Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

LE JOURNAL DE L’AFRIQUE

Gambie : Yahya Jammeh accepte de quitter le pouvoir d'après Barrow

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "On ne doit pas jouer à se faire peur", tempère Maurice Lévy

En savoir plus

LA SEMAINE DE L'ECO

Davos 2017 : "Trump est un nouveau Madoff", estime Jacques Attali

En savoir plus

L'ENTRETIEN

Paul Polman : "Les fruits de la globalisation doivent être distribués de façon plus juste"

En savoir plus

FOCUS

Aux États-Unis, le désarroi et la colère des opposants à Donald Trump

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Enseigner autrement : de nouvelles méthodes pour réinventer l'école

En savoir plus

#ActuElles

Russie : les violences domestiques bientôt dépénalisées ?

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Sabrina Ouazani, le cinéma avec le sourire

En savoir plus

BILLET RETOUR

Au Zimbabwe, le spectre de la crise économique plane toujours

En savoir plus

EUROPE

Les migrants de Tunisie continuent d’affluer au sud de l’Italie

Texte par Benjamin DODMAN

Dernière modification : 06/03/2011

Après une nuit de pluie battante aux environs de Lampedusa, le soleil est revenu samedi sur la petite île méditerranéenne, à mi-chemin entre la Sicile et le Maghreb, déversant avec lui une nouvelle vague de migrants en provenance de la Tunisie.

Localisation de l'île de Lampedusa

Agrandir le plan

Les gardes-côtes et travailleurs humanitaires sont à nouveau sur le pied de guerre à Lampedusa, minuscule bout de terre situé en pleine Méditerranée à quelque 200 kilomètres de la Sicile et à presque 170 kilomètres de la Tunisie.

Plus de 800 réfugiés ont atteint l’île italienne, avant-poste de l'Europe, réinvestissant le centre d’accueil que les autorités italiennes avaient eu tant de mal à vider après l’arrivée soudaine de 6 000 migrants illégaux débarqués des ports tunisiens de Djerba et Zarzis en février dernier.

Bien que la traversée soit relativement courte, le périple n’en est pas moins dangereux. Jeudi dernier, des pêcheurs siciliens ont sauvé de la noyade les passagers clandestins d’une petite embarcation qui avait dérivé jusqu’aux côtes de la péninsule italienne.

La révolution tunisienne a poussé des dizaines de milliers de personnes aux portes de l’Europe, malgré la présence des patrouilles de contrôle portuaire largement financées par l’Union européenne pour endiguer les flux migratoires.

L’arrivée massive de migrants à la frontière entre la Tunisie et la Libye, où le soulèvement populaire a contraint à l'exil ouvriers égyptiens, bangladais et subsahariens, fait craindre aux autorités italiennes que le pire reste à venir.

Première publication : 05/03/2011

  • TUNISIE - REPORTAGE

    La fuite des travailleurs immigrés égyptiens se poursuit au port de Zarzis

    En savoir plus

  • TUNISIE - REPORTAGE

    Le camp de Choucha, première étape des travailleurs étrangers fuyant la Libye

    En savoir plus

  • UNION EUROPÉNNE

    L'immigration clandestine est-elle un marché lucratif pour Kadhafi ?

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)