Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

DÉBAT

Faut-il s'inquiéter de la chute du prix du baril ?

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

En Israël, les ventes d'armes à feu en forte hausse

En savoir plus

FOCUS

Ukraine : que reste-t-il de la révolution du Maïdan?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"The Search", Bérénice Bejo sur le champ de bataille

En savoir plus

FOCUS

Violences conjugales : la France s'attaque à la source du fléau

En savoir plus

SUR LE NET

Ferguson : le web réagit à l'annonce du grand jury

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Burkina Faso : le ministre de la Culture contraint à la démission

En savoir plus

DÉBAT

L’affaire Ferguson, triste miroir de la société américaine?

En savoir plus

DÉBAT

Nucléaire iranien : l'impossible accord ?

En savoir plus

Economie

Le premier moteur de recherche chinois dans le collimateur de Washington

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/03/2011

Pour les services du représentant américain au Commerce, Baidu, le moteur de recherche numéro un en Chine, est devenu l'une des principales plaques tournantes des biens piratés. Également dans le viseur de Washington : le site suédois The Pirate Bay.

AFP - Le moteur de recherche chinois Baidu et le site suédois de téléchargement Pirate Bay ont été cités lundi par les autorités américaines parmi les principales plaques tournantes de la contrefaçon et de biens piratés.

Selon les services du représentant américain au Commerce (USTR), ces deux sites internet, parmi d'autres, et une vingtaine de quartiers commerciaux comme le Marché de la Soie de Pékin et le marché Pantip de Bangkok, sont des centres "notoires" de vente de bien copiés ou piratés, qu'il s'agisse de programmes informatiques ou de produits industriels, voire de programmes télévisés sur le sport.

Le premier rapport intitulé "Examen des marchés notoires" de l'USTR n'évoque pas de menace précise contre ces rendez-vous commerciaux, mais mentionne que les forces de l'ordre s'y intéressent.

"Les Etats-Unis appellent les autorités responsables à identifier les efforts pour combattre le piratage et la contrefaçon sur ces marchés et d'autres similaires", y lit-on.

La Chine vient en tête des pays mentionnés dans ce rapport. Baidu est accusé en particulier de permettre un système de lien conduisant les internautes vers des contenus piratés plutôt que vers des sites légitimes.

Contacté par l'AFP, un porte-parole de Baidu, qui a considérablement renforcé sa domination du marché en Chine depuis un bras de fer entre Google et les autorités chinoises, s'est refusé à tout commentaire.

Les efforts du site chinois de commerce en ligne Taobao pour limiter la contrefaçon ont en revanche été reconnus par l'USTR, qui note toutefois qu'"il lui reste beaucoup à faire pour résoudre ces problèmes".

Un porte-parole du groupe Alibaba, propriétaire de Taobao, a promis qu'il "continuerait à travailler en étroite coopération avec les propriétaires de marques et d'autres pour encore améliorer le niveau de confiance et d'intégrité des sites marchands".

Pour ce qui est des sites de téléchargement, le rapport de l'USTR dénonce, outre Pirate Bay, le canadien IsoHunt, le russe Rutracker, l'ukrainien Demenoid, entre autres.

Pour ce qui est du commerce non virtuel, le rapport mentionne des marchés de Mexico , Buenos Aires, New Delhi, Kiev, Jakarta, Hong Kong et Manille, ainsi que Ciudad del Este, au Paraguay, et les régions limitrophes en Argentine et au Brésil.

Première publication : 01/03/2011

  • SUÈDE

    Peines de prison réduites en appel pour les fondateurs de Pirate Bay

    En savoir plus

  • INTERNET

    Le site d'échange de fichiers The Pirate Bay piraté

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)