Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Albert Ebossé : Une contre autopsie du joueur camerounais conclut à un assassinat

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Russie: il ne faut pas pas vendre la peau de l'ours

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Retour à la terre, avec le paysan-philosophe Pierre Rabhi

En savoir plus

POLITIQUE

France : "La principale opposition au gouvernement, c’est le groupe socialiste !"

En savoir plus

POLITIQUE

France : "On est dans une séquence du quinquennat très difficile"

En savoir plus

FOCUS

Journée internationale des migrants : l'Italie confrontée à de plus en plus d'enfants

En savoir plus

FACE À FACE

Discours sur l'immigration : François Hollande à la reconquête de la gauche ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

L'œuvre lumineuse d'Olafur Eliasson éclaire la Fondation Louis Vuitton

En savoir plus

SUR LE NET

La Toile indienne affiche sa solidarité avec le Pakistan

En savoir plus

Economie

Didier Lombard quitte définitivement France Telecom

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/03/2011

L'ancien PDG de France Telecom, Didier Lombard, a décidé de ne pas prendre le poste de conseiller spécial de l'entreprise qui lui était proposé. Son maintien au sein de l'entreprise était contesté de toute part.

AFP - La polémique qui s'annonçait redoutable pour France Télécom n'aura pas duré: Didier Lombard, ex-PDG âgé de 69 ans, a annoncé mercredi qu'il quittait le groupe et renonçait au poste de conseiller spécial sur mesure très contesté par les salariés, le Medef et même le gouvernement.

"Dans l'intérêt de France Télécom, entreprise à laquelle j'ai consacré la plus grande partie de ma vie professionnelle, j’ai décidé de renoncer aujourd’hui aux fonctions de conseiller qui m’ont été proposées [...] et de quitter l'entreprise", écrit-il dans un communiqué.

Nommé PDG en 2005 en remplacement de Thierry Breton, Didier Lombard avait dû céder les rênes opérationnelles du groupe en mars 2010 à Stéphane Richard après avoir été fragilisé par une vague d'une trentaine de suicides de salariés entre janvier 2008 et fin 2009.

Son maintien annoncé il y a une semaine au sein du groupe comme conseiller spécial de Stéphane Richard - fonction qu'il avait prise mardi - a suscité beaucoup de remous auprès des salariés et des organisations syndicales, mais aussi du côté du gouvernement et du Medef, en raison du montant de la rémunération qui lui aurait été versée.

Dans son message, Didier Lombard affirme également "regretter les souffrances et sans doute aussi les incompréhensions liées au besoin impérieux de changements" dans le groupe engagés sous sa houlette.

Au plus fort de la controverse sur les suicides dans l'entreprise, Didier Lombard avait provoqué la polémique en parlant d'une "mode du suicide qui évidemment choque tout le monde".

Le 11 janvier dernier, dans un message aux salariés du groupe annonçant qu'il quittait de manière anticipée la présidence du conseil d'administration, il avait de nouveau suscité la colère de représentants syndicaux, déclarant "espérer que nous avons définitivement surmonté la crise de la fin 2009".

"Dans ce monde en pleine mutation, je suis persuadé que le tournant qui a été pris il y a quelques années a été le bon", réaffirme mercredi Didier Lombard pour justifier sa stratégie contestée.

Son nouveau poste de conseiller spécial lui aurait permis de percevoir un salaire de quelque 500.000 euros bruts par an, selon une estimation du syndicat CFE-CGC/Unsa.

Mercredi matin, le ministre du Travail Xavier Bertrand, qui s'exprimait pour la deuxième fois sur le sujet, avait demandé à France Télécom ainsi qu'à Didier Lombard de "réagir", estimant que si l'ex-PDG devait rester dans l'entreprise, il devait le faire comme "bénévole".

L'Etat est toujours actionnaire de France Télécom à hauteur de 27%.

La présidente du Medef, Laurence Parisot, avait mardi soir également interpellé l'ancien PDG de manière indirecte, estimant que "quand on a pu apporter autant à l'entreprise et qu'il s'est passé ce qui s'est passé et qui a été absolument dramatique, on doit se poser les questions à la fin".

En tant qu'ancien président du conseil d'administration de France Télécom, Didier Lombard devrait toucher une "retraite-chapeau" de 300.000 euros selon les modalités prévues par les statuts de l'entreprise, une somme qui viendrait s'ajouter à sa retraite "de base" de haut dirigeant.

Par ailleurs, il devrait également toucher des indemnités retraite en tant qu'administrateur aux conseils de Technicolor et Thales, et comme membre des conseils de surveillance de STMicroelectronics et de Radiall, des fonctions pour lesquelles il touche plusieurs dizaines de milliers d'euros par an en jetons de présence, selon une source interne.

Didier Lombard est également en possession de quelque 300.000 stock options.

Première publication : 02/03/2011

  • TÉLÉCOMMUNICATIONS

    France Télécom requalifie pour la première fois un suicide en accident du travail

    En savoir plus

  • FRANCE

    Lombard laisse les rênes de France Télécom à son numéro deux

    En savoir plus

  • TÉLÉCOMS

    Le patron de France Télécom fait son mea culpa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)