Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gabon : la CPI annonce l'ouverture d'un examen préliminaire

En savoir plus

TECH 24

Sex-tech : les technologies de l'intime

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Maudite courbe : comment faire baisser le chômage en France ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Clinton vs Trump : le match des programmes économiques

En savoir plus

#ActuElles

Laurence Rossignol : "Tout sexisme est insupportable"

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Dans les coulisses de la Fashion Week parisienne

En savoir plus

FOCUS

Venezuela : État déliquescent et lynchages de rue

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Jean Todt : "Être compétitif, c'est aussi être responsable"

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Le "Grand jeu" de Céline Minard pour échapper au désordre du monde

En savoir plus

Afrique

Le Premier ministre Ahmed Chafik démissionne

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/03/2011

Le Conseil des forces armées égyptien a annoncé sur sa page Facebook la démission du Premier ministre Ahmed Chafik (photo). Un ancien ministre des Transports, Essam Charaf, a été chargé de former un nouveau gouvernement.

REUTERS - Le Premier ministre égyptien Ahmed Chafik a démissionné, annonce jeudi le Conseil suprême des forces armées (CSFA), répondant favorablement aux demandes de remaniement formulées par des artisans de la révolution.

L'armée au pouvoir, qui a publié son communiqué sur sa page Facebook et en a confirmé la teneur à Reuters, a chargé Essam Charaf, un ancien ministre des Transports, de former un nouveau gouvernement.

"les jeunes s'attendaient à une prochaine démission"

Chafik avait été nommé par Hosni Moubarak quelques jours avant le départ du "raïs" le 11 février, à l'issue de 18 jours de révolte populaire.

Essam Charaf, ancien professeur et ingénieur, a participé à des manifestations contre Hosni Moubarak sur la place Tahrir du Caire. Il a été membre du gouvernement entre 2004 et 2006 avant de revenir enseigner à l'université du Caire.

Le CSFA, qui avait maintenu à leurs postes tous les ministres régaliens nommés par Moubarak avant son départ, était sous forte pression de la rue pour procéder à un remaniement.

Les protestataires réclamaient la formation d'une équipe de technocrates dans l'attente du transfert du pouvoir aux civils.

Une réforme constitutionnelle sera soumise à référendum le 19 mars, en prélude à des élections législatives en juin et présidentielle six semaines plus tard.

Première publication : 03/03/2011

  • ÉGYPTE

    Hosni Moubarak privé de ses avoirs et interdit de sortie du territoire

    En savoir plus

  • INTERNET

    La mémoire artistique de la révolution égyptienne trouve refuge sur le web

    En savoir plus

  • INTERNET

    Facebook, nouvel ami des autorités égyptiennes et tunisiennes

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)