Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Mines d'uranium en Inde : les populations sacrifiées de Jadugoda

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

Nouveaux jardins d'idées

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Ottawa, la fin de l'innocence"

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Les "étudiants attardés" du PS"

En savoir plus

DÉBAT

France - migrants illégaux : l'impasse calaisienne

En savoir plus

DÉBAT

Organisation de l'État Islamique : l'Iran réaffirme son soutien à l'Irak : à quel prix ?

En savoir plus

ICI L'EUROPE

Entretien exclusif avec José Manuel Barroso, président de la Commission européenne

En savoir plus

À L’AFFICHE !

"Magic in the moonlight" : la magie opère dans le dernier Woody Allen

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

Total, premier groupe pétrolier en Afrique, a perdu son PDG Christophe de Margerie

En savoir plus

Une enquête sur les dessous de la guerre économique et de l’hyper concurrence. Un samedi sur deux, à 14h15.

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Dernière modification : 09/03/2011

Protectionnisme : La Chine en fait-elle trop ?

Chaque jour les hommes s'échangent des milliards de dollars de marchandises. Même si la crise financière de 2008 a ralenti ce commerce, une autre menace est elle bien réelle : il s'agit du protectionnisme. Le journal de l'Intelligence Economique d'Ali Laïdi a enquêté sur la Chine, un pays souvent critiqué pour sa pratique du protectionnisme à outrance.

En 2010, deux rapports émanant d'une part de la Chambre Américaine de Commerce en Chine et d'autre part de la Chambre de Commerce et d'Industrie Européenne en Chine, ont ouvertement critiqué les mesures protectionnistes de l'Empire du Milieu. Cette tendance à surprotéger et favoriser les acteurs nationaux n'en finit plus d'inquiéter les partenaires économiques de Pékin.

"Les entreprises européennes veulent investir et apporter leur technologie en Chine. Mais pour cela, elles doivent pouvoir lutter à armes égales avec leurs concurrents" explique Jacques de Boisséson, président de la Chambre Européenne de Commerce en Chine.

En effet, les entreprises étrangères sont trop souvent sujet à des réglementations trop strictes ainsi qu'à une administration chinoise pointilleuse. Les conditions d'implantations dissuasives imposées par la Chine attisent les griefs des experts. Pour Jacques de Boisséson "La chine ne respecte pas complètement les engagements qu'elle a pris lors de son adhésion à l'OMC."

Christian Murck est le président de la Chambre Américaine de Commerce en Chine. Il est aussi l'auteur d’un rapport très critique envers Pékin dans lequel il tient les autorités publiques chinoises pour responsables. Christian Murk leur reproche de développer leurs champions nationaux en protégeant leur marché intérieur et ce, au détriment des entreprises étrangères.
Christian Murck cite comme exemple la difficulté pour les entreprises étrangères d'obtenir les licences nécessaires dans le domaine des télécommunications.

Cependant à Bruxelles, le commissaire européen au Commerce, Karel de Gucht, estime que le protectionnisme ne menace pas le commerce mondial.

"Dans la plupart des cas, le protectionnisme n'est pas mal intentionné. Il y a naturellement une forte pression sur les politiciens pour prendre de telles mesures, pour protéger par exemple, les emplois". Mais selon lui, "l'histoire nous enseigne que le protectionnisme n'a pas les résultats que ceux qui l'introduisent voudraient obtenir".

D'autres pays, comme la Russie, sont également pointés du doigt par la Commission Européenne. Selon elle, "Moscou abuserait du patriotisme économique".

Dans ces conditions, une question se pose aux Européens : faut-il apporter une aide aux multinationales européennes afin qu’elles puissent lutter à armes égales ?

Pour Karel de Gucht, "une multinationale qui fonctionne bien ne l'est pas sur la base du soutien de son gouvernement". Selon lui , l’entreprises doit avoir une bonne organisation, un bon financement et un produit de qualité. "L'idée que la qualité d'une multinationale est caractérisée par le soutien national est erronée", conclut-il.

A Bruxelles, officiellement, la guerre économique n’existe pas.

Par Victoire MEYNIAL , Margaux DUQUESNE , Joris Zylberman , Ali LAIDI

COMMENTAIRE(S)

Les archives

18/10/2014 France

Start-up, la tentation de l'étranger

Avec la mondialisation, à quoi sert la nationalité des entreprises ? Plus à grand-chose vous diront les créateurs de start-up qui se fichent souvent de la couleur de l'argent....

En savoir plus

18/10/2014 Enseignement

Enseignement numérique : la francophonie à la traîne !

L'acronyme anglais MOOC signifie en français "cours ouvert en ligne et massif". Autrement dit, ce sont des cours sous forme de vidéo accessibles sur Internet. Il paraît que les...

En savoir plus

13/09/2014 Musique

Culture : Bruxelles contre les artistes ?

Est-ce une réalité ou un malentendu ? Pour de nombreux artistes, la Commission européenne est en guerre contre la culture et voudrait transformer les arts en business. Alerté par...

En savoir plus

30/08/2014 Technologie

Israël et intelligence économique : Un modèle à suivre ?

Plongée au cœur des guerres économiques en France et à travers le monde en compagnie d'Ali Laïdi qui décrypte en plateau la face cachée des relations entre États et entreprises.

En savoir plus

19/07/2014 Technologie

Compétition digitale : pourquoi Google agace?

Le moteur de recherche est devenu l'ennemi public numéro un de nombreuses entreprises. Des géants du web, comme des sociétés traditionnelles, tous critiquent l'insatiable appétit...

En savoir plus