Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 1)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

UNE SEMAINE DANS LE MONDE (PARTIE 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Paris, capitale de l'art contemporain

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts, avec Nadine Labaki (partie 1)

En savoir plus

LE PARIS DES ARTS

Le Beyrouth des arts (partie 2)

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Calais, ville de toutes les tensions

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

"Kazakhgate" : un nouveau pavé dans la mare de Nicolas Sarkozy ?

En savoir plus

#ActuElles

Le sexe féminin : un enjeu politique ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Relance dans la zone euro : bientôt un accord sur l'investissement ?

En savoir plus

Afrique

Les rebelles libyens repoussent l'offensive des forces de Kadhafi à Brega

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 03/03/2011

Au 16e jour de l'insurrection contre le régime de Mouammar Kadhafi, les forces restées fidèles au Guide ont tenté mercredi - en vain - de reprendre le contrôle du terminal pétrolier de Brega, à l'est de Tripoli, tombé aux mains des insurgés.

REUTERS - Les rebelles libyens ont repoussé une contre-offensive menée par les forces fidèles à Mouammar Kadhafi pour reprendre le contrôle du terminal pétrolier de Brega, dans le Golfe de Syrte.

Alors que le dirigeant libyen brandissait mercredi le spectre d'un "nouveau Viêtnam" en cas d'intervention étrangère, ses troupes gouvernementales soutenues par l'aviation ont lancé un assaut contre ces installations pétrolières situées à 800 km à l'est de Tripoli, s'en emparant brièvement dans la matinée.

LIBYE : Une intervention étrangère envisageable ?

Mais les forces d'opposition ont annoncé avoir repoussé la contre-offensive et repris le contrôle de la ville, qu'elles tiennent depuis une semaine.

Les commandants de la rébellion, qui ont réclamé un appui aérien de l'Onu, ont ajouté qu'ils étaient prêts à se mettre en marche vers l'ouest, en direction de la capitale, si Kadhafi refuse de quitter le pouvoir qu'il occupe depuis 41 ans.

A Tripoli, lors d'un discours retransmis en direct par la télévision, le dirigeant libyen a de nouveau mis en cause les islamistes d'Al Qaïda et a brandi le spectre d'un "nouveau Viêtnam" si des puissances étrangères intervenaient.

"Nous entrerons dans une guerre sanglante et des milliers et des milliers de Libyens périront si les Etats-Unis ou l'Alliance atlantique interviennent", a-t-il lancé devant ses partisans. "Nous sommes prêts à donner des armes à un, deux ou trois millions de personnes, et un nouveau Viêtnam commencera. Cela n'a pas d'importance pour nous."

La contre-offensive sur Brega constitue l'opération militaire la plus significative lancée par Kadhafi depuis le soulèvement de la mi-février.

Des témoins ont rapporté que l'assaut avait été appuyé par des frappes aériennes et des tirs d'artillerie lourde. En fin de journée, mercredi, les forces loyalistes se trouvaient à 2-3 km du centre de la ville et auraient immobilisé 300 à 350 rebelles sur un aérodrome des faubourgs de la ville.

Appel de l'insurrection à des frappes aériennes

A Benghazi, capitale de la Cyrénaïque (Est) et fief du mouvement insurrectionnel, le Conseil national libyen (CNL) de trente membres mis en place dimanche a demandé aux Nations unies d'envoyer des avions "attaquer les bastions des mercenaires africains" que Kadhafi utiliserait contre son propre peuple.

Les États-Unis hésitent devant une opération militaire

Mais il s'est prononcé contre une intervention terrestre de forces étrangères. "La présence de forces étrangères sur le sol libyen se heurterait à une forte hostilité. Il y a une grosse différence entre ça et des frappes aériennes stratégiques", a expliqué Hafiz Ghoga, porte-parole du CNL.

Un peu plus de deux semaines après le début de l'insurrection contre le régime de Mouammar Kadhafi, les Occidentaux continuent de discuter de la réponse à apporter à la
violente répression et à la crise humanitaire en cours aux frontières de la Libye.

Une centaine de milliers d'immigrés originaires d'Afrique subsaharienne vivant en Libye pourraient tenter de passer au Niger dans le mois qui vient, estime le Bureaux des Nations unies pour la coordination des affaires humanitaires (Ocha).

S'exprimant au Sénat, la secrétaire américaine d'Etat Hillary Clinton a déclaré que les Etats-Unis étaient "loin d'une décision" sur l'instauration éventuelle d'une zone d'exclusion aérienne en Libye.

Son collègue de la Défense, Robert Gates, a pour sa part souligné, également devant le Congrès, qu'une telle décision impliquerait au préalable une attaque contre la Libye pour neutraliser ses défenses aériennes.

"Appelons un chat un chat: une zone d'exlusion aérienne commence par une attaque sur la Libye pour détruire ses défenses aériennes. Ce n'est qu'alors qu'on peut survoler le pays sans craindre de se faire descendre", a-t-il expliqué.

Mais, selon un diplomate libyen qui a rallié la rébellion, le Conseil de sécurité de l'Onu pourrait se prononcer pour l'instauration d'une telle zone d'exclusion aérienne si le Conseil national formé par l'opposition en fait la demande officielle.

L'organisation internationale est sur le point "d'être convaincue" de l'utilité d'une telle mesure, a poursuivi Ibrahim Dabbachi, ambassadeur adjoint aux Nations unies qui fut l'un des premiers diplomates libyen à faire défection.

La Ligue arabe, qui s'est prononcée contre une intervention militaire extérieure directe, a indiqué qu'elle pourrait s'associer à une zone d'exclusion aérienne en coopération avec l'Union africaine.


 

Première publication : 03/03/2011

  • LIBYE

    La Ligue arabe étudie le projet de médiation proposé par Chavez

    En savoir plus

  • LIBYE

    Kadhafi promet des milliers de morts en cas d'intervention étrangère

    En savoir plus

  • LIBYE

    L'afflux massif de réfugiés à la frontière libyo-tunisienne inquiète l'ONU

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)