocratique piétine

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les people et le conflit israélo-palestinien

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Matshidiso Moeti, ancienne Directrice régionale adjointe de l'OMS pour l'Afrique

En savoir plus

  • John Kerry arrache un cessez-le-feu de 72 heures à Gaza

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Devant les juges, Karim Wade se considère "prisonnier politique"

    En savoir plus

  • Free veut racheter T-mobile, poids lourd de la téléphonie américaine

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

  • La dissolution de la Ligue de défense juive à l’étude

    En savoir plus

  • Israël mobilise de nouveaux réservistes et obtient des munitions américaines

    En savoir plus

  • Avec "Lucy", Luc Besson domine le box-office américain

    En savoir plus

  • MH17 : les enquêteurs de l'OSCE accèdent au site du crash

    En savoir plus

  • Vidéo : reportage au cœur des tunnels creusés par le Hamas à Gaza

    En savoir plus

  • La clôture frontalière, nouvelle pomme de discorde entre le Maroc et l’Algérie

    En savoir plus

  • Moscou condamné à verser 1,86 milliard d'euros aux ex-actionnaires de Ioukos

    En savoir plus

  • Mort de Paul Jean-Ortiz, conseiller diplomatique de François Hollande

    En savoir plus

FRANCE

Trois vieux routiers de la politique à la tête des ministères régaliens

Texte par Gaëlle LE ROUX

Dernière modification : 28/02/2011

Le gouvernement change une nouvelle fois de visage. Alain Juppé, Gérard Longuet et Claude Guéant investissent les ministères des Affaires étrangères, de la Défense et de l’Intérieur. Retour sur les parcours de trois briscards de la politique.

 

Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères

Plus qu’un retour en grâce, c’est une consécration. Trois mois après avoir été nommé à la tête du ministère de la Défense, Alain Juppé prend les rênes de la diplomatie française. Sa nomination aux Affaires étrangères ne surprend pas. Depuis que Michèle Alliot-Marie s’est embourbée dans des polémiques liées à ses relations avec le clan Ben Ali en Tunisie, Alain Juppé joue un rôle officieux de chef de la diplomatie. "Je souhaite de tout cœur que Kadhafi vive ses derniers moments de chef d’État", a-t-il notamment affirmé sur France Inter le 24 février dernier.
 
Nommé dimanche au Quai d’Orsay, l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac (1995-1997), contraint d'abandonner temporairement la vie politique après sa condamnation dans l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris en 2004, retrouve ainsi sa place de poids lourd de la majorité à un poste qu'il connaît bien pour l'avoir déjà occupé sous le gouvernement Balladur (1993-1995).

"Pas vraiment sarkolâtre", selon ses propres termes, ce fidèle parmi les fidèles de Jacques Chirac, dont il fût également le ministre du Budget (1986-1988), n’hésite pas à critiquer l’actuel chef de l’État. Ce dernier lui confie pourtant un grand ministère de l'Écologie et du Développement durable (mai-juin 2007), puis le portefeuille de la Défense à l'automne dernier. Aujourd'hui considéré comme le "numéro 1 bis" du gouvernement, Alain Juppé s’est imposé, en quelques mois, comme l’un des hommes-clés du système Sarkozy.

 
portrait d'Alain Juppé, nouveau chef de la diplomatie
 

 
Gérard Longuet, ministre de la Défense
 
Écarté du gouvernement lors du remaniement ministériel de novembre dernier malgré les promesses de Nicolas Sarkozy, Gérard Longuet a finalement décroché le portefeuille qu’il lorgnait depuis plusieurs mois. Nommé dimanche à la Défense, le sénateur de la Meuse et président du groupe UMP au Sénat a ainsi succédé à Alain Juppé.
 
Cette nomination marque son retour au gouvernement, après une saga judiciaire de plus de quinze ans qui lui avait coûté son poste de ministre de l’Industrie dans le gouvernement Balladur en 1994 et enrayé son ascension au sein de la droite française. Poursuivi dans une affaire liée au financement de sa villa à Saint-Tropez, puis mis en examen pour le financement présumé occulte du Parti républicain, il a bénéficié de plusieurs relaxes et non-lieux, et a été définitivement blanchi en février 2010 de toutes les accusations qui pesaient contre lui.
 
Il débute tôt sa carrière politique en participant en 1964 à la création du mouvement d’extrême-droite Occident avec Alain Madelin. Un temps proche du Front national, il se tourne finalement vers le Parti républicain à la fin des années 70.
 
Ses petites phrases assassines et propos mal contrôlés lui ont valu une réputation d’électron libre dans la sphère sarkozienne. Des saillies verbales qui lui ont aussi valu des critiques acerbes, notamment lorsqu’il s’est opposé à la nomination de Malek Boutih à la tête de la Halde (Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité), au motif "qu'il vaut mieux que ce soit le corps français traditionnel qui se sente responsable de l’accueil de tous nos compatriotes"
 
Malgré des rapports assez tumultueux avec Nicolas Sarkozy, dont il a été conseiller entre 2007 et 2009, il a finalement réussi à se glisser à la tête des armées, redevenant ainsi un homme de poids dans la sphère politique française.
 
Portrait de Claude Guéant, nouveau ministre de l'Intérieur
 

 
 
Claude Guéant, ministre de l’Intérieur
 
Jusqu’alors secrétaire général de l’Élysée, Claude Guéant succède désormais à Brice Hortefeux à la tête du ministère de l’Intérieur, poste qu’il convoitait depuis longtemps.
 
Surnommé le vice-roi ou le Premier ministre-bis dans les couloirs de Matignon et de l’Élysée, Claude Guéant est le plus proche conseiller de Nicolas Sarkozy. Il l’épaule d’ailleurs depuis près de dix ans, de la place Beauvau jusqu’à l’Élysée en passant par Bercy.
 
Bourreau de travail, il est décrit comme un homme sérieux, discret et intègre. Préfet brillant et habile, il est nommé directeur général de la police par Pasqua en 1994. Son caractère hyperactif et autoritaire lui attire de vives critiques au moment des attentats de 1995 dans le métro parisien. Mais le démantèlement de réseaux terroristes lui donne crédit et fait taire ses détracteurs.
 
En 2002, il entre au service de Nicolas Sarkozy lorsque ce dernier s’installe au ministère de l’Intérieur. Il ne s’en éloignera pas. Sous ses ordres, il parvient à l’arrestation en Corse d’Yvan Colonna, assassin présumé du préfet Claude Érignac. C’est également lui qui chapote la gestion des émeutes dans les banlieues françaises en 2005.
 
"Nous étions clairement dans une démarche de conquête, cela a été passionnant", se rappelle-t-il en 2007 au lendemain de la victoire de Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle.
 
Homme de l’ombre, il tempère les accès de colère du président, joue le rôle de "facilitateur" auprès des ministres. Son influence irrite cependant. Suivant les instructions du chef de l’État, il n’hésite pas à court-circuiter le Premier ministre François Fillon ou à prendre en main des affaires diplomatiques sensibles, au détriment du numéro un du ministère des Affaires étrangères. Alain Juppé aurait d’ailleurs conditionné sa nomination à la tête de la diplomatie française à la non-intervention de Claude Guéant – et de Jean-David Lévitte, autre proche conseiller de Nicolas Sarkozy – dans les affaires du Quai d’Orsay.

 

Première publication : 28/02/2011

  • FRANCE

    Xavier Musca remplace Claude Guéant au poste de secrétaire général de l'Élysée

    En savoir plus

  • FRANCE

    La ministre des Affaires étrangères, Michèle Alliot-Marie, démissionne

    En savoir plus

  • POLITIQUE FRANÇAISE

    MAM, le "chêne" qui plie mais ne cède pas

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)