Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Nigeria : Muhammadu Buhari a été investi Président

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram, économie... Buhari à la reconquête du Nigeria ? (partie 2)

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

FIFA : Sepp Blatter réélu malgré le scandale

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Quatre résistants au Panthéon : de la mémoire nationale au symbole politique

En savoir plus

TECH 24

"One Heart One Tree" : l'œuvre tech et arty à décourvir sur Kickstarter

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Impôts : retour à la source ?

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Brexit : le jeu dangereux de David Cameron

En savoir plus

#ActuElles

Sortir les femmes des oubliettes de l’Histoire

En savoir plus

Afrique

L'élection d'une assemblée constituante annoncée pour le 24 juillet

Vidéo par Axelle SIMON

Texte par Dépêche

Dernière modification : 04/03/2011

Foued Mebazaa, le président intérimaire de Tunisie, a annoncé l'élection le 24 juillet d'une Assemblée nationale constituante. Elle sera chargée d'élaborer une nouvelle Constitution.

AFP - Le président tunisien par intérim Foued Mebazaa a annoncé jeudi soir, dans un discours télévisé à la nation, l'élection le 24 juillet d'un Assemblée constituante, chargée d'élaborer une nouvelle Constitution pour l'après-Ben Ali.

"Nous proclamons aujourd'hui l'entrée dans une nouvelle ère (...) dans le cadre d'un système politique nouveau qui rompt définitivement avec le régime déchu", a déclaré M. Mebazaa.

Pour cela, des élections seront organisées le 24 juillet pour "la formation d'une Assemblée nationale constituante (ANC) qui élaborera une nouvelle constitution", a-t-il ajouté.

"Place au travail et à l'arrêt des sit-in, y compris à la Kasbah" (le quartier gouvernemental au coeur de Tunis), a réagi Ali Ben Romdhane, le secrétaire général adjoint de la puissante centrale syndicale UGTT (Union générale des travailleurs tunisiens) qui avait largement contribué aux manifestations qui ont fait tomber Ben Ali.

"Nous allons travailler avec les autres forces politiques pour aider l'autorité publique à réaliser sa mission. Le programme est clair, il n'y a plus de flou", a-t-il déclaré à l'AFP.

"C'est une victoire du peuple et de la révolution", a déclaré à l'AFP Hamma Hammami, chef du Parti communiste ouvrier tunisien (PCOT), tout en émettant des réserves notamment sur le délai "trop court de quatre mois et demi" selon lui pour l'élection de l'ANC.

M. Mebazaa a en outre annoncé implicitement la dissolution de l'actuelle Constitution qui "ne répond plus aux aspirations du peuple après la révolution" du 14 janvier (la chute et la fuite de Zine El Abidine Ben Ali) et "constitue un obstacle à des élections transparentes".

M. Mebazaa, dont le mandat intérimaire expire le 15 mars en vertu de l'actuelle Constitution, a affirmé qu'il allait rester en place "contrairement aux rumeurs" qui lui avaient prêté l'intention de se retirer.

"Je m'engage (...) à poursuivre ma mission à l'expiration du délai du 15 mars", a-t-il dit.

Le président par interim et le gouvernement de transition, que doit constituer le nouveau Premier ministre Béji Caïd Essebsi, formeront "l'autorité publique" dont l'action "cessera le jour de l'élection de l'Assemblée nationale constituante", a-t-il précisé.

En vue de cette élection, a détaillé le président, "un système électoral spécial" sera préparé "au plus tard avant la fin du mois de mars" par la "Haute commission pour la réalisation des objectifs de la révolution, la réforme politique et la transition démocratique".

Cette Haute Commission regroupe désormais deux instances: le Conseil et la Commission des experts, a indiqué à l'AFP son président, Yadh Ben Achour.

Le texte électoral fera "l'objet de consultations dans le cadre du Conseil" de la Haute commission, formé de personnalités, de représentants des partis politiques et des organisations de la société civile "qui ont participé à la révolution ou l'ont soutenue".

Cela semble clairement exclure du processus le Rassemblement Constitutionnel démocratique (RCD), le parti de Ben Ali, suspendu en attendant sa dissolution par voie de justice.

Le président par intérim a exhorté les Tunisiens à "se remettre au travail" au moment où l'économie subit les incidences des troubles ayant émaillé le soulèvement populaire qui a conduit à la fuite de Ben Ali.

Selon une source proche du gouvernement, Béji Caïd Essebsi devrait annoncer vendredi son gouvernement de transition, un cabinet de "technocrates" après la démission en deux jours de cinq ministres, dont les deux représentants de partis d'opposition.

Ce sera le troisième gouvernement depuis la chute de Ben Ali, les deux premiers ayant été conduits par Mohammed Ghannouchi.

Première publication : 03/03/2011

  • TUNISIE

    "La situation politique tourne au jeu de massacre"

    En savoir plus

  • TUNISIE

    La démission de Ghannouchi, une victoire pour les partisans de la rupture

    En savoir plus

  • TUNISIE

    Malgré la démission de Ghannouchi, les manifestants ne lèvent pas le camp

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)