Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Les "MarocLeaks" inquiètent le pouvoir marocain

En savoir plus

#ActuElles

Jouets sexistes : le marketing des fabricants en cause

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Joyeux Noël... laïc !

En savoir plus

REPORTERS

Argentine : le bilan Kirchner

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Cuba - États-Unis : la fin de la guerre froide ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

La Grèce fait trembler les marchés

En savoir plus

À L’AFFICHE !

La personnalité tourmentée de "Mr. Turner"

En savoir plus

FOCUS

Vidéo : colère à Peshawar lors des funérailles des écoliers assassinés

En savoir plus

UNE COMÉDIE FRANCAISE

François Hollande, un recentrage à gauche ?

En savoir plus

Afrique

Le mouvement islamiste Ennahda autorisé à former un parti politique

Vidéo par Carlotta RANIERI

Texte par Dépêche

Dernière modification : 01/03/2011

Trois ministres tunisiens ont annoncé leur démission du gouvernement, mardi. Par ailleurs, trente ans après sa fondation, le mouvement islamiste tunisien Ennahdah peut désormais former un parti politique, a rapporté l'agence officielle TAP.

AFP - Deux chefs de l'opposition tunisienne se sont retirés mardi du gouvernement de transition, contribuant à son affaiblissement, alors que le mouvement islamiste Ennahda a obtenu sa légalisation.

Sur le terrain, la situation s'est relativement calmée à Tunis: des magasins ont rouvert, d'autres tentaient de réparer leurs devantures endommagées par les violences du week-end ayant fait cinq tués. La circulation s'est animée sur l'avenue centrale Habib Bourguiba, épicentre de la contestation, même si les renforts militaires et policiers ont été maintenus autour du ministère de l'Intérieur.

Les ministres tunisiens de l'Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, Ahmed Ibrahim, et du Développement régional et local Ahmed Néjib Chebbi, ont tour à tour annoncé leur démission du gouvernement de transition.

Ils étaient les seuls représentants de l'opposition dans ce cabinet.

M. Ahmed Ibrahim, chef du parti Ettajdid (ex-parti communiste), a indiqué à l'AFP avoir "la conviction qu'il pourrait mieux servir la révolution en étant en dehors du gouvernement".

"J'annonce ma démission en raison de l'hésitation et du flou qui ont marqué l'action du gouvernement de (Mohammed) Ghannouchi", a déclaré M. Chebbi, dirigeant du Parti démocratique progressiste (PDP), lors d'une conférence de presse.

Le ministre auprès du Premier ministre tunisien chargé des réformes économiques et sociales, Elyes Jouini, a aussi démissionné mardi du gouvernement de transition, a annoncé l'agence officielle TAP.

M. Jouini est le troisième ministre à quitter le gouvernement mardi, portant à cinq le nombre des ministres démissionnaires en deux jours.

Les manifestants crient victoire à Tunis
Deux ministres ont déjà démissionné lundi, au lendemain de la démission du Premier ministre Mohammed Ghannouchi, aussitôt remplacé par Béji Caïd Essebsi, 84 ans, un libéral qui avait servi sous Habib Bourguiba (président de 1957 à 1987).

Il s'agissait de Mohamed Nouri Jouini qui avait le portefeuille de la Planification et de la coopération internationale, et de Mohamed Afif Chelbi à l'Industrie et la technologie, qui avaient fait partie du dernier gouvernement Ben Ali.

Cette valse des démissions témoigne du cafouillage politique dans lequel se débat le gouvernement de transition qui, affaibli, aurait accepté l'idée de la mise en place d'une Assemblée constituante, prônée par un collectif de partis et d'ONG, et de renoncer à l'organisation d'une élection présidentielle.

Le nouveau Premier ministre tunisien Béji "Caïd Essebsi m'a informé que le gouvernement a décidé de se plier au Conseil de la protection de la révolution. Il n'y aura pas d'élection présidentielle, mais celle d'une Assemblée constituante", a déclaré aux journalistes M. Chebbi, en annonçant sa démission.

L'Assemblée constituante est une idée phare du Conseil de la protection de la révolution, un collectif en cours de formation et regroupant quelque 14 partis politiques, la puissante Union générale des travailleurs tunisiens (UGTT) et des organisations de la société civile.

En outre, le président de la République par intérim "Foued Mbazaa ne prolongera pas son mandat", qui expire à la mi-mars selon la Constitution, a ajouté M. Chebbi en citant M. Caïd Essebsi, tout en mettant en garde contre le risque d'"un vide constitutionnel" dans le pays.

"Le gouvernement de transition doit démissionner en bloc. C'est un cabinet fantoche, incapable et qui a échoué", a déclaré à l'AFP Hamma Hammami, chef du Parti ouvrier communiste tunisien (POCT).

Le mouvement Ennahda, largement réprimé sous le régime de Ben Ali, a été légalisé, trente ans après sa fondation, a annoncé mardi à l'AFP son porte-parole officiel Ali El-Aryadh, affirmant la volonté de son groupe de "contribuer à l'édification d'un régime démocratique".

Ennahda (Renaissance) a été fondé en 1981 par Rached Ghannouchi avec des intellectuels inspirés par les Frères musulmans égyptiens.

Rached Ghannouchi est rentré fin janvier en Tunisie après un exil de vingt ans à Londres.

Première publication : 01/03/2011

  • TUNISIE

    Malgré la démission de Ghannouchi, les manifestants ne lèvent pas le camp

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Béji Caïd Essebsi remplace Mohammed Ghannouchi au poste de Premier ministre

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Le Premier ministre, Mohammed Ghannouchi, quitte ses fonctions

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)