Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Guillaume Poitrinal, co-président du conseil de la simplification

En savoir plus

FOCUS

Bitcoin, une révolution monétaire?

En savoir plus

SUR LE NET

Nigeria : les internautes mobilisés contre les violences

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sur les traces d'Agatha Christie : l'Orient Express fait escale à Paris

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Mansouria Mokhefi, spécialiste de l’Algérie

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 1)

En savoir plus

DÉBAT

L'Algérie d'aujourd'hui : économie, sécurité... le pays inquiet (partie 2)

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Après le 17, le 18"

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

France : les prestations sociales gelées jusqu'en octobre 2015

En savoir plus

  • En direct : 23,25 % de participation en Algérie à 14 heures

    En savoir plus

  • En images : un condamné à mort iranien gracié par la mère de sa victime

    En savoir plus

  • Un conseiller de François Hollande épinglé pour ses conflits d'intérêts

    En savoir plus

  • Crise ukrainienne : Poutine s'adresse aux Russes, les diplomates réunis à Genève

    En savoir plus

  • Le 67e Festival de Cannes signe le retour de Jean-Luc Godard

    En savoir plus

  • Nigeria : confusion autour du sort des 129 lycéennes enlevées par des islamistes

    En savoir plus

  • La justice sénégalaise décide du maintien de Karim Wade en détention

    En savoir plus

  • En images : mince espoir de retrouver des survivants du ferry en Corée du Sud

    En savoir plus

  • Étape cruciale des élections législatives en Inde

    En savoir plus

  • Coupe du Roi : le Real Madrid enfonce le FC Barcelone

    En savoir plus

  • Jacques Servier, le père du Mediator, est décédé

    En savoir plus

  • Vidéo : les Algérois partagés entre fatalisme et peur de l’avenir

    En savoir plus

  • RD Congo : qui en veut au directeur du parc des Virunga, blessé par balles ?

    En savoir plus

  • Transfert d'argent : l'Afrique perd près de 2 milliards de dollars par an

    En savoir plus

  • Daniel Cohn-Bendit fait ses adieux au Parlement européen

    En savoir plus

  • Economies : Valls demande aux fonctionnaires de "participer à l'effort commun"

    En savoir plus

  • L'aviation jordanienne détruit plusieurs véhicules blindés venant de Syrie

    En savoir plus

  • Crimes de guerre en Syrie : la France veut faire saisir la CPI

    En savoir plus

FRANCE

Un sondage donne Marine Le Pen en tête du premier tour de la présidentielle

©

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2011

La présidente du Front national (FN) arriverait en tête du premier tour de la présidentielle de 2012, devant Nicolas Sarkozy et le candidat socialiste, selon un sondage Harris Interactive à paraître dimanche pour "Le Parisien".

AFP - La stratégie de Nicolas Sarkozy pour 2012, avec l'accent mis sur l'identité, les racines, notamment, chrétiennes de la France et l'immigration, semble pour l'instant peu payante face à une Marine Le Pen qui s'est appropriée la défense de la laïcité contre "l'islamisation" de la France.
              
Selon un sondage Harris interactive pour Le Parisien, à paraître dimanche, la présidente du Front national arriverait en tête au 1er tour de la présidentielle de 2012, avec 23% des intentions de vote, devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry (chacun à 21%).
              
Le sondage fait écho aux affirmations d'un proche de Marine Le Pen qui confiait il y a peu que "les trois pôles du paysage politique français, FN, UMP et PS se valent". A l'UMP et au PS, "ils ont du souci à se faire", jubilait-on, en revendiquant "30.000" encartés FN, "un chiffre qui gonfle tous les jours".
              
Certes, les sondages comportent toujours une marge d'erreur mais l'alarme est sonnée car c'est la première fois que la chef de file de l'extrême droite est donnée vainqueur du 1er tour de 2012, et que se dessine la perspective d'un nouveau 21-avril, à l'endroit ou à l'envers.
              
A gauche, on accuse le président de jouer avec feu. "C'est inquiétant, on sait qui a propagé l'incendie, c'est Nicolas Sarkozy", a affirmé le porte-parole du PS Benoît Hamon.
              
La patronne des socialistes, Martine Aubry, a épinglé la responsabilité du président qui "fait peur" aux Français en parlant comme il le fait de "l’identité nationale", "des Roms" ou des "immigrés", dans le sillage de son discours de Grenoble en juillet 2010.
              
En cause: le débat sur la laïcité, avec la place de l'islam en France, lancé par l'UMP de Jean-François Copé, à l'instigation de Nicolas Sarkozy qui espère ainsi récupérer tout ou partie des voix qu'il avait réussi à arracher au Front national en 2007.
              
Mais à droite aussi, des voix s'élèvent, celles de François Fillon, d'Alain Juppé ou d'Hervé de Charette, pour s'alarmer du lien fait entre laïcité et islam.
              
Henri Guaino, le conseiller spécial du président, lui aussi prudent sur le débat islam/laïcité, estime qu'il faut prendre le sondage avec précaution car "on est loin de l'échéance".
              
"Mais pourquoi est-ce que ce serait notre faute et pas celle des socialistes?", s'insurge auprès de l'AFP M. Guaino.
              
"Qu'il y ait un engouement pour Marine Le Pen, oui. Il ne faut pas prendre cela à la légère. Mais attention à ne pas surinterpréter ce sondage. Les Français expriment leur énervement, leurs inquiétudes. Ca ne veut pas dire qu'ils vont voter comme cela" en 2012, soutient-il.
              
Nicolas Sarkozy, pas encore candidat pour 2012 mais qui le sera selon toute probabilité, a déjà esquissé les grands thèmes de sa future campagne: outre le "travailler mieux" qui succède au "travailler plus pour gagner plus" de 2007, il a déjà décidé de mettre l'accent sur "l'identité", "les racines" et "l"héritage" de la France, comme vendredi, au Puy-en-Velay (Haute-Loire).
              
Il a surtout pris soin de ne pas employer les expressions "racines chrétiennes" ou d'accoler le qualificatif "nationale" quand il parle d'identité. "J'ai dû renoncer aux mots "identité nationale", ils n'avaient pas été compris, ils ont été le prétexte à trop de malentendus", avait-il dit à la télévision, en novembre dernier.
              
Selon le politologue Stéphane Rozès (Cpa), dans son entourage, "deux lignes s'opposent: une ligne républicaine représentée par Henri Guaino et une ligne nationaliste, représentée par Patrick Buisson".
              
Mais pour le moment, "dans la droite ligne du discours de Grenoble, c'est la ligne nationaliste qui l'emporte", analyse-t-il.
 

Première publication : 05/03/2011

  • FRANCE

    Nicolas Sarkozy relance le débat sur la place de l’islam en France

    En savoir plus

  • FRANCE

    Marine Le Pen remplace officiellement son père à la tête du Front national

    En savoir plus

  • FRANCE

    Un journaliste de FRANCE 24 violemment pris à parti par le service d'ordre du FN

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)