Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

7 JOURS EN FRANCE

Coup d'envoi de la transition énergétique en France

En savoir plus

7 JOURS EN FRANCE

Centenaire de la Grande Guerre : retour sur la bataille de Verdun

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Gaza : les larmes d'un responsable de l'ONU

En savoir plus

LE JOURNAL DE L'ÉCONOMIE

Offre surprise de Free sur le géant américain T-Mobile

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Le Liberia en lutte contre le virus Ebola

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

"Il faut lever la voix face au massacre perpétré à Gaza"

En savoir plus

DÉBAT

"Fonds vautours" : l'Argentine en défaut de paiement, et après ?

En savoir plus

DÉBAT

Boko Haram : une menace incontrôlable ?

En savoir plus

L'INVITÉ DE L'ÉCO

Quelle diplomatie économique pour la France ? Avec Hubert Védrine et Pascal Lamy

En savoir plus

  • En direct : l'armée israélienne annonce la fin du cessez-le-feu

    En savoir plus

  • Ebola : sommet régional à Conakry pour tenter d'enrayer l'épidémie

    En savoir plus

  • Free convoite T-mobile : "What the hell is Iliad ?" se demandent les Américains

    En savoir plus

  • Ouganda : la justice annule une loi anti-gay particulièrement répressive

    En savoir plus

  • Centenaire de 14-18 : les clochers de France sonnent la “mobilisation générale”

    En savoir plus

  • Plus de 50 kilos de cocaïne volatilisés au "36, quai des Orfèvres"

    En savoir plus

  • Vidéo : les réfugiés libyens affluent en masse à la frontière tunisienne

    En savoir plus

  • Kerviel : la justice accorde une peine aménagée, appel du parquet

    En savoir plus

  • Une dizaine de soldats ukrainiens tués par des séparatistes dans l'Est

    En savoir plus

  • Carte : l’opération Barkhane de l’armée française au Sahel

    En savoir plus

  • Lourd bilan après une série d’explosions dues au gaz à Taïwan

    En savoir plus

  • En images : rassemblement pro-Israël à Paris sous haute protection policière

    En savoir plus

  • Ebola : l’OMS débloque 100 millions de dollars

    En savoir plus

  • Gaza : un responsable de l'ONU fond en larmes en direct

    En savoir plus

  • Royaume-Uni : HSBC ferme les comptes de plusieurs clients musulmans

    En savoir plus

  • Ils ont fait plier l'Argentine : qui sont ces fonds "vautours" ?

    En savoir plus

Economie

L'agence Moody's met la pression sur la zone euro en baissant la note grecque

Vidéo par FRANCE 24

Texte par Dépêche

Dernière modification : 07/03/2011

Moody's, l'une des trois grandes agences de notation, a baissé la note souveraine de la Grèce en la classant dans les pays dits "à risque". Athènes déplore cette décision, à quatre jours d'une réunion européenne sur l'eurozone.

AFP - A quelques jours d'un sommet européen crucial pour l'avenir de l'euro, l'agence de notation financière Moody's a fait pression sur les gouvernements de la zone euro en abaissant lundi un peu plus la notation souveraine de la Grèce, dont le gouvernement a vivement réagi.

Moody's Investors Service, une des trois grandes agences de notation dans le monde, a annoncé qu'elle abaissait de trois crans la note souveraine de la Grèce, à B1 contre Ba1 auparavant, et prévenu qu'elle pourrait encore l'abaisser, en raison de difficultés économiques persistantes dans le pays et du risque de restructuration de la dette après 2013.

Cette note fait entrer la Grèce dans la catégorie des pays dits à risque.

Elle est attribuée à des émetteurs ne présentant qu'une "faible sécurité de remboursement sur le long terme".

L'agence a indiqué qu'elle doutait de la solidarité à long terme des pays de la zone euro vis-à-vis de la Grèce, au vu des dernières déclarations de certains dirigeants européens, Angela Merkel au premier chef, indiquant qu'un soutien supplémentaire au-delà de 2013 serait "conditionné" à une évaluation de sa "solvabilité".

Moody's s'est contentée de prendre note des progrès faits par la Grèce pour son assainissement financier, ainsi que des discussions en cours dans la zone euro pour mettre au point un mécanisme de soutien à long terme.

L'agence a surtout insisté sur tout ce qui restait à faire pour que le pays puisse de nouveau emprunter seul sur les marchés financiers, et qui lui paraît difficile à réaliser dans les conditions actuelles.

Côté budgétaire, malgré les 6 points de réduction du déficit public réalisés en un seule année, en 2010, Moody's a regretté que la Grèce ne parvienne pas à augmenter ses rentrées fiscales.

Vis-à-vis de la zone euro, elle a estimé que même si les partenaires se mettent d'accord pour assouplir les termes du prêt de 110 milliards accordé en mai à la Grèce, le résultat n'aboutira qu'à "une réduction du rythme et de la magnitude de la détérioration" de la situation du pays.

Moody's laisse néanmoins entrevoir la possibilité d'un relèvement de la note "si des revenus importants de privatisation" ou des "progrès importants dans la lutte contre l'évasion fiscale" étaient enregistrés, ou encore si la Troika UE-BCE-FMI "étend son soutien à long terme" à la Grèce "sans imposer de pertes aux détenteurs d'obligations".

"La Grèce fait des efforts considérables qui sont extrêmement pénalisants pour les citoyens, personne ne le conteste. Mais, à moyen terme, ces efforts seront-ils suffisants pour qu’elle puisse refinancer sa dette?" s'est interrogé Michel Madelain, le Français qui dirige depuis novembre 2010, Moody’s Investors service dans une interview à Libération lundi. Il reconnaît au passage que "la notation financière "a un aspect prédictif forcément aléatoire".

A Bruxelles, la Commission européenne n'a pas souhaité réagir à l'annonce de Moody's. Elle a souligné qu'elle avait sa "propre évaluation" de la situation, celle "dont il faut tenir compte", selon une porte-parole.

Le gouvernement grec a lui vivement réagi lundi, jour férié en Grèce, en jugeant la dégradation "complètement injustifiée" et en contre-attaquant sur la pertinence même du travail des agences de notation financière jugées "irresponsables".

Il a attaqué le timing de l'annonce, à quatre jours d'une réunion européenne qui doit débattre de ces sujets. Et estimé qu'elle "renforce les arguments en faveur d'une régulation plus forte des agences de notation elles-mêmes".

A court terme, la décision de Moody's ne devrait pas affecter le financement de l'Etat grec, qui doit émettre mardi pour 1,250 milliard d'euros d'obligations à six mois, émission dont la durée est couverte par l'actuel système de soutien.

Première publication : 07/03/2011

  • FORUM ÉCONOMIQUE MONDIAL

    L'UE discute de la mise en place d'un mécanisme de rachat de dette

    En savoir plus

COMMENTAIRE(S)