Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

FOCUS

Proche-Orient : Hébron, symbole d’une paix qui semble impossible

En savoir plus

SUR LE NET

Sony et Kim Jong-Un critiqués sur la Toile

En savoir plus

À L’AFFICHE !

Les temps forts musicaux de l'année 2014

En savoir plus

LES ARTS DE VIVRE

L'art de la bûche

En savoir plus

INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

Gastronomie, la nouvelle cuisine des affaires étrangères

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Deuxième tour de l'élection présidentielle en Grèce

En savoir plus

DEMAIN À LA UNE

Présidentielle tunisienne : le face à face Essebsi - Marzouki

En savoir plus

SUR LE NET

Le rapprochement avec Cuba divise la Toile américaine

En savoir plus

SUR LE NET

Noël : les jouets connectés au pied du sapin

En savoir plus

Afrique

L'Union africaine exige "l'arrêt immédiat des tueries"

Vidéo par Ludovic de Foucaud

Texte par Dépêche

Dernière modification : 06/03/2011

En visite samedi à Abidjan, le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, a remis à Laurent Gbagbo ainsi qu'à Alassane Ouattara un "message" du panel des chefs d'État africains chargés de trouver une issue à la crise ivoirienne.

AFP - Le président de la Commission de l'Union africaine, Jean Ping, a remis samedi à Abidjan au président ivoirien sortant Laurent Gbagbo et à son rival Alassane Ouattara un "message" du panel de médiateurs, qui a exigé "l'arrêt immédiat des tueries".

Selon M. Ouattara, reconnu président par la communauté internationale, il s'agit d'une "invitation", qu'il a acceptée, à une réunion du Conseil de paix et de sécurité (CPS) de l'UA, prévue le 10 mars à Addis Abeba.

La visite de M. Ping survient alors que la flambée de violences depuis deux semaines fait craindre que la crise née du scrutin du 28 novembre ne débouche sur une guerre civile.

La Cour pénale internationale (CPI) s'est dite samedi prête à "agir vite" contre les auteurs de crimes contre la population civile.

Sept femmes ont été tuées par balles lors d'une manifestation pro-Ouattara jeudi à Abidjan, dans le quartier d'Abobo (nord). Des témoins, le camp Ouattara et la mission de l'ONU dans le pays, l'Onuci, ont accusé les Forces de défense et de sécurité (FDS) loyales à M. Gbagbo. Le gouvernement Gbagbo a rejeté samedi la responsabilité sur les "terroristes", les insurgés armés que les FDS affrontent à Abobo et qui sont selon lui soutenus par l'Onuci.

Accompagné du Commissaire pour la paix et la sécurité de l'UA, Ramtane Lamamra, M. Ping s'est entretenu dans l'après-midi avec M. Gbagbo à sa résidence.

Il a ensuite retrouvé Alassane Ouattara au Golf hôtel d'Abidjan où celui-ci est retranché avec son gouvernement sous un blocus des forces loyales à son adversaire, dont le panel a demandé la levée.

M. Ping n'a pas révélé la teneur du "message". Mais M. Ouattara a affirmé qu'il consistait en une invitation à la réunion de jeudi des chefs d'Etat du CPS. "Bien entendu, j'ai accepté cette invitation et toutes les dispositions (seront) prises pour que je puisse m'y rendre", a-t-il dit.

M. Ping, qui devait quitter Abidjan dimanche matin, s'est ensuite entretenu avec le président du Conseil constitutionnel Paul Yao N'Dré.

Proche du président sortant, M. Yao N'Dré est au coeur de la crise post-électorale: alors que M. Ouattara a été déclaré vainqueur par la commission électorale et l'ONU, le Conseil constitutionnel a invalidé en partie ces résultats et proclamé M. Gbagbo réélu.

M. Ping est envoyé par le panel de cinq chefs d'Etat africains sur la crise ivoirienne, qui s'est réuni vendredi à Nouakchott sous la présidence de Mohamed Ould Abdel Aziz (Mauritanie) et en présence de Jacob Zuma (Afrique du Sud), Jakaya Kikwete (Tanzanie), Idriss Deby Itno (Tchad) et Blaise Compaoré (Burkina Faso).

Le groupe, dont les conclusions étaient initialement attendues fin février, a finalement le mois de mars pour parvenir à des solutions "contraignantes".

Pour l'heure, le quintette a exigé "l'arrêt immédiat des tueries" et des manifestations pouvant "dégénérer en troubles et en violences".

Le Conseil de sécurité de l'ONU redoute une "résurgence de la guerre civile". Après un putsch manqué, les combats de 2002-2003 avaient coupé le pays en deux, le nord étant aux mains de l'ex-rébellion des Forces nouvelles (FN) désormais alliée à M. Ouattara.

Les violences ont déjà fait 365 morts depuis fin 2010, dont 50 en une semaine, selon le bilan établi par l'Onuci avant la mort des sept femmes dans le quartier d'Abobo, fief de M. Ouattara.

La situation humanitaire s'aggrave par ailleurs avec l'exode des habitants à Abobo et dans l'ouest, en proie à des combats entre FDS et FN.

Après une coupure survenue depuis lundi en zone FN, l'électricité et l'eau y ont été rétablies samedi, ont rapporté des habitants de plusieurs villes du nord. Le gouvernement Gbagbo avait invoqué des nécessités industrielles mais l'ONU avait dénoncé "un acte inhumain aux conséquences dramatiques".

Première publication : 06/03/2011

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le président de l'UA à Abidjan au lendemain des tueries

    En savoir plus

  • CÔTE D'IVOIRE

    Le spectre d'une nouvelle guerre civile plane sur le pays

    En savoir plus

  • LES OBSERVATEURS

    Des domiciles de soldats de l'Onuci pillés à Daloa

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)