Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

MODE

Mode masculine été 2017 part 1

En savoir plus

#ActuElles

Femmes artistes : sortir des oubliettes de l'Histoire

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Quatuor Modigliani : quatre garçons dans les cordes

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

Loi travail : le récit d'un revirement

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : atteints d'une hépatite C, des Occidentaux partent se faire soigner en Inde

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Guerre civile au Guatemala : une justice impossible ?

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses des palaces parisiens

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCO

Économie britannique : George Osborne tente de rassurer

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"En fait, on ne voulait pas vraiment dire 'partir'"

En savoir plus

FRANCE

Jean-Marie Le Pen a de nouveau maille à partir avec la justice

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/03/2011

L'ex-patron du Front national doit être jugé ce mardi pour incitation à la haine raciale. En cause : la diffusion d'une affiche polémique par la branche jeunesse du parti d'extrême droite lors de la campagne électorale des régionales de 2010.

AFP - Accusé par le Mrap d'incitation à la haine raciale, Jean-Marie Le Pen sera jugé mardi par le tribunal correctionnel de Nanterre pour avoir diffusé, lors des élections régionales, des affiches de campagne jugées offensantes à l'encontre des musulmans.

Selon son avocat, Me Wallerand de Saint-Just, M. Le Pen n'assistera pas à l'audience.

L'affiche litigieuse représentait une femme intégralement voilée à côté d'une carte de France recouverte du drapeau algérien sur laquelle se dressaient des minarets en forme de missiles, avec pour titre "Non à l'islamisme".

Lors des dernières élections régionales, en février 2010, le mouvement "jeunesse" du Front national avait diffusé ces affiches en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et sur son site internet, puis partout en France.

A l'époque, l'affaire avait suscité des protestations de l'Algérie.

Début décembre, le tribunal correctionnel de Paris avait relaxé Jean-Marie Le Pen, poursuivi pour les mêmes faits par la Licra et SOS Racisme, sans aborder le fond du dossier, déboutant les deux associations pour de pures questions de forme.

Le tribunal avait estimé que Jean-Marie Le Pen n'était "ni l'auteur de l'affiche en cause, ni le responsable des sites sur lesquels elle avait été diffusée". Concernant non plus les sites internet, mais l'affichage sur les panneaux électoraux de la région PACA, il s'était déclaré incompétent territorialement.

A l'audience du 28 octobre, le procureur avait requis contre l'eurodéputé et conseiller régional de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur un an d'inéligibilité, deux mois de prison avec sursis et 20.000 euros d'amende.

Dans cette nouvelle procédure, le Mouvement contre le racisme et pour l'amitié entre les peuples (Mrap) avait saisi sur citation directe le tribunal de Nanterre, avant que soit rendue la décision parisienne, s'appuyant notamment sur le fait que le siège du FN se trouve dans les Hauts-de-Seine.

Le procès se tiendra mardi après-midi devant la 14e chambre.

Première publication : 01/03/2011

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy relance le débat sur la place de l’islam en France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marine Le Pen remplace officiellement son père à la tête du Front national

    En savoir plus

  • FRANCE

    Jean-Marie Le Pen fait ses adieux au FN, les militants adoubent sa fille

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)