Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'ENTRETIEN

PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Libye : terre d'accueil des jihadistes?

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 2)

En savoir plus

DÉBAT

Conférence à Paris sur l'Irak : quelle réponse face à l'organisation de l'EI ? (Partie 1)

En savoir plus

FOCUS

La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

En savoir plus

À L’AFFICHE !

CharlElie Couture, l’immortel de la chanson française

En savoir plus

LES OBSERVATEURS

Les Noirs Africains attaqués à Tanger et le harcélement filmé au Caire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Abbottabad peut-elle tourner la page Ben Laden ?

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

En savoir plus

  • Près de 500 migrants portés disparus après un naufrage en Méditerranée

    En savoir plus

  • Air France : la grève devrait s'intensifier mardi

    En savoir plus

  • PDG de Netflix : "Nous sommes un grand exportateur de films français"

    En savoir plus

  • Centrafrique : l'ONU prend en charge le maintien de la paix

    En savoir plus

  • Projet de loi anti-jihadiste : la France suit l’exemple du Royaume-Uni

    En savoir plus

  • Microsoft achète Minecraft, le jeu qui valait 2,5 milliards de dollars

    En savoir plus

  • Netflix débarque en France : le test de France 24

    En savoir plus

  • Le parti de Gbagbo claque la porte de la commission électorale

    En savoir plus

  • Fifa : Sepp Blatter et son entourage de nouveau soupçonnés de corruption

    En savoir plus

  • Le Medef et son million d'emplois en cinq ans, un effet d'annonce ?

    En savoir plus

  • François Hollande : "Il n'y a pas de temps à perdre" face à l’EI

    En savoir plus

  • La ville libanaise d'Arsal face aux jihadistes de l'EI

    En savoir plus

  • Le footballeur français Nicolas Anelka signe un contrat en Inde

    En savoir plus

  • Coalition contre l'EI : premiers vols de reconnaissance français en Irak

    En savoir plus

  • Le procès de la tempête Xynthia s'ouvre en Vendée

    En savoir plus

Asie - pacifique

Assassinat du ministre des Minorités religieuses à Islamabad

Vidéo par Cécile GALLUCCIO

Texte par Dépêche

Dernière modification : 02/03/2011

Le chrétien Shahbaz Bhatti, ministre pakistanais des Minorités religieuses et l'un des principaux défenseurs de l'amendement de la loi contre le blasphème, a été assassiné à Islamabad. Les assaillants ont tiré en rafale sur sa voiture.

AFP - Le ministre pakistanais des Minorités religieuses a été assassiné mercredi à Islamabad par des inconnus qui ont criblé de balles la voiture de ce catholique militant pour la suppression de la peine de mort en cas de blasphème et défenseur de la minorité chrétienne.

Trois ou quatre hommes à bord d'une voiture ont tiré en plein jour sur le véhicule de Shahbaz Bhatti dans un quartier chic de la capitale, alors qu'il sortait de sa résidence, a indiqué le chef de la police d'Islamabad, Wajid Durrani. Les assaillants ont réussi à prendre la fuite.

"Il était mort à son arrivée à l'hôpital, on lui a tiré dessus", a déclaré à l'AFP par téléphone le Dr Azmatullah Qureshi, porte-parole de l'un des plus grands hôpitaux d'Islamabad, le Shifah.

"si vous ne cessez pas votre combat, nous mettrons fin à vos jours"

Selon le chef de la police, le ministre avait demandé à son escorte habituelle de l'attendre à son bureau plutôt que de venir le chercher chez lui. "Nous enquêtons" sur cette information, a-t-il ajouté.

Ce meurtre survient en pleine controverse dans ce pays musulman sur des velléités d'amendement d'une loi prévoyant la peine de mort en cas de blasphème et l'assassinat début janvier d'un gouverneur qui avait pris la défense d'une chrétienne condamnée à la peine capitale pour avoir "insulté" le prophète Mahomet.

Le ministre Bhatti, qui était l'un des défenseurs d'un amendement de la loi contre le blasphème et multipliait les déclarations sur les violences et intimidations dont est victime notamment la minorité chrétienne, se disait régulièrement menacé.

Le 4 janvier, en plein jour et devant le salon de thé d'un complexe commercial d'Islamabad, Salman Taseer, le gouverneur du Penjab, la province la plus peuplée du Pakistan, avait été criblé de balles par un policier du commando d'élite chargé de sa protection.

L'assassin, qui avait invoqué le fait que Salman Taseer défendait Asia Bibi, une chrétienne condamnée à mort pour avoir "insulté" le prophète Mahomet et parce qu'il s'était fait l'avocat d'un amendement de la loi contre le blasphème, est devenu un "héros" aux yeux d'une grande partie de la population de la République Islamique du Pakistan.

Depuis deux mois, les manifestations de soutien au policier et hostiles à toute modification de la loi se multiplient dans le pays. Et le gouvernement, sous la pression de la rue, répète inlassablement qu'il n'a aucune intention de soutenir l'amendement présenté par certains parlementaires.

Plusieurs imams, dont l'un qui aurait "inspiré" le policier selon lui, et des dirigeants de mouvements fondamentalistes répètent publiquement à l'envi ces derniers temps que l'islam récompense les meurtriers d'apostats ou ceux qui les défendent.

La peine de mort n'a jamais été appliquée pour un blasphème depuis que la loi l'a prévue dans les années 1980. Mais plusieurs personnes --chrétiens, musulmans et hindous-- qui avaient été condamnés pour avoir profané l'islam et le Coran ont été tuées, en prison par des policiers ou des gardiens, ou dans la rue une fois relâchées.

Fin novembre, une alliance de partis et associations musulmans sunnites avait averti qu'une éventuelle grâce pour Asia Bibi déclencherait l'anarchie dans le pays, après que le ministre Shahbaz Bhatti eut présenté au président Asif Ali Zardari une demande de clémence pour cette femme dont la famille se dit persécutée depuis longtemps dans son village.

Asia Bibi, 45 ans, une paysanne pauvre, mère de cinq enfants, a été condamnée le 8 novembre à être pendue par un tribunal de Nankana (est) pour avoir blasphémé en 2009 contre Mahomet, une accusation portée par des femmes musulmanes du même village à l'issue d'une querelle.

Une juridiction supérieure doit encore se prononcer en appel, et elle commue généralement les peines de mort pour blasphème en peines de prison, quand elle ne les annule pas.

Les chrétiens représentent moins de 2% des quelque 170 millions de Pakistanais. Ils sont majoritairement pauvres et cibles de vexations et de persécutions fréquentes.

Première publication : 02/03/2011

COMMENTAIRE(S)