Ouvrir

À suivre

Rendez-vous

Rejouer


LES DERNIÈRES ÉMISSIONS

SUR LE NET

Le recyclage devient high-tech

En savoir plus

SUR LE NET

La guerre au Proche-Orient attise la Toile

En savoir plus

JOURNAL DE L’AFRIQUE

L'invité: Colonel Badjeck, porte-parole du ministère de la défense camerounais

En savoir plus

MODE

Paris, Haute Couture automne-hiver 2014-2015.

En savoir plus

REVUE DE PRESSE

Vers une offensive terrestre sur Gaza ?

En savoir plus

UN ŒIL SUR LES MÉDIAS

Israël-Gaza : l'application mobile Yo a peut-être enfin trouvé son utilité

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 2)

En savoir plus

UNE SEMAINE DANS LE MONDE

Une semaine dans le monde - 11 juillet (partie 1)

En savoir plus

REPORTERS

Exclusif - Dans l'enfer des prisons secrètes

En savoir plus

  • Allemagne – Argentine : suivez la finale en direct

    En savoir plus

  • Les Brésiliens, supporters malgré eux, de leurs bourreaux allemands

    En savoir plus

  • Gaza : des frappes israéliennes "sans précédent" depuis le début du conflit

    En savoir plus

  • À Vienne, les négociations sur le nucléaire iranien teintées de pessimisme

    En savoir plus

  • La Russie menace l'Ukraine "de conséquences irréversibles"

    En savoir plus

  • Alejandro Sabella, un "Mister Nobody" au sommet du foot argentin

    En savoir plus

  • Tour de France 2014 : Tony Gallopin endosse le premier maillot jaune français

    En savoir plus

  • Sahara occidental : le torchon brûle entre Rabat et Alger

    En savoir plus

  • Nigeria : le chef de Boko Haram soutient al-Baghdadi, le "calife" de l'EIIL

    En savoir plus

  • Fin de Serval au Mali, lancement de l’opération "Barkhane" au Sahel

    En savoir plus

  • Combats entre milices libyennes autour de l'aéroport de Tripoli

    En savoir plus

  • Nouvelle humiliation pour le Brésil battu par les Pays-Bas (3-0)

    En savoir plus

  • "Wissous plage" : l’interdiction du port du voile suspendue par la justice

    En savoir plus

  • Après une opération commando à Gaza, Tsahal intensifie ses frappes

    En savoir plus

  • Présidentielle afghane : les candidats s'accordent sur un audit des votes

    En savoir plus

  • "Boules puantes" et règlements de compte : la débandade de l’UMP

    En savoir plus

  • Au Caire, juifs, chrétiens et musulmans célèbrent ensemble la rupture du jeûne

    En savoir plus

  • Vidéo : à Casablanca, trois immeubles s'effondrent sur leurs habitants

    En savoir plus

  • Décès de Tommy Ramone, le dernier survivant des Ramones

    En savoir plus

  • En mal de soutien, Vladimir Poutine rencontre Fidel Castro à Cuba

    En savoir plus

  • Brève alerte au tsunami après un fort séisme au Japon

    En savoir plus

EUROPE

À Lampedusa, les insulaires attendent le calme après la tempête médiatique

©

Texte par Benjamin DODMAN

Dernière modification : 07/03/2011

Depuis que la vague de contestation qui balaie le monde arabe a poussé des milliers de migrants vers le Nord, l'île italienne de Lampedusa est prise sous le feu des projecteurs. Mais ses habitants ne souhaitent qu'une chose : que le monde les oublie.

"Est-ce qu'il y a un 'café suspendu' pour moi ?" lance une voix masculine à la tenancière du Méditerranée, un bar de Lampedusa. Qu’on ne s’y méprenne pas : malgré son faux accent africain, cet homme, que le président du Conseil italien, Silvio Berlusconi, aurait certainement qualifié de "bronzé", n'est pas l'un des 6 000 migrants qui ont débarqué depuis février sur l’île italienne mais simplement un local qui s'amuse.

Sa boutade fait référence à une vieille tradition napolitaine qui veut que l'on paie un "caffè sospeso" ("café suspendu") aux clients qui n'auraient pas les moyens de se l'offrir. Elle reflète la bonhommie générale - bien que mêlée d'une pointe d'irritation - qui a prévalu à Lampedusa au cours des dernières semaines. C’est que les quelque 5 000 habitants de l'île, située à tout juste 200 kilomètres de la côte tunisienne, sont extrêmement fiers de la bonne réputation qu’ils se sont taillés auprès des migrants. Par le passé, ce sens de la solidarité leur a d’ailleurs valu une médaille d'or du mérite citoyen.

À la différence des Maltais, disent-ils, leurs bateaux ne refuseront jamais l'assistance à une embarcation perdue en mer - une obligation inscrite dans les accords sur les droits de l'Homme, dont l'Italie est signataire. Ils ne sont pas non plus ouvertement hostiles aux migrants arrivés par vagues d'Afrique du Nord au cours des dernières années. Essentiellement parce que "nous ne les voyons jamais", souligne le directeur du Grand Hôtel du Soleil.

Pour le tourisme, le mal est fait

Ce qu'ils dénoncent, en revanche, c'est l'agitation qui a entouré l’afflux massif de migrants fuyant les mouvements de contestation qui secouent le monde arabe. Depuis l'arrivée soudaine, le 12 février, de plus d'immigrants que l'île ne compte d'habitants, Lampedusa a vu déferler une marée de journalistes s’alarmant de l’invasion imminente d’immigrés nord-africains en territoire européen...

À la fin de février, les Tunisiens étaient omniprésents sur l’île, où on pouvait les voir jouer au football ou boire des cafés dans les bars de la ville. "S'ils étaient venus avec un drapeau, ils auraient pu conquérir l'île", s’amuse Roberta Lasagna, journaliste pour la chaîne italienne RAI. Mais les autorités ont rapidement déployé des bataillons de policiers, soldats et gardes-côtes venus transférer les migrants vers d'autres centres d'accueil du pays. Les quelques centaines d'étrangers toujours présents à Lampedusa, désormais largement confinés dans le centre d'accueil, sont de nouveau "invisibles".

Mais pour l'industrie du tourisme, qui emploie la majorité des insulaires, le mal est fait. "Tous les jours, je reçois des appels de personnes annulant leur réservation parce qu'ils ont peur de ce qu'ils ont entendu aux informations, raconte Umberto Gibilisco, qui dirige le centre touristique de La Roccia, situé juste à l'extérieur de l’unique ville de l'île.

Au moment de cet échange, le journal du soir titre justement sur les nouveaux migrants débarquant à Lampedusa." Des informations qui ne reflètent qu'en partie la réalité : lorsqu'ils approchent des côtes, les migrants sont remorqués jusqu'au port puis, après des examens médicaux, rapidement conduits en bus jusqu'au centre d'accueil de l'île, sans même qu'une sirène ne vienne perturber le calme de la ville", commente Umberto.

Au Méditerranée, la propriétaire, Silvana Lucà, affirme regretter les joyeux Tunisiens qui ont envahi son bar le mois dernier. "’Suspendu’ ou pas, j'avais toujours un café pour eux", dit-elle. Mais si les prédictions du gouvernement italien, qui a mis en garde contre un "exode biblique" de réfugiés libyens, a quelque chance de se concrétiser, elle peut commencer à faire des réserves.

 

 

 

 

Première publication : 07/03/2011

  • ITALIE - REPORTAGE

    Lampedusa, l'infranchissable "Porte de l'Europe"

    En savoir plus

  • ITALIE - REPORTAGE

    Les migrants de Tunisie continuent d’affluer au sud de l’Italie

    En savoir plus

  • TUNISIE - REPORTAGE

    La fuite des travailleurs immigrés égyptiens se poursuit au port de Zarzis

    En savoir plus

Comments

COMMENTAIRE(S)