Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

"Il faut que Pékin réévalue ses politiques dans les régions tibétaines"

En savoir plus

CAP AMÉRIQUES

Uruguay : la vie après Guantanamo

En savoir plus

EXPRESS ORIENT

Turquie : les Alévis, des musulmans à part

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Tunisie : vieux président pour jeune démocratie

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Comédies musicales, friandises, illuminations : les réjouissances de fin d'année !

En savoir plus

SUR LE NET

L'Unicef invite les enfants de Gaza à dessiner leur futur

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gabon : un vent de contestation

En savoir plus

DÉBAT

Gabon : l'opposition demande le départ du président Ali Bongo

En savoir plus

DÉBAT

Trois attaques en France en 48 heures : un effet de mimétisme ?

En savoir plus

Culture

John Galliano défilera en correctionnelle pour injure raciale

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/03/2011

Ses excuses n'y ont rien fait. Accusé d'avoir proféré des insultes racistes et antisémites dans un café très couru des nuits parisiennes, l'ex-styliste britannique de Dior sera jugé, au deuxième trimestre, devant le tribunal correctionnel de Paris.

AFP - Le styliste britannique John Galliano comparaîtra pour injure raciale au deuxième trimestre 2011 devant le tribunal correctionnel de Paris, a annoncé mercredi le parquet de Paris dans un communiqué.

"A l'issue de l'enquête (...), le parquet de Paris fait savoir qu'il a décidé de poursuivre John Galliano par voie de citation directe devant le tribunal correctionnel du chef d'injures publiques envers des particuliers à raison de leur origine, de leur appartenance à une religion (...) proférées à l'encontre de trois victimes", indique le parquet.

Le styliste britannique pourrait être jugé au deuxième trimestre 2011, précise le parquet. Il risque 6 mois de prison et 22.500 euros d'amende.

L'affaire a commencé jeudi soir par une altercation entre le styliste et un couple dans un café à la mode du quartier du Marais à Paris, près de son domicile.

Interpellé en état d'ébriété, l'ancien directeur artistique de Dior est accusé d'avoir proféré des propos racistes et antisémites. Il nie les faits et a porté porté plainte pour diffamation. Il a toutefois présenté ses excuses mercredi.

Mercredi soir, son avocat, Me Stéphane Zerbib, dénonçant "un lynchage permanent" de son client, a souligné sur Canal+ que M. Galliano "n'est pas poursuivi en ce qui concerne la vidéo" diffusée sur internet, dans laquelle il dit adorer Adolf Hitler, mais uniquement pour les insultes proférées contre trois personnes dans le café parisien.

Et "les choses ne sont pas si claires dans ce dossier depuis le début", a-t-il dit, "c'est tout et n'importe quoi", avec "des gens qui déposent puis retirent des plaintes".

"Au-delà de ces propos" dans la vidéo "qui sont inacceptables", "nous voyons un homme qui est seul, qui est en proie à ses démons (...), qui est en état d'ébriété avancée et qui a fait un mélange d'alcool et de médicaments", a souligné l'avocat.

Et "quand vous avez quelqu'un dans un état de vulnérabilité extrême, vous pouvez vous attendre à tout", selon lui.

Dans un communiqué diffusé mercredi soir, l'Union des étudiants juifs de France (UEJF) a annoncé porter plainte contre le styliste pour "injure raciale", se disant "indignée par les insultes raciste et antisémite que John Galliano s’autorise à tenir".

Le couturier, "après avoir nié, puis s’être excusé, n’en est pas à son coup d’essai, comme en témoigne la vidéo qui le montre proclamer son amour d’Hitler", souligne l'UEJF, pour qui "sa notoriété ne l’autorise pas à se laisser aller à une telle violence raciste et antisémite".

 

Première publication : 02/03/2011

  • MODE

    La maison Dior engage une procédure de licenciement contre John Galliano

    En savoir plus

  • JUSTICE

    Accusé d'insultes antisémites, John Galliano porte plainte pour diffamation

    En savoir plus

  • MODE

    Les maisons de couture veulent croire à la fin de la crise

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)